PARIS sur le TURF : Quelles DIFFERENCES avec les PARIS SPORTIFS ?

Note importante : Cet article invité a été rédigé par Stéphane du blog Le Pronostic Parfait où il partage ses pronostics gratuits pour le turf ainsi que des astuces. Stéphane représente donc le “je” dans la suite de l’article.

horses-380420_1280

Quand on parle de faire des paris sportifs, on pense plutôt au football, au tennis ou au rugby mais pas aux courses de chevaux. Pourtant, les courses de chevaux sont un sport comme un autre : des compétiteurs s’affrontent pour remporter un prix. Par contre, en terme de paris, il s’agit d’une discipline à part.

Dans cet article, je vais vous expliquer les différences qu’il y a entre les paris sportifs “classiques” et les paris sportifs sur les courses de chevaux, sur le turf. Je vais aussi vous donner la petite exception qui fait perdre de l’argent à des milliers de parieurs tous les jours.

Différence n°1 : Le gain exact n’est pas connu à l’avance

Quand vous pariez sur un match de tennis, les cotes exactes sont connues au moment du paris. Ainsi, si vous pariez 10 € sur le gagnant d’un match de tennis et que sa cote est de 1.7, vous avez la certitude d’obtenir 17 € si votre pari est gagnant.

Quand vous pariez sur une course de chevaux, on vous ne vous donne que le “rapport probable”. Pourquoi probable ? Car le rapport final d’un cheval dépend du système mutualiste : plus les joueurs misent sur un cheval, plus sa côte baisse, le rapport final n’est donc connu qu’à l’arrivée de la course.

Néanmoins, on peut considérer que les rapports probables publiés 5 à 10 minutes avant la course sont relativement fiables car il faudrait une très grosse mise de dernière minute pour faire basculer les rapports drastiquement.

Comment fonctionne le système mutualiste ?

Pour calculer la cote finale, l’organisateur des paris effectue le calcul suivant pour les paris en Gagnant : Somme des enjeux en Gagnant divisé par Somme des enjeux en Gagnant sur le cheval dont ont cherche la cote.

Par exemple : si 80 000 € ont été joués en tout et que 2 000 € ont été misés sur le cheval, le rapport Gagnant sera de 40 (hors prélèvement du PMU de 13,70 %).

Différence n°2 : Votre cheval n’a pas “Gagné” la course ? Vous pouvez quand même gagner …

clip_image001

Pour le football, le tennis ou le rugby par exemple, il ne peut y avoir qu’un seul gagnant. Pour le turf, c’est différent, il est possible d’avoir des gains sans que notre cheval arrive premier. Voyons comment :

1 – Le Pari Placé

Quand vous pariez “placé” au turf, vous pariez que votre cheval arrivera dans les trois premiers de la course. Ainsi, qu’il arrive premier, deuxième ou troisième de la course n’a aucune importance car dans les trois cas vous gagnerez.

La différence avec le pari “Gagnant” c’est que vous toucherez un rapport moindre mais c’est normal car votre probabilité de succès est beaucoup plus élevée :

Exemple : pour une course à 16 chevaux, la probabilité que votre cheval arrive premier est de 1 sur 16, la probabilité que votre cheval arrive dans les trois premiers est de 1 sur 5,3 (16 divisé par 3). Le pari placé est donc intéressant si on souhaite gagner souvent mais moins d’argent par pari.

2 – Pourquoi certains parieurs perdent de l’argent : le système d’écurie

Savez-vous ce que ça veut dire, lorsqu’on dit que des chevaux “font écurie” ? Cela veut dire que des chevaux appartenant à un même propriétaire courent dans la même course.

Pourquoi est-ce important ?

Tout simplement parce que si vous pariez “Gagnant” sur un des chevaux de l’écurie et qu’un autre cheval de l’écurie gagne la course, vous gagnez quand même. Alors même que votre cheval n’est pas rentré ou pire qu’il n’a même pas terminé la course.

Exemple : L’arrivée d’une course est 12 – 9 – 4 – 6 – 14 mais le 12 « fait écurie » avec le 3 et vous aviez misé sur le 3. Et bien malgré que le 3 ne soit pas à l’arrivée, vous touchez quand même le rapport gagnant écurie.

Lorsqu’un cheval bénéficie d’un rapport gagnant “écurie”, il est précédé des lettres EC dans les résultats du PMU.

Cette exception n’est pas connue par tous les amateurs de turf : résultat, tous les jours des milliers de parieurs jettent leur ticket car leur cheval n’est pas rentré gagnant alors qu’ils auraient peut-être pu bénéficier du rapport “écurie”.

Je ne parle que des paris simples Gagnant et Placé car ce sont les paris des pros. Les autres types de paris s’apparentent à des combinés et ne présentent donc pas les avantages des paris simples.

Différence n°3 : Gagnant : une probabilité de gain moindre mais …

Comme évoqué plus haut, la probabilité de gain d’un pari en “Gagnant” n’est que de 1 sur le nombre de chevaux qui partent.

Donc, le premier réflexe qu’on va avoir c’est : “Mais c’est beaucoup moins que sur le football où c’est une chance sur 3 !”. C’est vrai mais cette donnée est prise en compte par les rapports qui sont beaucoup plus élevés que pour un pari sportif “classique”.

Par exemple :  le lundi 6 octobre 2014 la base que j’avais pronostiqué est rentrée première. Et bien celle-ci a rapporté 120 € en Gagnant et 44 € en Placé (pour 10 € de mise) alors que ce n’était pas un outsider…

Comme on a pu le voir, le turf a des différences qui peuvent le rendre attractif à certains parieurs alors qu’il n’y auraient pas pensé au premier abord. Mais comme pour les paris sportifs, il est vital d’avoir les bons conseils pour réussir.

Et vous ?

Jouez-vous au turf et pourquoi ? Laissez-moi votre réponse dans les commentaires ci-dessous. 😉

7 réponses
  1. claude
    claude dit :

    Bonjour Maxence,

    je vais être assez direct dans ma réponse.
    Effectivement le monde du turf est un monde à part pour les
    avantages et inconvénients cités dans l’article.
    Par expérience ( mon frère surtout ) aujourd’hui je ne suis pas convaincu, surtout pour les petits parieurs avec une petite bankeroll
    non plus que l’on puisse gagner beaucoup d’argent avec le Turf de part la cote et des courses ” arrangées ” ( et oui ça existe ).
    Mais bon le principal, c’est la cote.
    Etant donné que c’est du paris mutuel on ne sait pas vraiment à quoi s’attendre ( on a une idée) jusqu’au dernier moment .
    J’ai placé au turf mais j’ai arrêté depuis longtemps car les gains suivaient une courbe descendante même en suivant des pronostiqueurs
    chevronnés ( avec abonnement )Même mon frère a arrête mais lui il continue à observer juste pour les statistiques;
    Donc rien avoir avec l’univers des paris sportifs qui lui propose une multitude de possibilités de parier et d’avoir de réels résultats.
    En conclusion:j avais lu un article sur une personne dont le dada c’est les courses et qui passe 2 h à 2,5 h par jour pour trouver les bons chevaux avec des gains allant de 200 à 300 € par mois.
    C’est sûr c’est un complément de revenu mais pour le temps passé dessus…….Il faut que cela soit une passion sinon il vaut mieux laisser tomber. Point de vue perso mais après une expérience fort longue.

    Répondre
  2. Jean-Pierre
    Jean-Pierre dit :

    Bonjour Maxence,
    Si je joue au turf, c’est un peu pour des raisons de facilités: pas besoin de faire partie d’un club, il suffit de suivre un bon journal de pronostics et d’avoir un compte ouvert sur PMU ou mieux Zeturf (pari d’un euro seulement) et de parier ensuite. Rien de plus simple! Quant on a la chance de parier sur le bon cheval (gagnant de préférence), on peut gagner de jolies petites sommes. Aujourd’hui, le cheval gagnant du quinté du jour rapportait 14,30€ pour un seul euro de mise. Qui dit mieux?
    Jean-Pierre

    Répondre
    • Stéphane @ Le Pronostic Parfait
      Stéphane @ Le Pronostic Parfait dit :

      Bonjour Jean-Pierre,

      Je suis d’accord sur le fait que les cotes en Gagnant peuvent être très sympas !

      Par contre attention : les journaux de pronostics ne font pas de bilan. Ils ne parlent que de gains bruts.

      Certains journaux font des pronostics en 8 chevaux pour le tiercé … Donc c’est plus facile de gagner mais ça coute plus cher.

      Faire partie d’un club dans les pronostics hippiques peut permettre d’avoir des infos plus avancées que les pronostics de la presse et de disposer d’un bilan vérifiable.

      A bientôt,

      Stéphane @ http://www.le-pronostic-parfait.com/

      Répondre
  3. regis
    regis dit :

    bonjour, dans le turf , au début de la course, on connait lr rapport du gagnant puisqu’il s’agit de notre mise mutipliée par la cote…c’est pour le placé que c’est plus difficile…

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *