Mon interview avec Quentin Toulemonde, qui est l’un des rares Français à avoir été bookmaker chez Unibet à Londres

Au dessus de ce message, vous n’avez qu’à cliquer sur le bouton “play” du lecteur Audio pour écouter l’interview, il se peut que le lecteur mette quelques secondes avant d’apparaître.

Vous pouvez l’écouter directement sur le blog en cliquant sur le bouton “play” ou le télécharger en cliquant sur “télécharger” ou en faisant un clic droit ici puis “enregistrer le lien sous….”.

[vsw id=”gHDFA1uHPV4″ source=”youtube” width=”425″ height=”344″ autoplay=”no”]

Vous pouvez retrouvez Quentin Toulemonde sur facebook en cliquant ici.

Vous pouvez également le retrouver sur son blog en cliquant ici.

Prochainement, je ferai la chronique du livre de Quentin 😉

Posez toutes vos questions que vous auriez aimé demander à un bookmaker dans les commentaires, Quentin vous répondra personnellement 😉

Transcription texte de l’interview:

Maxence Rigottier :  Bonjour, c’est Maxence RIGOTTIER du blog gagner de l’argent grâce aux paris sportifs

Aujourd’hui j’ai l’honneur d’accueillir Quentin TOULEMONDE qui est l’un des rares Français à avoir été bookmaker chez Unibet à Londres, il est également l’auteur du livre « Les paris sportifs en ligne: comprendre – jouer – gagner » aux éditions  Amphora, une petite vidéo lui a également été consacrée cette année par la maison d’édition Anphora pour évoquer sa vie de bookmaker.

Au cours de cette interview nous allons revenir sur sa vie de bookmaker, parler de son livre qui est le premier livre écrit par un bookmaker, et également revenir sur les conditions pour être un bon parieur.

Maxence Rigottier : Oui bonjour, je suis avec Quentin Toulemonde…

 

Quentin Toulemonde : Bonjour,

 

Maxence Rigottier : … Qui est l’un des rares bookmakers Français à avoir travaillé chez Unibet à Londres, je vais laisser Quentin se présenter

 

Quentin Toulemonde : D’accord donc en deux mots Quentin Toulemonde, j’ai été pendant six mois bookmaker chez Unibet à Londres, et à l’issue de cette expérience j’ai décidé d’écrire un livre sur les paris sportifs qui est sorti aux éditions Anphora depuis le mois de Mai dernier, et donc qui est un ouvrage qui se veut à la fois un ouvrage de présentation des paris sportifs pour ceux qui ne connaissent pas bien ce monde, et aussi pour les joueurs plus experts un guide pour améliorer ses techniques et pouvoir gagner grâce aux paris sportifs.

 

Maxence Rigottier : Donc toi tu côtoyé les différents bookmakers Unibet à Londres, raconte-nous un petit peu comment se passe une journée type d’un bookmaker ?

 

Quentin Toulemonde : Ok, rien de très très spectaculaire dans la journée d’un bookmaker, ce qu’il faut savoir c’est que maintenant avec Internet les bookmakers sont aux bureaux… il y a des équipes qui tournent 24/24,  7J/7 donc ça ne s’arrête vraiment jamais, avec le live Betting en plus maintenant on a des équipes qui sont vraiment très conséquentes, qui tournent en permanence dans les bureaux. Très simplement en fait on démarre la journée en regardant le planning des rencontres qu’on doit suivre, moi j’étais du côté du live betting plus particulièrement et à ce moment-là c’est très simple, on se renseigne sur les côtes qu’on va afficher, on vérifie aussi, on lit un peu les infos et les actualités sportives pour vérifier qu’il n’y a pas eu de news de dernières minutes qui feraient qu’on devrait changer les côtes et puis après la journée… c’est donc du tracking des côtes, du tracking du flux pour voir où est-ce que les joueurs placent leur argent, on vérifie toujours qu’on ne fait pas d’erreurs et puis toujours se tenir au courant de l’actualité en temps réel parce que  c’est avec le live Betting en pré-match la moindre information est immédiatement comprise/apprise par les parieurs et si le bookmaker n’est pas assez réactif ça peut être un problème pour lui.

 

Maxence Rigottier : D’accord, donc la quasi-totalité des journées  se déroulent à suivre la bonne évolution des côtes et également de vérifier… s’il n’y a pas des arnaques!

 

Quentin Toulemonde : Oui exactement, voilà c’est de l’information, un peu de technique mais surtout c’est ça… l’information et le suivi des côtes […]

 

Maxence Rigottier : D’accord… aussi beaucoup de mes lecteurs doivent se poser une question, c’est comment sont fixé les côtes par les bookmakers ? dans ton livre tu préconises plusieurs critères… parlez-nous un petit peu… comment les côtes sont fixées par les bookmakers?

 

Quentin Toulemonde : Alors effectivement je l’explique dans le livre, il y a trois sources d’information principales. La première c’est la base de données historiques pour avoir les côtes, par exemple on sait que Manchester United gagne huit fois sur dix à domicile ça donne déjà une première évaluation du pourcentage de chance qu’a Manchester de gagner mais ça ne suffit évidemment pas parce qu’il y a trop peu de matchs pour qu’on puisse se baser que là-dessus.

Donc ce qu’on fait également c’est regarder un peu les infos, comme je disais c’est une partie très importante du boulot du bookmaker, c’est de se tenir au courant de l’actualité notamment pour les sports individuels ou il suffit qu’un joueur se blesse pour que d’un coup de favori il passe super challenger donc  là il faut être super au courant pour affiner ses côtes et éventuellement complètement les changer.

Et enfin le dernier truc qu’un bookmaker fait avant d’afficher ses côtes  c’est regarder  les côtes de la concurrence aussi, tout simplement parce que les autres bookmakers peuvent avoir des informations qu’on n’a pas, il existe énormément de sites de comparaison de côtes qui sont accessibles aussi aux parieurs et que tu dois bien connaitre, et ensuite donc c’est ça… avant de se lancer et pour éviter les arbitrages entre les sites, vérifier qu’on n’est pas totalement  en désaccord avec les autres bookmakers.

Donc ça fait trois sources : base de données historiques, les dernières infos, et puis les autres bookmakers.

 

Maxence Rigottier : Donc si une côte est par exemple fixée par Unibet a 2.80 et que la concurrence met la côte à 3 ils vont surélever la côte, ou si la côte chez Unibet est à 2.80 et que la côte des autres bookmakers est à 2.50 ils vont baisser la côte.

 

Quentin Toulemonde : Oui exactement et en plus on cherche […] alors c’est le premier réflexe donc le truc immédiat à faire c’est effectivement corriger la côte, mais ensuite le boulot du bookmaker c’est aussi de comprendre ce qui a fait que la côte est montée ou descendue pour comprendre, pour essayer d’anticiper par la suite les mouvements qui pourraient y avoir.

 

Maxence Rigottier : Quel est le type de pari qui rapporte le plus d’argent aux bookmakers, ou qui malheureusement programme le parieur à perdre ?

 

Quentin Toulemonde : Alors je n’ai pas de statistiques, et  je n’ai pas de chiffre précis, il y a quand même pour le parieur, et j’en parle aussi dans le livre, il y a quelques paris qui sont un peu des pièges, il y a des techniques, qu’on entend ou il faut jouer tout le temps les côtes très faibles genre au-dessous de 1.15 ou au contraire jouer le super pari multiple avec la côte 2.50 ces trucs-là dans un sens on gagne très peu, dans l’autre… on a peu de chances de gagner

 

Maxence Rigottier : On perd beaucoup

 

Quentin Toulemonde : [Rires] Oui voilà, donc il faut faire super gaffe parce que les bookmakers disent « c’est une super côte vas-y joue » mais en fait moi ce que je dis dans le livre c’est avant de mettre de l’argent sur une côte qu’elle soit  faible ou qu’elle soit forte, c’est toujours réfléchir sur quoi on mise , sur quoi je suis en train de miser, être bien au courant sur ce sport parce que les bookmakers ils vont juste mettre une petite bannière sur un site dire « super côte de 50, pari remboursé »  et tout , en fait s’ils font des trucs comme ça c’est qu’à la fin ils sont gagnants donc toujours -c’est le conseil vraiment central , et je crois que sur ton site tu en parles aussi pour avoir regardé un peu ton site je crois que tu en parles pas mal- c’est vraiment être au courant de sur quoi on mise son argent quand même avant tout.

 

Maxence Rigottier : Exactement et je rebondis sur ce que tu as dit, c’est sûr qu’il ne faut absolument pas jouer sur une côte à 3.50 parce que la côte à 3.50 alors que l’on peut avoir, on mise mais je pense c’est donner également une côte aussi une côte avec un seuil minimum c’est-à-dire par exemple 1.70/1.80 car comme tu l’as dit jouer  des côtes à 1.20/1.30  le grand gagnant c’est le bookmaker

 

Quentin Toulemonde : Oui alors d’une manière générale quelle que soit la côte j’insiste il faut vraiment se méfier du pari facile « qu’on imagine facile »  si les bookmakers gagnent de l’argent et que il y a gens qui bossent à plein temps pour faire les côtes  c’est qu’il n’y a pas d’argent facile, on ne peut pas faire de l’argent facile avec les bookmakers, les jeux d’argent en ligne et les paris sportifs encore. Il faut réfléchir.

 

Maxence Rigottier : Oui exactement et de toute façon si le sport était sûr à 100% ça se serait malheureusement, mais la beauté du sport c’est quand c’est  aléatoire c’est vraiment tout ça qui fait son charme, donc si tout était sûr à 100%  il n’y aurait plus de bookmakers car tout le monde gagnerait des sommes d’argent exceptionnelles.

 

Quentin Toulemonde : Exact.

 

Maxence Rigottier : Et du coup, au cours  de ton passage à Unibet quels sont les types de paris que tu conseillerais a un débutant ou quels sont les trois conseils indispensables que tu donnerais à un débutant ?

 

Quentin Toulemonde : Ok les trois conseils… donc d’abord je suis tout à fait d’accord avec toi pour dire, d’abord un sport qu’on connais, de plus en plus maintenant les bookmakers en live proposent du streaming sur leurs sites donc maintenant on peut même avoir l’image en même temps parce que c’est vrai qu’au début le parieur débutant voudra un sport qu’il connaît bien avec l’image, plutôt que juste jouer la côte comme certains parieurs plus expérimentés peuvent le faire, au début c’est vrai qu’on peut jouer le pari 1X2 très classique c’est ce qu’il y a de plus facile à comprendre après les overs/unders qui ne sont pas très compliqués. Après il y a les paris beaucoup plus exotiques mais c’est vrai que le parieur débutant peut vraiment se concentrer sur ces deux fromes au début, et vraiment pas hésiter à miser des petites sommes pour se mettre en confiance, ce n’est pas du jour au lendemain ou que tu peux te mettre à gagner  1000€ ou 2000€ en une heure mais c’est vraiment au début pour accepter d’apprendre, de mettre des petites mises, tu perds un peu, tu gagnes un peu, tu vois ce qui marche ce qui ne marche pas, bien garder […] c’est toujours ce que je dis et ça tu le dis aussi sur ton site c’est garder de faire un suivi de tes paris pour voir ce que tu gagnes ce que tu perds, parce qu’au début on est tellement concentré par le match qu’on ne se souvient plus trop de ce qu’on a misé, ce qu’on a gagné, ce qu’on perdu. Au début c’est vraiment garder la tête froide, prendre son temps, mettre des petites mises et il sera temps de gagner plus gros plus tard.

 

Maxence Rigottier : Je crois qu’il faut vraiment jouer de la manière la plus rationnelle possible, et essayer d’enlever au maximum les émotions et les pulsions, essayer de se comporter comme un robot même si on est un être humain et que ça serait vraiment difficile d’être comme un robot mais en entreprenant une analyse à froid on aura un avis le plus objectif possible.

 

Quentin Toulemonde : Oui c’est exactement ça, je suis tout à fait d’accord.

 

Maxence Rigottier : Et justement concernant les paris en live je suppose que c’est également un système qui très  fluant  des bookmakers, qui rapporte énormément d’argent  car le système en live est plus basé sur l’irrationnel et les émotions que vraiment sur la raison.

 

 

Quentin Toulemonde : Oui et puis en plus il y a: un ça, et puis deux le fait que les paris en live ça permet de jouer notamment sur le pari console tennis ou on peut parier sur chaque point ou presque. C’est un produit qui est fun en fait jouer en live c’est fun parce que si je joue sur un Federer/Nadal, je dis que Federer gagne le prochain point alors en 30 secondes mon pari est résolu, et je sais si j’ai gagné ou si j’ai perdu donc c’est vachement plus intéressant pour le joueur et ça c’est un gros plus d’internet, maintenant on dit que -pas encore en France- mais au royaume uni c’est  2 tiers des paris qui sont placés en live en France c’est plutôt 50/50 parce que les français ne sont pas encore trop habitués au live betting mais on va tendre vers 2 tiers des paris en live donc c’est quand même beaucoup.

 

Maxence Rigottier : Oui parce que le marché français comme tu le dis dans ton livre  est en pleine expansion il devrait s’accroître d’ici les prochaines années.

 

Quentin Toulemonde : Oui alors ce que je dis dans le livre c’est qu’il y a une législation qui existe et qui est  assez contraignante pour l’instant parce que l’État français a voulu protéger le joueur et c’est normal, c’est la suite du monopole de l’État français, la française des jeux donc l’État ne voulait pas tout chambouler d’un coup ce qui fait qu’aujourd’hui le marché des paris sportifs a commencé à se développer mais certainement pas arrivé à maturité quand on voit qu’en Italie qui a choisi une autre politique, ça se développe beaucoup mieux, beaucoup plus vite. En France il va falloir faire quelques ajustements et effectivement il y a encore peut être une année un peu difficile 2011 ca va être compliqué pour les bookmakers, en plus c’est la crise, donc c’est difficile pour tout le monde, mais à partir de 2012 j’espère que les ajustements de lois qui sont à faire et qui sont bien compris vont permettre au marché des paris sportifs de décoller pour de bon, en plus là en 2012 on va avoir la coupe d’Europe de foot donc c’est toujours un petit coup de booste les coupes du monde, coupe d’Europe, jeux olympiques c’est toujours un petit coup de booste pour les paris sportifs, je pense qu’en 2012 on aura tous les astres qui vont se réunir ça sera parfait.

 

Maxence Rigottier : Le marché devrait s’accroître pour l’année 2012.

 

Quentin Toulemonde : Oui c’est ça voilà 2011 ca va être encore un peu de tests, les bookmakers vont chercher à savoir comment marche exactement la clientèle française, etc…parce que c’est quand même une approche différente, donc 2011 encore une année de test et en 2012 j’espère en tout cas qu’on aura un autre visage pour les paris sportifs en France.

 

Maxence Rigottier : Exactement, que penses-tu des bookmakers français par rapport à Unibet et également de l’arrivée de l’ARJEL en mai 2010?

 

Quentin Toulemonde : Alors pour les bookmakers il n’y a pas une énorme différence, moi je trouve qu’ils se sont plutôt bien adaptés il faut savoir que BetClic est le plus gros bookmaker qui n’a pas du tout été un bookmaker mineur avant l’ouverture ça prouve qu’il y a de la place et qu’il y a des entrants qui ont fait des efforts et je trouve que d’une manière générale… moi j’ai regardé un petit peu l’offre des paris et je suis très très agréablement surpris je vois qu’elle se développe beaucoup notamment en terme de live betting ce dont je parlais tout à l’heure il y a un vrai développement de l’offre, et ça c’est de toute façon une condition nécessaire pour que le marché français décolle. Après pour l’ARJEL, je trouve qu’ils font de très bon boulot, que ça se passe plutôt bien avec la loi qui est quand même mal foutue  comme je le disais avant il sont plutôt bons pour faire respecter et protéger  les mineurs et les joueurs a risque maintenant il va falloir qu’il y ait toujours cette volonté de dialogue qui est perdu entre les deux   pour que la loi évolue dans le bon sens et que l’ARJEL reste pas juste à faire l’arbitre… le méchant arbitre mais qu’elle soit là pour aider  les bookmakers à se développer.

 

Maxence Rigottier : Depuis l’arrivée de l’ARJEL les côtes des bookmakers français ont largement diminués car le taux de redistribution est au maximum autour de 85%  alors que a Unibet c’est 94% peut être ?

 

Quentin Toulemonde : Oui c’est ça, ca dépend des paris, ça dépend des sports mais c’est autour de 95%.

 

Maxence Rigottier : Donc du coup énormément de parieur sont incités à jouer sur des bookmakers étrangers pour bénéficier de meilleures côtes. Justement est ce que tu penses qu’avec l’ARJEL va elle évoluer? donc nous en tant que parieur on va pouvoir obtenir de meilleures côtes dans le futur ?

 

Quentin Toulemonde : Oui de toute façon ils vont être obligés parce qu’au début l’ARJEL avait dit on va mettre en place, la loi au début  c’est de dire : on fait un truc en France et on coupe l’accès aux sites étrangers. On a vu qu’il y a deux exemples : il y a eu Stan James, il y a eu une grosse bataille et ils ont fini par céder, et maintenant il y a Filezam qui est un site de casino en ligne basé dans les caraïbes et qu’ils n’arrivent pas du tout à fermer donc l’ARJEL a bien compris que de toute façon si un site illégal a envie d’exister il pourra toujours être disponible auprès du public en France donc par constat il va falloir changer ça fera partie  des ajustement j’espère pour 2012 il va falloir changer le mode… le taux d’impôt pour l’aligner sur celui qui est pratiqué au royaume uni en ce moment  de toute façon ils n’auront pas le choix et je pense qu’effectivement d’ici 18 mois à 2 ans on va retrouver un taux de retour de joueur qui reviendra autour de 95%, de toute façon ils ont même pas le choix donc ce n’est qu’une question de temps mais ils seront obligé de le faire.

 

Maxence Rigottier : Là tu nous annonce une bonne nouvelle à nous les parieurs, les côtes l’année prochaine ou d’ici 18 mois ou 2 ans devraient revenir « comme avant » et on aura des côtes sur des Betclic, ParionsWeb, PMU… aussi élevées que sur Unibet.

 

Quentin Toulemonde : Et moi je suis assez convaincu d’autant plus qu’il y a le cas italien, l’exemple de l’Italie est intéressant ils ont quelques années d’avance sur nous seulement et pareil au début ils avaient fait un truc hyper fermé avec un taux de retour aux joueurs très faible a 80% ou 85% et il se sont rendu compte que ça marchait pas du tout et le jour où ils sont passé à 95% d’un coup le marché à décoller et l’État y a gagné aussi parce qu’en baissant le taux d’impôt il y avait vachement plus de lignes donc finalement l’État a engrangé plus d’impôts donc il faut juste faire comprendre ca -et c’est le boulot des opérateurs depuis l’ouverture il y a un an maintenant- c’est le boulot des opérateurs de faire comprendre à l’état que si jamais il remonte ce taux de retour aux joueurs, ben le bookmaker est content, le parieur est content mais  l’État aussi est gagnant dans l’histoire.

 

Maxence Rigottier : Donc adoptons ta vision, je suis 100% d’accord. Que tout le monde soit gagnant, augmentant les taux pour les parieurs, et les bookmakers et l’État seront également contents puisqu’ils engrangeront des gains beaucoup plus supérieurs que maintenant.

 

Quentin Toulemonde : Voilà maintenant il faut juste essayer de changer les mentalités,  mais de toute façon avec l’Europe qui pousse derrière, la commission européenne qui pousse derrière, et certains qui commencent à penser à un marché unique des paris sportifs en Europe, de toute façon c’est la tendance que ça va suivre.

 

Maxence Rigottier : Et également concernant les SureBet il y a beaucoup d’organismes, ou de logiciels qui nous disent qu’il est possible de gagner de l’argent grâce au SureBet moi je pense qu’avec l’arrivée de l’ARJEL qu’il est quasiment impossible voire même impossible mis à part une ou deux exceptions car les bookmakers ont littéralement bétonné leur système car ils n’ont aucun intérêt qu’il y est des SureBet de mise en place, je voulais savoir toi ton avis concernant le SureBet en France, et s’il pouvait avoir lieu ?

Quentin Toulemonde : Pour l’instant effectivement c’est compliqué et je l’explique dans le livre pour les auditeurs qui ne comprennent pas ce que le SureBet,  il y a toute une section dans le livre qui consacrée […]

 

Maxence Rigottier : …Une explication très claire et précise avec des exemples

 

Quentin Toulemonde : Voilà c’est ce que j’explique, c’est que le SureBet du niveau des côtes, c’est vrai qu’en ce moment en France et comme on vient de le dire les côtes ne sont pas encore au top, donc le SureBet j’ai l’impression pour l’instant que c’est une méthode qui peut marcher mais c’est vrai comme tu dis elle est plutôt rare  donc moi je conseillerai aussi bien aux parieurs débutants qu’aux parieurs un peu plus avertis de laisser de côté cette méthode qui prend beaucoup de temps, et qui ne rapporte généralement pas beaucoup pour se concentrer plutôt sur des valuebet   qui sont à mon avis plus facilement accessibles.

 

Maxence Rigottier : Je rebondis vraiment sur ce que tu dis, je suis d’accord avec toi, le SureBet je pense que c’est 80% d’effort pour 20% de résultat il faut vraiment être tout le temps devant son écran et espérer éventuellement trouver un ou deux SureBet de temps en temps

 

Quentin Toulemonde : Et puis ce n’est pas fun tu passes ton temps à regarder tes côtes puisque le pari sportif c’est un peu ca a la base, c’est gagner de l’argent en se marrant si tu regardes tes côtes toute la journée…

 

Maxence Rigottier : Oui c’est exactement ça c’est prendre du plaisir en jouant et aussi je voulais revenir sur quelques chapitres de ton livre qui est vraiment très très intéressant par exemple les dix commandements du bon parieur, je voulais revenir un petit peu sur ce passage parce que la quasi-totalité de mes lecteurs sont des parieurs, donc je voulais que tu nous expliques un petit peu en détails qu’est-ce qu’un bon parieur selon toi et également qu’est-ce que tu préconises pour être le meilleur possible?

 

Quentin Toulemonde : En fait c’est effectivement dans le livre j’ai voulu faire juste un guide ce que c’est qu’un SureBet comme on vient de le dire, j’ai voulu vraiment permettre aux parieurs de se retrouver avec un guide complet pour pouvoir entrer en jeu. En fait il y a toute une préparation au départ avant de jouer avant de placer sa première mise il y a toute une préparation et donc là c’est effectivement 3, 4 pages de mémoires où je précise que ce sont ces 10 commandements qui font que le joueur va pouvoir arriver sereinement, des conseils vraiment tout bêtes , c’est par exemple miser l’argent dont on n’a pas besoin, c’est  se fixer des limites comme je disais tout à l’heure, avoir une stratégie pour changer à chaque pari, savoir se fixer des limites, connaitre le sport sur lequel on joue, être en condition pour parier, savoir faire des pauses… c’est vraiment des trucs hyper basiques une fois qu’on commence à connaitre un peu l’univers des paris sportifs ça paraît évident, mais vaut mieux l’avoir vu et lu une fois avant de se lancer là dans.

 

Maxence Rigottier : Je suis d’accord avec toi, vraiment il faut se donner un objectif et également se fixer un pourcentage de son capital dès le départ en fonction de chaque mise se donner quelques stratégies,  quelques objectifs, et ensuite les appliquer tout au long de ses paris sportifs

 

Quentin Toulemonde : Exactement, c’est parfaitement ça.

 

Maxence Rigottier : Et également  dans ton livre tu dévoiles les méthodes gagnantes et les méthodes perdantes concernant les paris sportifs et dans les méthodes perdantes je voulais revenir sur la Martingale, je suis à 100% d’accord avec toi, beaucoup de gens essaient de nous faire croire qu’on jouant la Martingale en fait c’est jouer à chaque fois le double de sa mise précédente à chaque fois qu’on a perdu mais une chose qu’il ne faut jamais oublier c’est que les bookmakers plafonnent leurs mises, alors je ne sais pas combien par exemple Unibet plafonnais ses mises ?

 

Quentin Toulemonde : ça dépend des matchs, ça dépend des sports, ça change aussi parfois même pendant les matchs, donc il n’y a pas du tout de généralités effectivement si on commence à jouer la Martingale on peut se retrouver surpris parce que le plafond peut arriver beaucoup plus vite qu’on l’imagine, si on est obligé de doubler à chaque fois il y a un moment ou très rapidement on va se retrouver à  atteindre le plafond, la Martingale c’est un truc qui est un peu populaire parce que tout le monde on a entendu parler, il y a des films où on voit des gens gagner des millions en jouant cette Martingale, en fait il faut dire ce que c’est… c’est juste un attrape couillon quoi […]

 

Maxence Rigottier : C’est vraiment du marketing

 

Quentin Toulemonde : C’est vraiment ça… complètement, c’est une espèce de méthode qui se veut gagnante parce qu’elle est un peu  pseudo scientifique mais en fait non… éviter cette espèce de tactiques qui ne marche pas.

 

Maxence Rigottier : D’accord, il y a aussi vraiment une chose sur laquelle je souhaite revenir, qui est vraiment très intéressante dans ton livre, c’est concernant les bonus des bookmakers parce que la plupart des bonus varient en fonction du bookmaker mais les conditions de toucher les bonus sont assez difficile en fonction des différents critères de chaque bookmaker et là où j’étais à 100% d’accord avec toi c’est vraiment  sur chaque bonus faut pas s’inscrire sur un bookmaker… je voulais revenir sur ce point

 

Quentin Toulemonde : Oui en fait le bonus c’est cool, c’est un petit coup de pousse au départ mais il ne faut absolument pas  tout miser là-dessus parce que comme tu disais il y a toujours les petits caractères en bas de la page sur laquelle tu cliques qui disent qu’ il faut jouer tant de fois le montant du bonus, il faut jouer sur des côtes un peu compliquées, tu as parfois des  périodes de temps ou tu n’as pas le droit de toucher au bonus, au fait le bonus  c’est vraiment le petit coup de pousse, la petite cerise sur le gâteau à la fin, mais ça ne doit absolument pas être la base de la stratégie,  il vaut mieux privilégier un bookmaker que vous trouvez sympa, qui est fiable, qui ne vous pique pas de l’argent pendant que vous dormez sur votre compte… je ne sais pas si vous êtes fan de Ping-pong, il y a des bookmaker qui propose peut être plus de match de Ping-pong que d’autres,  il faut regarder tout ça et après le bonus comme je dis c’est un petit cadeau sympa on prend mais  surtout pas le seul critères de choix du sur lequel je vais mettre mon argent, et surtout pas se dire je vais créer 15  comptes après on s’éparpille on sait plus où on ait, on perd ses identifiants, on est pommé,  alors que se concentrer sur 2 ou 3 bookmakers maxi, on a tout son capital, au moins on a une stratégie claire.

 

Maxence Rigottier : Exactement je suis à 100%  d’accord avec toi il faut vraiment se focaliser sur son argent, et le bonus c’est juste anecdotique, c’est la cerise sur le gâteau, il ne faut pas se dire je vais gagner de l’argent grâce au bonus c’est un petit coup de pousse pour pouvoir ouvrir un compte et c’est tout

 

Quentin Toulemonde : Oui c’est ça !

 

Maxence Rigottier : Tu es donc le seul bookmaker français à avoir écrit un livre qui s’appelle Les paris sportifs en ligne: comprendre – jouer – gagner aux éditions  Amphora, et il  y a seulement deux autres ouvrages qui existent sur les paris sportifs    et je voulais savoir qu’il est le plus de ton livre par rapport aux deux autres livres qui excitent et qu’est ce qui donnerait envie de l’acheter? Pourquoi j’achèterai le livre de Quentin Toulemonde ?

 

Quentin Toulemonde : [Rires] Alors oui il y a deux autres livres qui existent sur le sujet il y en a un qui a été écrit par un journaliste sportif, et l’autre par une communauté de parieurs, donc effectivement c’est tout à fait juste ce que tu dis c’est le premier livre qui a été écrit par un bookmaker, là on vient de discuter un peu de ce qui marche, ce qui ne marche pas, les conseils…etc. Le bookmaker est finalement celui qui est le mieux placé pour savoir ou est-ce que les joueurs perdent de l’argent, et où est ce qu’ils en gagnent lorsque j’étais bookmaker en temps réel on avait accès a ce que les joueurs misé, on savait exactement où est ce qu’on les piéger, où est ce qu’on gagné de l’argent, et ou c’est que au contraire c’été eux qui nous piégeaient, et c’est là la grosse force du bouquin c’est que c’est écrit par quelqu’un de l’intérieur ensuite c’est un guide qui est complet par rapport aux autres livres qui existent sur le sujet et qui sont un peu légers…  il faut dire ce qui est, et j’ai voulu donc renforcer tous les aspects du jeu donc là on a parlé de la  préparation mentale,  je présente les sites, je parle de la psychologie du joueur, je parle  de la loi… vraiment on achète le livre on a toutes les facettes du jeu qui sont expliquées dans un seul ouvrage et puis enfin le petit plus c’est essayer de retrouver l’aspect fun des paris sportifs dans le livre, ce qui est top c’est que l’éditeur Anphora a pour habitude d’imprimer une grande partie de ces ouvrages en couleurs, et c’est vrai que pour les paris sportifs avoir les couleurs, comprendre comment ça marche c’est toujours mieux, et puis  comme tu disais tout à l’heure il y a des exercices, des exemples, et des petits QCM pour que le joueur ne soit pas juste là entrain de potasser un manuel auquel il ne comprend rien c’est vraiment mettre des petits exercices super faciles au exercices plus compliqués pour qu’on puisse progresser sans avoir le cerveau qui explose parce qu’on a trop lu donc c’est ces trois points-là que j’ai voulu expliquer.

 

Maxence Rigottier : Ben moi qui ai acheté ton livre et qui l’ai lu, honnêtement déjà concernant la couleur, ça permet vraiment d’avoir un livre vivant, vraiment un bon design agréable à lire, avec les petits quiz, les résumés à  chacun de tes  chapitres, c’est vraiment un livre très dense qui se lit très facilement, et j’ai appris encore pas mal de choses notamment par exemple chaque fiche détaillée de tous les bookmakers ou  encore beaucoup de choses pour améliorer sa culture des paris sportifs.

 

Quentin Toulemonde : Merci pour ton intérêt,  c’été vraiment l’objectif que chacun y trouve son compte aussi bien le joueur qui débute que le joueur comme toi qui a un peu plus d’expérience, je voulais qu’en achetant le livre on puisse continuer à apprendre quel que soit son niveau.

 

Maxence Rigottier : Je voulais finir cette interview sur une petite statistique, combien d’€ mise un parieur en moyenne ? et combien de fois joue-t-il par semaine ?

 

Quentin Toulemonde : Alors c’est dans le livre, je n’ai plus le chiffre exact

 

Maxence Rigottier : Parce que tu avais indiqué 14 fois par semaine une mise de 8 € en moyenne à chaque fois.

 

Quentin Toulemonde : Oui voilà c’est des petites mises, c’est ce qu’on disait tout à l’heure c’est…

 

Maxence Rigottier : … des petites mises répétitives

 

Quentin Toulemonde : Pour l’instant le public français a encore besoin de découvrir les paris sportifs donc c’est des petites mises et régulièrement, mais comme je disais ça augmente au fur et à mesure des mois parce que les gens vont commencer à s’habituer mais pour l’instant c’est 14 fois  8 €.

 

Maxence Rigottier : Moi j’effectue des mises de 350 €, et je joue très rarement , mais  je pense qu’il vaut mieux  jouer un petit peu plus rarement,  et miser un petit peu plus, que malheureusement jouer de manière répétitive et impulsive et sans s’en rendre compte on perd plus d’argent parce qu’on ne fait pas vraiment le bilan on se dis qu’à chaque fois je perds 7 ou 8  € et on fait moins attention à sa perte d’argent que si on joue de plus grosse sommes.

 

Quentin Toulemonde : Oui complètement il faut bien rester conscient et toujours regarder le suivi de ce qu’on mise de ce qu’on gagne, de ce qu’on perd pour ne pas être surpris à la fin du mois quand il y a le relevé de compte qui arrive.  

 

Maxence Rigottier : Voilà exactement, et bien je te remercie infiniment Quentin de m’avoir accordé cette interview

 

Quentin Toulemonde : De rien Maxence

 

Maxence Rigottier : Et moi qui ai acheté ton livre les paris sportifs en ligne, et qui l’ai lu et ben je le recommande et prochainement je ferai un résumé, une chronique du livre pour que vous sachiez un petit peu plus ce qu’il y a l’intérieur  en tout cas j’ai trouvé ton livre très intéressant et ça m’a permis vraiment d’enrichir mes cultures des paris sportifs et surtout d’avoir l’avis d’un bookmaker

 

Quentin Toulemonde : Merci beaucoup Maxence

 

Maxence Rigottier : Allez a très bientôt au revoir

 

Quentin Toulemonde : A bientôt

Maxence Rigottier : J’espère que cette interview vous a plu, Quentin m’a également dit qu’il répondrait à toutes vos questions personnellement dans les commentaires, donc si vous avez des questions concernant son livre, sa vie de bookmaker, ou des paris sportifs en général, laissez dès à présent votre question dans les commentaires et Quentin vous répondra personnellement. C’été Maxence RIGOTTIER du blog www.gagner-de-largentgrace-aux-parissportifs.fr. A bientôt.

Partagez cette interview sur facebook ou à vos amis. 😉

14 réponses
  1. Jonathan
    Jonathan dit :

    Bonjour Maxence, Bonjour Quentin,

    Merci pour cet excellent interview. Je souhaitais savoir comment faisaient les bookmakers pour repérer un pari suspect et comment le bookmaker réagit à un scandale ou une fraude dans les paris sportifs?

    Merci d’avance Quentin de ta réponse.

    A bientôt.

    Répondre
  2. Quentin
    Quentin dit :

    Bonjour Jonathan,

    Le cas ne se produit que rarement chez les bookmakers classiques, qui proposent des plafonds de mises assez faibles par rapport à des betting exchanges comme Betfair. Cependant, nous avons accès en permanence à l’ensemble des paris placés par les joueurs (timing et montant), et si nous avons un soupçon nous sommes tenus d’en faire part au régulateur (ARJEL en France, Gambling Commission au Royaume-Uni).

    Quentin

    Répondre
  3. alain guillaume
    alain guillaume dit :

    j’aimerais,puisque que grâce a toi, Maxence,nous avons pu entrer en contact avec un “animateur de l’interieur”,et ma question sort un peu du cadre pari sportif,j’aimerais donc savoir si les jeux autres que les paris qui sont proposés par les books type roulette,black jack,ect,bref,le casino,étaient truffés de logiciels espions qui anticipent la conduite du joueur,je pense surtout a la roulette…je ne sais pas si l’on touche là a un tabou

    Répondre
  4. Quentin
    Quentin dit :

    Bonjour Alain,

    Je n’ai pas connaissance de ce type de pratiques. En tous cas, en paris sportifs, les cotes sont les mêmes pour tous les joueurs, un éventuel logiciel espion adapté à chaque joueur ne nous servirait à rien.

    Répondre
  5. alain guillaume
    alain guillaume dit :

    je parlais pas des paris sportifs mais des jeux d’argent comme chez unibet,du temps où on y avait accés et où l’on pouvait jouer a la roulette qui se pretendait live avec charmantes croupières lanceuses de bille,où comme chez betclic et bwin qui en possedaient aussi avant l’arjel…

    Répondre
  6. nicolas
    nicolas dit :

    Bonjour,
    Merci à Quentin et Maxence pour cette superbe interview. Ma question pour Quentin est la suivante:
    Lorsque tu étais bookmaker, avais tu le droit d’effectuer des paris sportifs?
    Aujourd’hui, as-tu le droit de parier? ( je pense que oui). A quel fréquence paries-tu? Quelle mise moyenne? Quel type de paris prèfères-tu ( 1X2, over-under, chance-double … ?). As-tu comme Maxence, décidé de miser sur des côtes supérieures à 1,9 ou 2 ?

    Merci d’avance

    Nicolas du blog http://www.parieur-web.com

    Répondre
    • Quentin Toulemonde
      Quentin Toulemonde dit :

      Bonjour Nicolas,

      Malheureusement, comme précisé dans l’article, je ne réponds qu’aux questions en lien avec mon activité de bookmaker, et non pas celle de parieur. Désolé !

      Répondre
    • Maxence RIGOTTIER
      Maxence RIGOTTIER dit :

      Bonjour Nicolas,

      Malheureusement, Quentin a été juste bookmaker donc il ne peut pas répondre à des questions en tant que joueur. 🙁 Mais si tu as une question par rapport au domaine des bookmakers, il y a aucun problème. 🙂

      A très vite. 😉

      Répondre
  7. alain guillaume
    alain guillaume dit :

    Y étant inscrit avant l’avenement de l’arjel,ils ne m’ont pas radié de leurs clients et acceptent toujours mes dépots et retraits…qu’est-ce que je risque aux yeux de la loi française?

    Répondre
    • Quentin Toulemonde
      Quentin Toulemonde dit :

      Oui, étrangement, Bet365, malgré sa grande popularité Outre-Manche, n’est pas encore tombée entre les griffes du régulateur français, qui ne contrôle absolument pas son activité. Par contre, si l’ARJEL mettait en demeure Bet365 (comme il l’a fait, par exemple, pour Stan James), les parieurs français illégaux verraient leurs comptes fermés et leur argent perdu (du moins en théorie, en pratique le bookmaker peut décider de virer l’argent restant avant fermeture, mais il n’en est pas obligé).

      Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *