[Etude de cas] Comment Xavier gagne plus de 500 euros par mois grâce à la Formation Parieur Gagnant : Parier comme un Pro ?

Aujourd’hui, je voulais vous faire partager une étude de cas d’un membre de ma formation Parieur Gagnant : Parier comme un Pro. Xavier est également membre du Club Privé Paris Sportifs.

Dans cette interview étude de cas, vous allez apprendre comment Xavier gagne plus de 500 euros par mois avec les paris sportifs. Quel est son capital pour pouvoir arriver à ce type de résultat ? Quelle stratégie met-il en place ? Ecoutez bien tous les conseils et le témoignage de Xavier car il est fort probable que vous soyez un parieur ayant le même profil que lui.

Cliquez ici pour vous inscrire sur la liste d’attente de la Formation Parieur Gagnant : Parier comme un Pro pour savoir quand les portes ré-ouvriront de cette formation.

FormationParieurGagnantLogo

Transcription texte de la vidéo :

Maxence Rigottier : Bonjour à tous, ici Maxence Rigottier, du blog gagner-de-largent-grace-aux-paris-sportifs.fr. Aujourd’hui, je suis avec Xavier, qui a été membre de ma formation « Parieur Gagnant – Parier comme un pro ». Il est également actuellement membre du club privé Paris Sportifs. Donc au cours de cette mini-étude de cas, on va un petit peu voir ensemble comment était Xavier avant de rejoindre cette formation, ce que cette formation lui a apporté, également quel type de parieur est-il aujourd’hui, et plein d’autres choses. Donc je vais laisser Xavier se présenter pour qu’il nous explique quel type de parieur il était avant de rejoindre cette formation et quelle a été son évolution. Salut Xavier !

Xavier : Bonjour. Donc je suis Xavier, ça fait plus de sept ans que je suis dans les paris sportifs, dont je suis un passionné. J’ai commencé par m’inscrire sur Unibet il y a sept ans et j’ai fait beaucoup de paris sur le football, jusqu’au jour où j’en ai eu marre de ne pas gagner d’argent, et je me suis donc inscrit à la formation de Maxence il y a à peu près un an.

Maxence Rigottier : Qu’est-ce qui t’a motivé à rejoindre cette formation ? Avant, tu faisais des paris en combiné ? Qu’est-ce que tu faisais avant et comment t’es-tu dit « je vais me former pour être rentable dans le futur » ?

Xavier : En fait, je faisais des paris en combiné. Je gagnais de temps en temps, mais je ne gagnais pas d’argent. J’en perdais, même. J’en avais marre, et j’ai dit : « Bon, maintenant, je veux vraiment gagner de l’argent avec les paris sportifs ». J’ai fait des recherches sur Internet, j’ai fait ta connaissance et tu as commencé à me guider. Et donc, j’ai décidé de faire le pas et d’avoir une structure, de reprendre toutes les bases de 0.

Maxence Rigottier : Qu’est-ce que t’a apporté cette formation ? Gestion de capital, psychologie, suivi de tipsters ? Qu’est-ce que tu as apprécié, qu’est-ce qu’elle t’a apporté pour essayer de gagner de l’argent ?

Xavier : La formation est assez complète, puisqu’elle aborde un peu tous les points importants pour bien parier : la gestion psychologique –donc l’appât du gain, toujours l’affaire des combinés pour gagner de l’argent –c’est une erreur. Donc, comment bien aborder psychologiquement les paris sportifs pour s’en sortir, la gestion technique : ne pas faire de combinés, faire des paris simples… Bon, je ne vais pas dévoiler le contenu de la formation, mais tous les aspects sont bien développés et c’est cela qui m’a amené : je voulais avoir les bases pour bien parier.

Maxence Rigottier : Quel est le capital que tu consacres aux paris sportifs ? Combien de temps consacres-tu également aux paris au quotidien, en moyenne ?

Xavier : Aujourd’hui, à peu près trente minutes.

Maxence Rigottier : D’accord. Trente minutes, ça te suffit pour faire tes paris ou copier certains pronostics de tipsters ?

Xavier : Tout-à-fait, trente minutes par jour.

Maxence Rigottier : Explique-nous un petit peu sur quelles disciplines tu paries. Est-ce que tu ne fais que du football ? Sur quelles disciplines te focalises-tu ?

Xavier : J’ai toujours été sur le football, et à travers la formation, j’ai un petit peu changé parce qu’on apprend aussi des choses sur le football dans la formation. Donc je fais d’autres sports en suivant des tipsters, comme le base-ball, le basket, plusieurs sports différents : ceux qui sont les plus intéressants à parier.

Maxence Rigottier : Souvent, j’évoque ce yield de 10%, le choc psychologique… Quelle est ta gestion de capital par rapport à ces 3000 euros, et comment fais-tu pour assimiler et comprendre ce choc psychologique ?

Le choc psychologique, je vais repréciser, c’est assez simple. On a parfois six ou sept pronostics gagnants ; ensuite, deux pronostics gagnants sur dix ; ensuite, trois pronostics gagnants ; après, quatre pronostics perdants, et ainsi de suite… c’est un petit peu les montagnes russes. Et le yield de 10% : pour 100 euros investis, on en récupère 110, c’est-à-dire 10 euros de bénéfice.

Comment fais-tu donc pour assimiler ce choc psychologique ?

Xavier : J’ai appris à noter tous les paris que je faisais, à faire un bilan par mois, voir l’argent que je mise et l’argent que je gagne. J’ai appris à miser une partie de mon capital très faible par pari, ce qui me permet de ne pas m’inquiéter quand j’ai cinq paris d’affilée qui sont perdants. Ce qui n’était pas le cas auparavant : avant, quand je faisais cinq pronostics d’affilée perdants, je devais recharger le compte, quasiment !

Maxence Rigottier : D’accord. Donc tu n’avais aucune gestion de capital par le passé, et tu misais beaucoup trop haut par rapport à ton capital.

Xavier : Tout-à-fait. Je ne raisonnais même pas en terme de capital : je mettais 100 euros sur mon compte, et je devais parier, je ne sais pas, 10-15 euros. Si j’avais des bons mois, je pouvais tenir avec mes 100 euros deux-trois mois, si j’avais un mauvais mois, je tenais deux semaines avec mes 100 euros.

Maxence Rigottier : Donc là, c’est intéressant : avant, tu ne misais que 100 euros avec un petit capital que tu rechargeais tous les trois mois. Qu’est-ce qui t’a fait changer d’avis pour investir 3000 euros, par exemple ?

Xavier : A travers la formation, j’ai appris qu’il fallait avoir un capital. J’ai mis de l’argent de côté pendant cette formation pour pouvoir avoir ce capital et pouvoir gagner de l’argent, parce que c’est vrai qu’avec un capital de 200 euros, on avance doucement. Donc j’ai dit : « Je vais mettre de l’argent de côté, et quand j’aurai fini la formation, j’aurai un capital plus intéressant ». J’ai commencé à gagner de l’argent, et je suis arrivé à 3000 euros parce que j’ai gagné de l’argent grâce aux paris.

Maxence Rigottier : Combien arrives-tu à gagner chaque mois ? Quelques centaines d’euros ?

Xavier : Aujourd’hui, oui. Depuis trois-quatre mois, je gagne 500 euros par mois.

Maxence Rigottier : …Ce qui est quand même assez énorme par rapport à ton capital ! Je sais que tu suis quelques tipsters, etc… Clairement, Xavier, c’est quelqu’un qui a une progression énorme, qui a tout compris : le choc psychologique, la gestion de capital, également la patience, qui est une qualité vraiment indispensable à avoir. Et petit à petit, tu arrives à te générer un complément de revenus. Dans ton cas de figure, entre 500 et 1000 euros par mois. Donc à l’année, ça risque de te faire un petit revenu « sympathique » !

Xavier : Tout-à-fait, la patience, effectivement, c’est une qualité importante. Justement, les combinés, c’est l’impatience : c’est vouloir gagner gros tout de suite. La formation de Maxence dure, je pense, cinq ou six mois : pareil, là, il faut être patient. Il faut écouter. Je vous conseille même de ne pas trop miser pendant la formation (ou alors, entrainez-vous avec des 1-euro ou des 2-euros) et de mettre un capital de côté. Parce qu’à la fin de la formation, vous serez prêt pour parier comme un professionnel, plus comme un amateur. Et vous inscrire au club privé, bon ben là, c’est l’aboutissement. Et honnêtement, je gagne de l’argent maintenant.

Maxence Rigottier : Donc tu ne regrettes pas du tout ton investissement pour cette formation ?

Xavier : La formation a été rentabilisée pleinement !

Maxence Rigottier : Evidemment, maintenant, tu as compris tous les mécanismes. Généralement, il y a trois façons de parier. La première, c’est ses propres pronostics. Je rencontre pas mal de parieurs en étant à Malte, la plupart font leurs propres pronostics, et ça se passe bien. La deuxième façon, c’est donc suivre des tipsters, c’est-à-dire copier leurs pronostics. Et la troisième façon, qui est un petit peu plus problématique si vous êtes français, c’est Betfair, c’est faire des trades –il faut comprendre le mécanisme, ce n’est pas évident. Ce sont donc les trois façons de parier, et ensuite, quand vous avez compris tous ces mécanismes, il faut choisir ce qui vous correspond le mieux, ou mixer entre deux façons, soit par exemple se dire « je ne fais que du suivi de parieur », soit « je ne fais que du trade sur Betfair », soit « je ne fais que mes propres pronostics ». Et toujours se focaliser, ne pas se disperser. Donc toi, est-ce que, aujourd’hui, tu arrives à bien te focaliser sur l’essentiel ?

Xavier : Tout-à-fait. Grâce aux chiffres, qui me montrent que je gagne de l’argent (et que je progresse en plus !), je sais ce que je ne dois pas faire : les paris stupides, essayer un tipster comme ça au hasard parce qu’on me l’a conseillé… Non, les chiffres parlent. Il faut noter tout ce que vous faites, faire le bilan à la fin de chaque mois, et vous voyez vraiment ce que vous faites et ce que vous devez faire pour vous améliorer, aussi. On peut toujours s’améliorer.

Maxence Rigottier : Oui, ça c’est évident. Et je ne comprends pas : il y a beaucoup, beaucoup trop de parieurs qui, à l’aveuglette, soit vont piocher quelques pronostics, soit suivre quelqu’un sur trois pronos. Bon, si ça se passe bien, tant mieux pour vous ! Mais si ça se passe mal, ça ne veut pas dire que le parieur en question est mauvais ou bon. C’est juste qu’il faut un suivi extrêmement rigoureux.

Xavier : Tout-à-fait.

Maxence Rigottier : Quel message souhaiterais-tu laisser aux personnes qui hésitent pour s’inscrire à cette formation, qui se disent « oui, mais ce n’est peut-être pas fait pour moi », « oui, mais est-ce que c’est sérieux », etc. ? Quel message laisserais-tu à toutes ces personnes qui hésitent pour franchir le pas ?

Xavier : Comme message, je leur dirais : « Est-ce que vous êtes un bon parieur, ou pas ? Ça, vous ne le savez pas encore ». Je dirais, que vous suiviez les tipsters après la formation, ou que vous fassiez vos propres paris après la formation, vous aurez les bases pour bien parier. Et ça, c’est très important. Si vous n’avez pas ces bases-là, vous ne gagnerez jamais d’argent. Donc n’hésitez pas, faites-le, que vous soyez un bon pronostiqueur ou pas. Parce que vous pouvez quand même suivre des parieurs après, et vous avez besoin de ces bases pour le faire.

Maxence Rigottier : Je rebondis sur tes propos : quelque chose vraiment d’essentiel à comprendre, c’est qu’il y a de nombreux mécanismes dans les paris : gestion de capital, statistiques, portfolios de parieurs, etc. Et que si l’on est isolé dans son coin, si l’on reste seul, on va chercher pendant des années beaucoup, beaucoup d’information, au lieu de rejoindre une communauté et de pouvoir savoir un petit peu si tel site est sérieux, si telle information est pertinente, etc. Pensez vraiment que si vous restez isolé dans votre coin (c’est peut-être l’une de vos frustrations, d’ailleurs), c’est le meilleur moyen de ne pas progresser. Pensez à n’importe quelle activité, que vous fassiez par exemple de la cuisine, de la course à pied, de la guitare, etc. : à rester seul, on n’est pas motivé, on se décourage. Alors que quand on est à plusieurs, on peut échanger, savoir si les informations sont pertinentes, etc., et évidemment, on progresse tous ensemble. C’est ça qui est assez magique avec la puissance de la communauté.

Xavier : Je peux rajouter également que Maxence vous suit pendant ses cours, par Skype, une heure tous les mois. Et d’ailleurs, il me suit encore par Skype aujourd’hui, alors que ça fait déjà plus d’un an. Donc il y a vraiment un suivi qui est fait : vous pouvez poser toutes vos questions. Ça, c’est important aussi. Il ne vous laisse pas juste avec des cours, et vous tirez votre plan. Non, il veut savoir où vous en êtes, il répond à vos questions, et il vous guide.

Maxence Rigottier : Une fois par mois, en fait, je propose une heure sur Skype pour que vous me posiez vos questions, mais également pour vous faire bénéficier de mes dernières informations, mes dernières découvertes, mes derniers rendez-vous avec des parieurs ou des personnes extérieures que je peux rencontrer dans les paris sportifs, et pour toujours savoir les dernières informations qui ont lieu dans les paris sportifs. Ça évolue tout le temps : il y a des choses qui arrivent, des choses qui disparaissent, des informations qui changent au quotidien, donc c’est vraiment important, je pense, de les savoir.

Xavier : Tout-à-fait.

Maxence Rigottier : Et par rapport à ta progression : avant, tu te considérais vraiment comme un parieur amateur, et maintenant, tu pourrais dire : « je parie comme un professionnel »…

Xavier : C’est exactement ça. J’étais un parieur amateur, j’ai fait la formation, et depuis que je me suis inscrit au club privé qui est un peu une suite logique de la formation, je suis devenu parieur professionnel. La preuve en est que je gagne 500 euros par mois avec un capital de 3000 euros, donc ça fait presque le double du capital en six mois. Donc j’estime que le pari est réussi et que je suis devenu un parieur professionnel.

Maxence Rigottier : Et ensuite, il suffit juste que tu augmentes un petit peu ton capital en réinvestissant, et tu pourras te générer un bon complément de revenus avec les paris sportifs en dehors de ton travail, sans aucun souci.

Xavier : Tout-à-fait. C’était le but, et c’est réussi. Je ne pensais pas que ça arriverait aussi vite d’ailleurs, pour être honnête.

Maxence Rigottier : D’accord. Donc tu pensais que tu aurais mis un petit peu plus de temps pour réussir dans les paris ?

Xavier : Pour moi, même à la fin de la formation, pouvoir gagner 200 euros par mois, c’était déjà un rêve.

Maxence Rigottier : Ah, oui carrément ! Donc là maintenant, c’est sûr qu’en gagnant 500 euros (et je pense que ça augmentera petit à petit dans le futur), c’est un excellent retour pour toi.

Xavier : Quand on n’a rien gagné pendant sept ans, c’est un grand changement ! Bon, tout le monde dit qu’on gagne ; oui, c’est sûr, on gagne quand on a un combiné gagnant une fois tous les trois mois, avec huit matches. Mais on ne rembourse même pas, en réalité, tout ce qu’on a dépensé. Tandis que là, on gagne vraiment.

Maxence Rigottier : Exactement. Et puis tu m’avais fait une petite confidence : il y a un bookmaker qui t’a limité. C’est sûr que c’est un peu dommage d’avoir un bookmaker qui limite, mais dans le fond, c’est aussi une bonne nouvelle : ça veut dire que vous gagnez de l’argent.

Xavier : Tout-à-fait : le premier site sur lequel je me suis abonné, Unibet, m’a limité dans mes paris. C’est scandaleux et ça me fait mal au cœur parce que c’était mon premier bookmaker.

Maxence Rigottier : Malheureusement, quasiment tous les bookmakers limitent, à par quatre-cinq qui sont vraiment sérieux, notamment des bookmakers .com comme Pinnacle, Sbobet, etc. Mais au final, c’est comme ça, et il faut aussi voir le bon côté : vous gagnez de l’argent, c’est quand même aussi une bonne nouvelle.

Xavier : Le jour où ça vous arrivera, vous aurez réussi !

Maxence Rigottier : Exactement ! Alors, un petit mot par rapport au club privé Paris Sportifs : Qu’est-ce que tu aimes ? La communauté ? Quel est, pour toi, le plus dans ce club privé ?

Xavier : Le club privé, c’est une véritable plus-value, puisqu’on se retrouve avec des personnes comme moi qui ont les bases pour parier, qui, je pense, ont fait une formation à travers toi ou quelqu’un d’autre pour savoir bien parier –donc des parieurs professionnels ou débutants-professionnels. On échange des informations très rapidement, on a de bons tuyaux, et ça permet évidemment d’optimiser nos gains. Et puis c’est très sympa de pouvoir communiquer entre parieurs professionnels.

Maxence Rigottier : Exactement, c’est vraiment ce que l’on me dit à chaque fois, qu’il y a beaucoup de personnes qui en ont un peu marre d’être isolées dans leur coin. Parce que si vous êtes sur un forum, tout le monde est caché derrière un pseudo, il n’y a pas vraiment de communauté qui est créée où l’on peut interagir. Je pense aussi que l’immense plus-value de ce club privé est vraiment d’avoir accès à de très nombreux membres pour pouvoir échanger toutes nos infos dans les paris sportifs.

Xavier : Oui, et puis bénéficier de l’expérience des autres aussi, c’est très important. Il y a des parieurs de différents niveaux, tout le monde s’entraide et c’est assez sympa.

Maxence Rigottier : Exactement, c’est la générosité, l’entraide qui a lieu qui font plaisir à voir. Alors, quelles sont les erreurs que tu faisais par le passé et que tu ne fais plus du tout ?

Xavier : Des paris émotionnels, des paris « je le sens bien, je vais le miser ». Je continuais à le faire un petit peu, mais à force de les noter un par un, j’ai fait l’addition : ça coûte cher, les émotions ! Ça, je ne fais plus. Evidemment, ne plus parier une grosse partie de mon capital. Ça, je ne fais plus.

Maxence Rigottier : Quelles sont tes mises aujourd’hui ? 50 euros, 60 euros ?

Xavier : On va dire entre 50 et 100 euros. Entre 2,5% et 5%, parce que parfois je suis encore un peu gourmand : je devrais miser un peu moins, mais ça va s’améliorer avec le temps.

Maxence Rigottier : L’idéal, c’est de ne pas dépasser les 2%. Quand on a des plus petits capitaux, c’est un petit moins grave parce que forcément, si on a une gestion un tout petit peu plus agressive, on peut gagner plus –mais on peut perdre plus. Mais l’idéal, c’est vraiment de ne jamais dépasser les 2-3% par pari, lorsque l’on suit un parieur ou si l’on fait ses propres pronostics.

Xavier : Tout-à-fait. C’est plus ou moins la moyenne. Je fais 2-3%, et c’est ce qu’il faut faire.

Maxence Rigottier : Comment considères-tu ta progression entre l’avant- et l’après-formation ?

Xavier : Ma progression a été constante. Après la formation, j’ai appliqué évidemment chaque point : j’ai noté tous les paris que je faisais, j’ai placé des paris sur le football beaucoup plus réfléchis, beaucoup plus analysés, j’ai commencé aussi à regarder des tipsters à suivre, j’ai géré mon capital… Et au fur et à mesure, j’ai commencé d’abord à arrêter de perdre de l’argent, et après, j’ai commencé à en gagner. Et c’est vrai que le club privé a accéléré la progression, aussi. Je me suis inscrit il y a deux-trois mois, et là, ça a accéléré la progression. Je pense que le fait d’échanger avec les autres, d’être en communauté, ça accélère beaucoup les choses. Et le fait d’appliquer, tout simplement, tous les points que tu expliques dans ta formation, permet de voir sur papier tous les chiffres : ce que tu ne fais pas mieux, ce que tu fais bien… Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Et ça, c’est très, très important : marquer tout l’argent qu’on met dans les paris sportifs et les résultats qu’on a, ça permet d’y voir très très clair et de progresser très vite.

Maxence Rigottier : Oui, parce que si on ne note jamais rien, évidemment, on ne voit jamais ce qui cloche…

Xavier : Tout-à-fait. C’est ce que tu expliques dans ta formation, et c’est un point essentiel. Indispensable.

Maxence Rigottier : Il y a beaucoup d’étapes pour comprendre un petit peu les différents mécanismes des paris. Etre patient, aussi, c’est un atout considérable, une qualité qui est vraiment énorme. Généralement, on va dire qu’un an de paris sportifs, ça équivaut à deux ans d’une vie en général, parce qu’il va se passer tellement de choses : des pronostics gagnants, cinq ou six ; après, trois pronostics perdants ; après, quatre pronostics gagnants, etc. C’est clairement des montagnes russes, et la patience est vraiment un maître-mot pour comprendre un petit peu tous les mécanismes qui sont simples dans la théorie, mais beaucoup plus durs dans la pratique. Et surtout, il faut le vivre. Parce que si l’on joue en virtuel, par exemple, il vaut mieux jouer des mises de 5 euros en réel pour commencer un petit peu à acquérir cette expérience, et en savoir plus sur soi-même, comprendre un petit peu la gestion de ses propres émotions, tout ça. Cela ne se fait qu’avec le temps, parce qu’au début, forcément, on n’a pas l’expérience, et c’est comme cela qu’on apprend.

Xavier : Exactement. Il faut un temps d’apprentissage nécessaire, il faut être patient. Si l’on veut gagner de l’argent, il faut être patient. Ça marche, mais il faut être patient.

Maxence Rigottier : Donc tu ne regrettes absolument pas ton investissement dans cette formation ?

Xavier : Aucunement. La preuve en est que je gagne 500 euros par mois pour l’instant, et je compte bien améliorer encore ça. Donc c’est réussi !

Maxence Rigottier : Donc si c’était à refaire, tu referais exactement la même chose ?

Xavier : Exactement !

Maxence Rigottier : Merci en tous cas pour ton retour d’expérience.

Xavier : Avec plaisir.

Maxence Rigottier : Si vous rejoignez un jour la formation Club Privé, vous allez pouvoir me retrouver et retrouver Xavier qui est membre. Egalement, on fera peut-être un Episode 2 dans six mois-un an pour voir un petit peu ton évolution. Est-ce que tu comptes réinvestir l’argent que tu gagnes dans le futur en augmentant un petit peu les mises ? Qu’est-ce que tu comptes faire à l’avenir ?

Xavier : Ce que je compte faire à l’avenir, c’est gagner encore plus d’argent, augmenter mon capital, augmenter les mises et affiner les paris grâce à la communauté. Et mettre de l’argent de côté tout simplement, pour ma famille, pour mes enfants plus tard, grâce aux paris sportifs.

Maxence Rigottier : Ce qui est un excellent projet ! Il faut juste bien être à l’aise avec les mises pour ne pas se sentir mal dans sa peau. C’est aussi quelque chose d’important : même si l’on a un gros capital, il faut être à l’aise avec sa mise, parce que si on ne l’est pas, on va mal se sentir. Une nouvelle fois, pensez toujours : est-ce que c’est mieux de se sentir bien dans sa peau et de gagner un petit peu moins en n’étant pas avide et cupide d’argent, ou de miser des 400, des 500 euros et s’il y a six-sept pronostics perdants d’affilée, se sentir mal dans sa peau, se demander « est-ce que je continue », etc. ? Alors que si vous jouez 150-200 euros, la question ne se posera peut-être pas.

Xavier : Tout-à-fait. Et si je peux donner un conseil à ceux qui sont pressés de gagner de l’argent (comme tout le monde), essayez de mettre pendant la formation un peu d’argent de côté, pour pouvoir commencer avec un petit capital. Je préconiserais de commencer au moins avec 500 euros : vous verrez la différence assez rapidement. Donc patience, et mettez un peu d’argent de côté. Après, vous pourrez vous lancer dans l’aventure.

Maxence Rigottier : Exactement. Parce qu’il faut le dire en toute honnêteté : si vous avez 50, 100 ou 200 euros en poche, personne ne va pouvoir vous faire des miracles. L’idéal, c’est d’avoir 1000 euros, ce qui est déjà une bonne base pour faire des petits paris à 30 euros, etc. L’idéal, c’est de commencer par petit, comme tout le monde l’a fait : quelques euros. Et ensuite, dès que vous arrivez à 1000 euros de capital, vous pouvez vous lancer dans l’aventure et, comme tu l’as dit, générer plusieurs centaines ou milliers d’euros par mois et par année, en fonction du capital que vous pouvez consacrer aux paris sportifs.

Merci Xavier pour ton retour d’expérience !

Xavier : Avec plaisir !

Maxence Rigottier : Si vous avez des questions, dites-moi un petit peu dans les commentaires juste en-dessous quelle est votre frustration, quel est votre problème dans les paris sportifs. Dites-le moi juste en-dessous ce cette vidéo, dans les commentaires, et je vous aiderai personnellement. Donc à bientôt pour de nouvelles vidéos !

L’étude de cas vous a plu ? Partagez-là sur facebook ou sur twitter ? 😉

22 réponses
  1. bibir
    bibir dit :

    Bonjour Maxence,
    Bravo pour cette interview très enrichissante et merci à Xavier pour sa contribution.
    Je paris depuis plus de deux ans et je suis ton blog depuis environ un an. Et juste avec les conseils disponible sur ton site mon permis d’être positif chaque mois depuis septembre. Chose qui était très rare avant que je découvre ton blog. Il me tarde que le Club re-ouvre ces portes pour que je puisse m’améliorer !

    Répondre
  2. yohann
    yohann dit :

    Encore une fois, super interview……Perso, je suis inscrit dans le Club Privé depuis 1 mois car je veux réellement gagner de l’argent dans les paris sportifs….En 1 mois, j’ai déjà appris beaucoup de choses et le fait de faire parti d’une communauté m’a appris également que s’en sortir seul dans les paris est difficile, pas impossible mais la communauté créée la Force. On gagne énormément de temps et on évite de perdre notre temps. Aujourd’hui, je me disperse encore un peu mais celà s’améliore…..Je joue depuis peu surtout en simple. Je fais encore quelques combinés (3 à 4/mois) mais beaucoup moins qu’avant et je pense supprimer ce type de pari définitivement pour me consacrer aux paris en simple. J’adore analyser le foot pour faire mes paris et je suis également 2, 3 tipsters avec un yield supérieur à 10% et j’essaie depuis peu d’en devenir un moi même………On verra avec le temps et plus de recul….. Je note tout et fait un bilan tous les mois (fichier excel). S’il faut ajuster certaines choses, j’ajuste!
    Voilà, merci encore à Maxence et Xavier pour ce partage. Les paris sportifs sont une passion pour moi, et, dans le monde en “crise” que l’on connaît actuellement, investir dans les paris sportifs est un moyen comme un autre d’arrondir ses fins de mois, et, avec une approche plus “professionnelle”, sûrement plus rentable que le déplorable taux rémunérateur du livret A.
    Yohann;-)

    Répondre
    • Maxence RIGOTTIER
      Maxence RIGOTTIER dit :

      Bonjour Yohann,

      Merci pour retour d’expérience vis-à-vis du Club Privé.

      Bannir les combinés est une excellente chose. 😉 Je suis 100 % d’accord avec toi par rapport au Livret A.
      Ne compte pas dessus.
      Il faut avoir un capital et être rigoureux et il n’y a pas de raisons que tu ne te dégages pas un complément de revenus.

      Répondre
  3. SEB
    SEB dit :

    juste un exemple de cotes ,
    sao paulo : vasco de gama

    handicap -1 sao paulo

    arjel @ 2.25 PWEB 2.40 BC 2.60 PMU
    bookmakers.com LA COTE LA PLUS HAUTE 2.18

    quelle explication as tu à me donner max ?

    Répondre
    • Tradyann
      Tradyann dit :

      SEBjuste un exemple de cotes ,
      sao paulo : vasco de gama

      handicap -1 sao paulo

      arjel @ 2.25 PWEB 2.40 BC 2.60 PMU
      bookmakers.com LA COTE LA PLUS HAUTE 2.18

      quelle explication as tu à me donner max ?

      On doit surement pas être sur le même type de pari.
      Si un book arjel cote mieux qu’un book étranger, c’est qu’il s’est planté et que le pari sera surement annulé.
      Mais comme il s’agit de plusieurs books, c’est pas une erreur de cotation.

      Par contre, ce sont quels marchés exactement car je ne suis pas certains que les books Arjel proposent des handicaps asiatiques !?
      Exemple Sao Paulo -1 : si Sao Paulo gagne d’un but qu’en est-il ?
      (un asian handicap, c’est gagnant… un european handicap, non!)

      J’ai vu récemment un comparatif de books (dont Arjel, .COM et beftair), il y a avait pas photo sur une semaine de pari : entre 200€ (book.com) et 500€ (betfair), et côté book arjel -400 à -500€ (évidemment pour les mêmes paris).

      Répondre
  4. eric
    eric dit :

    très bel interview qui nous montre que l’on peut réussir à gagner de l’argent aux paris sportifs .Perso, je suis inscrit au club depuis le début et je me suis contenté de voir comment cela se passait car étant débutant,je préférais avancer avec prudence et bénéficier de l’expérience de parieurs chevronnés.Je vais attendre la reprise des championnats de foot en aout et basket pour vraiment démarrer avec un capital de 1000 euros.Si vous êtes comme moi nous pourrions échanger nos “tuyaux” et partager les frais d’abonnement (par exemple)à différents tipsters pour parier sur les bookmakers.fr
    a bientôt.

    Répondre
  5. tradyann
    tradyann dit :

    SEBavec arjel si 2 BUTS d ecart tu gagnes et 1 but d ecart tu perds et book remboursé (pari asia)

    Tu dis qu’1 but d’écart, tu perds. Donc ce ne sont pas des asians handicaps.
    Logique que les cotes des asians des books.com soient donc inférieures… puisqu’on est pas sur le même type de pari.

    Par exemple, sur betfair les 2 types d’handicap sont proposés.
    Mais il faut bien différencier les 2, même si ils sont nommés de la manière :
    Equipe X +1

    Répondre
    • tradyann
      tradyann dit :

      Un exemple avec le match de samedi, Brésil-France.
      Pour l’instant, il n’y a pas de propositions mais il faudra regarder le jour même où la veille pour comparer avec les books arjel.

      Sur Betfair, il y a le marché nommé “Asian handicap” avec possibilité de prendre France+1 :
      http://www.betfair.com/exchange/football/market?id=1.109648711
      Donc si la France perd d’1 but, on est remboursé.

      Il y aussi le marché “France+1” :
      http://www.betfair.com/exchange/football/market?id=1.109648758
      Si la france perd d’1 but, le pari est perdant (en enlevant 1 but, ça correspond à un match nul). Donc ce marché est à 3 sélection au contraire des asians.

      Donc il faudra comparer avec ce dernier marché, qui aura donc des cotes plus hautes que le marché “asian handicap”. Et il est quasi certains que les cotes Arjel seront complètement à la rue par rapport à Betfair.

      Répondre
    • SEB
      SEB dit :

      avec l arjel si tu fais 2/1 dc 2/2 AVEC LE HANDICAP le book français te rembourse pas
      avec les books.com tu es remboursé.
      C est le même pari mais l arjel ne veut pas qu on soit rebmoursé (handicap asia)

      Répondre
      • tradyann
        tradyann dit :

        SEBavec l arjel si tu fais 2/1 dc 2/2 AVEC LE HANDICAP le book français te rembourse pas
        avec les books.com tu es remboursé.
        C est le même pari mais l arjel ne veut pas qu on soit rebmoursé (handicap asia)

        Ben non c’est pas le même pari…

        Betfair ne te rembourserait pas non plus dans le cas du marché de l’handicap+1 (european handicap).

        Les books arjel proposent donc uniquement des European handicap et non des Asian.

        Donc il ne faut comparer ces cotes avec les cotes des books.com qui eux proposent souvent tous des asians pour leurs handicaps.
        Toutefois, il existe aussi des books.com qui proposent des European Handicaps.

        Pour revenir à ta question initiale qui était de savoir pourquoi les books Arjel avaient de meilleures cotes que les books.com :
        la réponse est que ce ne sont pas les mêmes marchés tout simplement.

        Répondre
          • tradyann
            tradyann dit :

            Le problème de Betfair c’est le manque de liquidités sur ce type de marchés. Par exemple, pour Uruguay-France il faudrait regarder demain un peu avant le début du match… pour l’instant il n’y a rien d’échanger.

            J’ai regardé sur Betclic.fr et parionweb et je ne vois pas les handicaps !? Quels sont les noms de ces marchés exactement ?

            Sinon pour comparer, il y a Ladbrokes par exemple qui propose des Handicap “europeans”.
            Ladbrokes a coté par exemple Uruguay+1 à @1.30

            Sur bet365, Uruguay handicap+1 est à @1.10.
            Mais évidemment Bet365 propose des “asian” handicap, donc ce n’est pas la même chose.

            Donc si tu veux comparer les books arjel avec des books.com, regarde uniquement les cotes des handicaps de Ladbrokes (ou d’un autre qui propose aussi des european handicaps).

            Donc si tu disais que les cotes arjel étaient à @ 2.25 PWEB 2.40 BC 2.60 PMU
            bookmakers.com LA COTE LA PLUS HAUTE 2.18

            Si cette cote de @2.18 était un ASIAN contre des European, c’était je trouve très bien coté par rapport aux cotes Arjel ! 🙂

          • tradyann
            tradyann dit :

            Sur les books Arjel, j’ai regardé mais je ne trouve pas les handicaps ?

            Ladbrokes qui proposent des European handicaps propose aujourd’hui Uruguay+1 à @1.35

            Bet365 propose en Asian handicap Uruguay+1 à @1.14

            Sur betfair, en asian handicap : Uruguay+1 entre 1.15 et 1.20
            et en european handicap : Uruguay+1 @1.45

            Sur les books Arjel, à vue de nez je dirai qu’ils vont coter Uruguay+1 vers les 1.25,
            mais comme il s’agit d’European handicap, ces cotes seront à la rue par rapport aux 1.35 de Ladbrokes et 1.45 de Betfair.

    • Maxence RIGOTTIER
      Maxence RIGOTTIER dit :

      Hello Fawzi,

      Merci pour tes compliments, c’est gentil de ta part.
      A très vite sur le blog et n’oublie pas de regarder mes autres vidéos qui devront te plaire.

      Répondre
  6. Rory
    Rory dit :

    Bonjour,

    Bravo Xavier et Maxence :très instructive cette interview.
    30 minutes par jour et 500 euros par mois c’est le top : ça nous laisse le temps de profiter de la vie 😉

    Félicitation Xavier pour ta progression rapide.
    Quels sont et combien de books utilises-tu? .Arjel ou .com,Betfair?

    Je vais me constituer un petit capital pour commencer à suivre des tipsters.

    Maxence,combien coûte la formation et combien de temps dure-t-elle?

    Sur cette page,nous sommes sur le blog (forum public)
    Comment fait-on pour accéder au club privé paris sportifs?

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *