Par où commencer pour devenir parieur professionnel ?

Par où commencer pour devenir parieur professionnel ?

Par où commencer pour devenir parieur professionnel ?

Alors, si je vous dis cela, c’est tout simplement parce que j’ai parié de manière amateur de mes débuts, à peu près en 2007 lorsque j’ai eu 18 ans, jusqu’en 2012. Donc là, j’ai fait toutes les erreurs possibles et imaginables. Je me suis installé à Malte en septembre 2018, et c’est seulement depuis janvier 2013 que je gagne de l’argent tous les ans avec les paris sportifs. Et depuis avril 2018, j’habite à Tallinn en Estonie. Après avoir été expatrié dans un premier temps à Malte, je suis expatrié en Estonie depuis avril 2018. Voici mes recommandations si vous voulez devenir parieur professionnel, et gagner de l’argent dans les paris sportifs.

Critère n°1

La première chose que vous devez avoir à l’esprit, c’est avoir un capital. Moi, c’est le strict de chez strict, de chez strict : minimum 30 000 €, mais si vous pouvez avoir 40 ou 50 000 €, c’est encore mieux. Moi, ce que j’arrive à faire, et ce que je vous invite à avoir en tête, c’est en prenant le moins de risque possible, d’avoir au moins 50 % d’augmentation de capital. Qu’est-ce que je veux dire par là ? Si vous avez un capital de 50 000 €, de gagner au moins 25 000 € dans l’année. Pour quelles raisons ? Généralement, vous allez réaliser peut-être vos propres pronostics, vous allez peut-être faire un suivi de tipster, vous allez peut-être faire des paris longs-termes vous allez peut-être faire des du trading de cotes, et vous allez avoir certaines stratégies qui vont vous faire perdre de l’argent ; vous allez avoir d’autres stratégies, ça va être jackpot, et vous allez avoir certaines stratégies qui vont être modérées.

Moi, mon objectif c’est que l’ensemble de toutes mes stratégies, excepté les paris longs ternes, réalisent au minimum 25 unités. Il y a également évidemment la variance : il y a certains mois, je vais faire huit unités ; il y a un mois, je vais faire deux unités ; il y a un mois, je vais faire moins une unité… des choses comme ça vont me permettre minimum 25 unités gagnées dans l’année, soit 50 % d’augmentation de capital. Pourquoi ? Parce que 25 unités, et je mise 2 % de mon capital par pari, et du coup, ça me permet d’avoir des gains. C’est pour la petite analogie. Je vous dis : 50 % c’est le minimum que vous pouvez faire. Vous pouvez faire plus, mais comme je vous inviterai toujours à sécuriser vos pronostics, à prendre très peu de risques, toutes ces choses-là, ce n’est pas pour faire de fausses promesses.

Critère n°2

Ensuite, la deuxième recommandation, si vous voulez parier comme un pro, c’est d’avoir tous les outils des professionnels. Si aujourd’hui vous voulez être parieur professionnel, vous n’avez pas accès à Pinnacle, vous n’avez pas bet365, vous n’avez pas betfair, vous n’avez pas la panoplie, vous n’avez pas de portefeuille électronique comme Neteller ou Skrill, plein de choses comme ça, malheureusement – alors, Neteller, Skrill c’est un petit peu moins handicapant, mais si vous n’avez pas les meilleurs bookmakers pour parier, là où vous avez les meilleures cotes, là où vous avez la meilleure liquidité pour placer vos différents paris, là où vous savez que vous ne serez jamais être limité, même si vous gagnez des dizaines ou des centaines de milliers d’euros – malheureusement, vous perdez de l’argent et c’est quand même dommage sur le long terme, c’est un manque à gagner. Parce que quand un pronostic est perdant, vous perdez la mise que vous avez réalisée. Par contre s’il est gagnant, autant gagner de l’argent supplémentaire, parce que le risque est identique.

Critère n°3

Ma troisième recommandation, c’est : sécuriser et séparer. Donc votre capital c’est votre outil de travail, vous avez peut-être déjà entendu ça dans mes autres vidéos, j’aime bien répéter, parce qu’il y a trop peu de parieurs qui sont justement des parieurs et non des investisseurs. Certaines fois on peut être un bon parieur, mais… un bon pronostiqueur, pardon, mais un mauvais parieur.

Qu’est-ce que je veux dire par là ? Un bon pronostiqueur, on a de bons pronostics. Mais on peut devenir un mauvais parieur, parce qu’il y a un pronostic, on va mettre 7 % de son capital, dans un autre pronostic on va mettre 1 %, un autre pronostic on va mettre 4 %... et du coup, la mauvaise gestion de son capital peut amener, malheureusement, à perdre de l’argent, alors que finalement, de manière intrinsèque, on est un bon pronostiqueur, on donne de bons pronostics, mais on a une mauvaise gestion de sa bankroll, donc c’est quand même assez dommage, c’est ballot de perdre ou du moins, de ne pas gagner significativement de l’argent dans les paris sportifs à cause de cette erreur.

Critère n°4

La quatrième caractéristique et recommandation que je voulais vous partager, c’est les mises en flat betting. Pour quelle raison on peut avoir ce syndrome de la main chaude ? Et je vous invite à vous poser la question suivante, à vous dire : « waouh, lui je le sentais trop bien comme paris, lui je le sentais moins bien », et ainsi de suite. De manière générale, quand vous jouez des cotes qui sont plus ou moins similaires – moi, je joue énormément de cotes entre 1,50 et 2, et du coup, par ricochet je sais qu’une cote à 1,50 c’est rare qu’elle soit plus sûre qu’une autre cote à 1,50 dans ma sélection, dans mes propres choix par rapport aux critères que j’ai prédéfinis – j’aime bien me dire : OK, cette cote à 1,60 pour moi elle n’est pas plus sûre que cette cote à 1,50.

Dans tous les cas, si je place de l’argent, si je donne ce pronostic, c’est que je le sens énormément, je vois la probabilité de pertes qui est assez faible. Mais comme j’ai cette lucidité : le sport est homogène, rien n’est plus sûre qu’une autre chose, je préfère faire la mise en flat betting, mise fixe de 2 % de son capital par pari. Moi, c’est ce que je fais, parce que c’est une autre question qu’on me pose de temps en temps, on me dit : mais Maxence, est-ce qu’on doit faire 2 % de son capital défini en début de saison ou alors, on doit faire 2 % de son capital lorsque le capital est actualisé ? Je vais vous donner un exemple tout bête : moi, je mise 2 % de 50 000 €, donc je vous donne un exemple tout bête, donc 2 % de 50 000 €, mise de 1 000 € par pari. Si un mois plus tard je suis à 53 287 €, donc j’ai gagné 3 287 €, je continue à avoir une mise de 1 000 €.

Donc je vais juste le bilan au bout d’une saison ou d’une année complète, et ensuite là je change la mise, mais sinon je ne change rien tant que ça n’a pas été terminé, la saison ou l’année en cours, voilà. Après, à vous de voir pourquoi, parce que vous pouvez vous dire : OK, donc là si vous étiez à 1 000 € de mise, vous êtes peut-être à 1 025 € ou des choses comme ça. Ou alors, si le capital, vous démarrez par quelques pronostics perdant, au lieu d’être à 50 000 € de capital, vous êtes plutôt qu’avec 47 287, eh bien, personnellement, voilà, je me laisse sur un an 2 % maximum de mon capital par pronostic, et c’est ça qui fait une grosse différence sur le long-terme.

Critère n°5

Et dernière recommandation, cinquième recommandation, c’est se focaliser sur un seul et unique sport. Alors, une nouvelle fois pourquoi je vous dis cela ? C’est qu’on peut être expert, seulement sur un seul et unique sport. Il nous faut 10 000 heures d’expertise pour le maîtriser, ne plus répéter, répéter, répéter les erreurs qu’on peut avoir effectuées par le passé, et vraiment, avoir cette maîtrise qui ne sera pas acquise éternellement. Vous vous en doutez bien, on fait toujours des erreurs, on est humain, c’est ce qui fait notre caractéristique, mais qu’on commence petit à petit, à vraiment avoir cette fluidité, et surtout, avoir des bons choix dans nos différents paris.

Conclusion

Je récapitule les cinq caractéristiques :

1 : Avoir au moins un capital de 30 000 €, mais je vais vous recommander plutôt 40 à 50 000. Donc là, vous mettez de l’argent de côté avec les gains que vous allez avoir des paris sportifs, vous les réinvestissez, réinvestissez, réinvestissez, pour un jour vous professionnaliser, si c’est quelque chose qui vous intéresse.

2 : Avoir accès à tous les outils, pour parier comme un pro : betfair, Pinnacle, bet365, Neteller, Skrill, etc.

3 : Sécurisez vos pronostics. Votre capital, c’est votre outil de travail, donc faire des paris remboursés : paris draw no bet, paris asian handicap, paris chance double, donc bien sécuriser tout ce que vous faites pour ne pas dilapider votre bankroll.

4 : Mettre en place une mise de flat betting, donc une miss fixe de 2 % de votre capital par pronostic.

5 : Se focaliser sur un sport précis. Moi, je me focalise sur le football, mais ça vous donnera un petit aperçu par rapport à cela. 

MES CADEAUX OFFERTS

4_strategies
Betfair
Betes_noires

MES FORMATIONS ET PROGRAMMES

Sidebar_1-1-1
Sidebar_2-1-1
Sidebar_5-1
Sidebar_3-1-1
Sidebar_4-1-1

1 PRONOSTIC FOOT GRATUIT CHAQUE SEMAINE

Recevez un Pronostic Foot GRATUIT chaque semaine dans votre boite mail.

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest