Pourquoi VINCENT souhaite arrêter le POKER pour VIVRE des PARIS SPORTIFS ?

Transcription – Pourquoi Vincent souhaite arrêter le poker pour vivre des paris sportifs ?

Maxence : dans cette nouvelle vidéo étude de cas, on va voir ensemble ce qu’apporte le club privé Paris Sportifs à Vincent. Ici Maxence Rigottier du blog gagner-de-largent-grace-aux-paris-sportifs.fr. Aujourd’hui, dans cette nouvelle vidéo, on va voir ensemble le profil de Vincent parce qu’il est également joueur de poker. Tu es actuellement à Tahiti. Tu as également vécu à Malte.

Juste avant qu’on voie tout ça dans cette interview vidéo, je vous invite à cliquer sur le bouton « s’abonner » juste en dessous. Ça vous permettra de rejoindre quasiment les 2000 parieurs gagnants abonnés. Cliquez sur le bouton « s’abonner » de la chaîne YouTube, ça vous permettra de recevoir gratuitement et librement toutes mes prochaines vidéos. Ça vous permettra de parier comme un pro, de générer du cash dans les paris sportifs et d’avoir des retours d’expérience de membres ou de tipsters par rapport à des sports précis.

Salut Vincent ! Est-ce que tu peux nous expliquer ton parcours dans les paris sportifs et quel est ce complément, pourquoi tu t’es mis aux paris sportifs alors que tu es également joueur de poker ?

Retrouver Vincent sur son site en cliquant sur l’image juste en-dessous :

Capture d’écran 2016-01-15 à 14.29.40

Vincent : salut Maxence. Je te remercie pour cette interview. Comme tu le dis, je suis, à la base, joueur de poker. Avant de découvrir le poker, j’étais aussi parieur sportif, mais parieur sportif amateur parce que j’ai commencé à 14 ans, j’étais au collège en 4ème. J’allais au bureau de tabac. Mes parents ne me passaient pas beaucoup d’argent de poche, donc je voulais essayer d’avoir plus d’argent de poche. Donc, je m’étais mis aux paris sportifs dans les bureaux de tabac et évidemment je ne connaissais rien à la gestion de bankroll, je n’avais même pas conscience que je misais sur des cotes scandaleuses. Au lieu d’avoir plus d’argent de poche à la fin du mois, j’en ai beaucoup moins, voire plus du tout.

Ces pertes en paris sportifs ont duré jusqu’à environ 18 ans. Vers 18 ans, mes parents ont décidé de prendre Internet et j’ai pu me renseigner sur les forums et les sites Internet. J’ai découvert la gestion de capital, les value bets, les cotes value sur lesquelles il faut miser pour être gagnant aux paris sportifs. Les paris sportifs, ce sont des analyses sportives, mais c’est aussi des mathématiques. J’ai pu allier ces deux choses-là, mes connaissances footballistiques aux mathématiques, aux statistiques et ça m’a permis d’enfin gagner de l’argent après 4 ans de perte environ et j’ai pu rebondir.

Ensuite, les paris sportifs ne me permettaient pas d’avoir un ROI suffisamment important pour pouvoir en vivre. De plus, pas longtemps après avoir gagné, l’ARJEL est arrivée en 2010, il me semble. J’ai dû abandonner les paris sportifs et c’est par rapport à ça que je me suis mis au poker. Petit à petit, j’ai commencé à gagner au poker et de là, j’ai pu gagner plus qu’à mon travail. J’étais vendeur et je gagnais plus qu’en étant vendeur, donc à partir de ce moment-là, j’ai décidé d’arrêter de travailler pour me consacrer pleinement au poker parce que j’ai toujours voulu être indépendant en fait. Dès mon premier travail, à l’âge de 17 ans en alternance, j’ai tout de suite compris que je ne voulais jamais travailler pour un patron. C’est un peu mon parcours pré club privé.

Maxence : tu es également un coureur à pied, donc on s’est aussi connu par rapport à mon site de course à pied. Pour rebondir sur tout ce que tu as évoqué, tu as démarré dans les paris comme tout le monde et tu as fait toutes les erreurs possibles et inimaginables. Moi-même, j’ai fait aussi toutes les erreurs possibles et inimaginables. Ensuite, tu as démarré avec une gestion de capital, avec des analyses, en pariant des value bets pour pouvoir gagner. Et en même temps, quand il y a eu l’arrivée de l’ARJEL, tu t’es lancé dans le poker et ça t’a permis de vivre de cette activité, d’arrêter ton boulot.

Et aujourd’hui, tu as également un site qui s’appelle Destin Paris. Est-ce que tu peux nous en parler et nous expliquer comment tu mixes poker et paris sportifs ? Comme tu l’évoquais aussi, maintenant le niveau de jeu du poker, il y a de plus en plus de membres à l’intérieur du club privé Paris Sportifs qui sont aussi des joueurs de poker, le niveau de jeu du poker a vraiment augmenté et donc du coup, il faut élever son niveau si on veut encore gagner sa vie avec le poker.

Vincent : voilà, c’est exactement ça. Le niveau du poker a vraiment augmenté. Il y a tellement d’articles qui paraissent sur le Net, tellement de vidéos qui sont faites que les gens recopient ce qu’ils voient. Ils voient des joueurs de poker gagnants, donc forcément ils font moins d’erreurs et le niveau est de plus en plus dur. En plus de ça, vu que c’est la crise un peu partout, il y a de moins en moins de joueurs, donc de moins en moins de mauvais joueurs. C’est donc de plus en plus difficile d’en gagner. On ne gagne plus comme en 2010 ou 2012.

C’est pour cela que j’ai décidé de me remettre aux paris sportifs parce que dans les paris sportifs, il y a de la variance, mais je pense qu’il y en a un peu moins qu’au poker par rapport au format qu’on joue. L’avantage aux paris sportifs, c’est qu’une fois qu’on a placé ses paris, on peut partir, faire d’autres occupations. Je peux aller courir, parce que je fais beaucoup de course à pied, même si je n’ai pas un niveau aussi élevé que le tien. Moi, je cours surtout pour le plaisir et mon niveau est moyen. Les paris sportifs me permettent de placer mes paris et ensuite je suis tranquille, j’ai l’esprit libéré. C’est très rare que je regarde les matchs sur lesquels je mise. Ça ne m’intéresse pas. Je n’ai pas envie de subir les aléas d’un match, un penalty sifflé alors qu’il n’y avait pas penalty. Je ne pense pas être suffisamment fort dans me tête pour ça et je ne vois pas forcément l’intérêt de faire ça.

Maxence : comme l’expliquent aussi d’autres joueurs de poker, la différence entre le poker et les paris sportifs, c’est que quand vous placez un pari, l’événement se fait. Si par exemple, vous jouez la NBA au basket, la MLB au baseball, la NHL au hockey, quand vous dormez les matchs ont lieu et après, vous n’êtes absolument pas au courant si le pronostic s’est bien ou mal passé parce qu’il y a eu une erreur d’arbitrage, ou même si à un moment il y avait une équipe qui menait énormément et puis après elle se fait rattraper. Au moins vous dormez et vous ne vous mettez pas des images atroces parce que quand on regarde des matchs en live et qu’on a misé des mises importantes, vous le savez comme moi que ça se joue à des détails et quand il y a des erreurs d’arbitrage ou une équipe qui fait n’importe quoi, ça peut devenir fou dans votre tête. Alors que dans les paris, l’événement se passe et contrairement au poker où il faut tout le temps être devant l’écran, si vous ne faites rien, il ne se passe rien.

Vincent : c’est exactement ça que je voulais dire. Au poker, on est coincé devant son écran pour gagner de l’argent alors que les paris sportifs pas du tout.

Maxence : première question : tu es membre du club privé depuis un peu plus de 6 mois, qu’est-ce que t’a apporté le club privé et surtout qu’est-ce qui t’a motivé de franchir le pas ? Il y a peut-être énormément de membres et de personnes qui écoutent et qui se disent : est-ce que c’est sérieux ? Qu’est-ce que ça peut m’apporter ? Est-ce que tu peux nous donner ton ressenti, ton retour d’expérience par rapport à ce que t’a apporté le club privé Paris Sportifs et aussi pourquoi tu avais franchi le pas ?

Vincent : déjà, ce que m’apporte le club privé Paris Sportifs, ce sont des échanges constructifs. J’en avais marre de discuter avec des joueurs de la FDJ qui ne comprennent rien aux mathématiques, qui misent sur un match parce qu’ils pensent par exemple que le PSG va gagner, mais qui ne regardent pas la cote. Quand on mise sur un match, il faut vraiment regarder la cote. Je n’avais jamais d’échanges constructifs hors club privé Paris Sportifs. Et là, grâce à tous les membres qu’il y a, je crois qu’il y en a 200 et quelques, bien évidemment je ne parle pas avec tout le monde, mais avec les quelques membres avec lesquels je parle, on s’entraide et on se tire vers le haut.

Maxence : absolument. On est un peu plus de 300 membres au moment où je fais cette vidéo. Comme tu l’as évoqué, sur des forums gratuits ou sur d’autres sites Web, je pense aussi aux pages Facebook, ça ne vole pas très haut et c’est dommage parce que ça nuit à l’image des paris sportifs.

Vincent : complètement.

Maxence : tu as un site qui s’appelle Destin Paris. Est-ce que tu peux nous expliquer comment tu sélectionnes tes pronostics sur le football parce que tu fais principalement des paris sur ce sport ? Comment tu procèdes dans ta sélection par rapport à un pronostic football ?

Vincent : c’est simple, je fais du football parce que c’est mon sport de prédilection, c’est celui où j’ai le plus de connaissances. Les championnats sur lesquels je mise, ça se concentre sur les 5 championnats majeurs : Angleterre, Espagne, Allemagne, Italie et France, plus les coupes d’Europe. Pour sélectionner mes paris, je regarde sur les sites et surtout sur Pinnacle. Je regarde les matchs sur lesquels je sens des choses par rapport à l’historique, à la forme actuelle et je regarde s’il y a une cote qui me saute aux yeux. Si cette cote-là me saute aux yeux, ça peut vraiment être sur tout type de paris, ça peut être sur over/under, sur des paris avec des handicaps, ça peut aussi être des semi-handicaps, je ne sais pas comment tu appelles ça, ce sont des handicaps qui remboursent soit la mise complètement, soit une partie de la mise.

Maxence : c’est ce qu’on appelle des asian handicaps, typiquement sur des over/under, ça peut être des asian handicaps over 2,25, 2,75, under 2, under 3, tous ces types d’asian handicaps.

Vincent : voilà, je fais tous ces types de paris. Et dès qu’il y a une cote qui me saute aux yeux, je regarde un peu, les historiques, j’essaie de faire quelques petits calculs pour voir si la cote me semble rentable et si elle me semble rentable, à partir de ce moment-là, je la poste sur mon site destin-paris.fr si c’est un pronostic public ou alors je les envoie à mes VIP, à mes membres abonnés en privé par email.

Maxence : je rebondis un peu sur ce tu as évoqué, tu joues vraiment sur tous les types de paris, donc ce qu’on appelle aussi les paris spéciaux, par exemple victoire la mi-temps et en fin de match. Je pense notamment à ton pari Tottenham contre Monaco et tu n’hésites pas à jouer des cotes à 2, à 3, à 4 parce qu’à partir du moment où tu estimes que c’est un value bet, c’est important de miser parce que ça vous permettra d’être gagnant sur le long terme.

Vincent : voilà c’est ça. Les value bets sur les grosses cotes vont me permettre d’avoir un ROI plus élevé qu’un value bet sur de petites cotes. Moi, je n’hésite pas. J’avais passé aussi, je ne sais pas si tu te souviens, une cote à 6,6 sur la victoire d’Angers contre Lyon avec le draw no bet, ce qui faisait une sécurité au cas où il y avait match nul. Dernièrement, j’ai failli aussi envoyer une cote à 58 sur un correct score, mais je n’ai quand même pas fait. Je n’ai pas posé, mais j’aurais pu !

Maxence : c’était quoi la cote à 58 sur le correct score ?

Vincent : c’était 3-0 pour Bastia à Troyes. Troyes a changé d’entraîneur, mais pour moi je ne pense que ça soit vraiment un changement. Je ne pense pas que le problème vienne de Jean-Marc Furlan. Jean-Marc Furlan était vraiment associé à l’image de Troyes. C’est vraiment un problème d’effectif et je pense qu’il aurait plutôt dû dénicher de jeunes joueurs de divisions inférieures ou de jeunes joueurs amateurs pour essayer de tenter un pari. De virer Jean-Marc Furlan, je le comprends au vu des résultats, mais pour moi ce n’est pas un choix optimal. De plus, Bastia a une très bonne occasion pour sortir de la zone des relégables en allant à Troyes qui n’a jamais gagné un seul match depuis le début de la saison.

Maxence : ce qui est important, comme tu le fais, c’est de bien regarder tous les paris qui sont proposés sur un match précis, parce que souvent on a tendance à ne regarder que le 1X2, donc soit la victoire à domicile, le match nul ou la victoire à l’extérieur, mais il y a des dizaines voire des centaines de paris par match, notamment sur les gros championnats majeurs européens.

Vincent : le 1X2, je le mise plutôt rarement. Je le mise de temps en temps parce que de temps en temps il y a des value bets, mais en général sur le 1X2 les cotes sont assez bien ajustées quand même. Les bookmakers ont l’habitude du 1X2, donc c’est plus dur de trouver des paris intéressants sur le 1X2. Mais j’en fais de temps en temps. Bastia du coup, je les ai proposés en victoire sèche, au lieu de proposer le correct score, j’ai proposé en victoire sèche à 3,410 sur Pinnacle.

Maxence : grosse cote si ça passe.

Vincent : voilà.

Maxence : comme tu as démarré les paris sportifs il y a de très nombreuses années, quelles sont les erreurs que tu faisais par le passé et maintenant tu te dis waouh, non mais franchement c‘était vraiment incroyable que je faisais ce type d’erreurs parce qu’aujourd’hui ça me paraît tellement évident de ne plus faire ces erreurs ? Quelles sont les principales erreurs que tu pourrais nous transmettre pour aider les parieurs débutants ou des parieurs confirmés qui tombent peut-être encore dans ce type de pièges ?

Vincent : c’est incontestablement la gestion de bankroll. Je me rappelle très bien, j’allais au bureau de tabac, j’avais mes premiers salaires, je faisais mon malin, je misais à 100 euros. Les buralistes pensaient peut-être que je gagnais aux paris sportifs alors qu’on sait très bien que c’est impossible de gagner à la Française des jeux. Miser de grosses sommes comme 100 euros sans gestion de capital, c’était vraiment n’importe quoi.

Et aussi faire des combinés. Je voulais forcément augmenter la cote, donc je faisais des combinés. Mais quand tu combines sur des cotes qui sont sous-évaluées et quand tu les multiplies entre elles, c’est vraiment n’importe quoi, je ne sais pas comment expliquer. Mathématiquement quand tu multiplies des cotes sous-évaluées entre elles, tu ne peux faire qu’une perte énorme sur le long terme avec ça.

Maxence : l’être humain a naturellement envie avec 20 euros en poche de gagner plusieurs milliers, mais le ticket à plusieurs milliers d’euros, il n’arrive jamais ou alors une fois tous les deux ans.

Vincent : c’est ça. La patience est vraiment primordiale. Le mieux est de miser sur des paris simples, sur des value bets et d’avoir une gestion de bankroll stricte. En gestion de bankroll, tout dépend les cotes que vous pariez en moyenne. Si vous pariez de petites cotes, je pense que vous pouvez avoir une gestion de bankroll à 5 % environ. Si vous pariez de plus grosses cotes, c’est mieux d’être entre 2 % de son capital et 1 % de son capital. C’est mon avis.

Maxence : complètement. Et il y a aussi un deuxième facteur à prendre en compte, c’est que plus votre capital est gros, par exemple si vous avez 10 000 euros, 20 000 euros, 30 000 euros, 50 000 euros ou plus, faire des mises plus moindres, vous n’allez pas jouer 4 % si vous avez 100 000 euros de capital. Mais si vous avez 500 euros de bankroll, là vous pouvez être plus agressif. En gros, il faut absolument diminuer son risque au démarrage par rapport à votre capital de départ, donc plus il est petit, plus vous pouvez être agressif en quelque sorte, en allant grand max à 5 % ; et plus votre capital est important, plus il faut vraiment diminuer le risque parce que sinon en cas de mauvaise passe, vous allez exploser votre compte ou alors une psychose.

Vincent : il vaut mieux assurer contre le choc psychologique et donc réduire ses mises avec un gros capital.

Maxence : je suis absolument d’accord. Les principales erreurs que tu faisais par le passé et que tu ne fais plus aujourd’hui, gestion de capital et maintenant tu fais des paris en simple au lieu de faire des paris combinés, ce qui permet vraiment de réduire le risque.

Pour finir sur deux dernières questions. La première, c’est : est-ce que tu as déjà été victime du tilt. Comme tu l’as expliqué, au poker on est énormément devant son écran. Est-ce que tu as déjà tilté à de nombreuses reprises aux paris sportifs et quel est le complément que tu pourrais trouver entre le poker et le pari sportif notamment vis-à-vis du tilt ?

Vincent : pour répondre à ta question, le tilt, je l’ai beaucoup connu au poker et je le connais encore d’ailleurs. C’est aussi pour cela que je monte mon site destin-paris.fr parce qu’il n’y a pas d’investissement, donc il n’y a pas de tilt. J’en ai aussi un peu aux paris sportifs surtout à mes débuts parce que je pariais aussi du livre. J’ai oublié de le mentionner et c’est vrai qu’en live, il y a des tilts énormes. Parfois tu vois le match, tu es persuadé que l’équipe va gagner parce qu’elle mène déjà 1-0 ou 2-0, ou alors elle mène 1-0 et c’est la 88ème minute, donc tu vas miser toute ta bankroll sur une cote à 1,10, donc tu vas miser 1000 ou 2000 euros pour gagner 100 ou 200 euros. Et là, il y a égalisation à la dernière minute des arrêts de jeu. Donc tu es vraiment dégoûté.

Le tilt, je l’ai connu et je pense que le fait de me professionnaliser au poker m’a permis de prendre du recul par rapport à ma bankroll, vu que je misais en fonction de celle-ci, donc un pourcentage en fonction de celle-ci, et maintenant, je le connais toujours un peu, mais aux paris sportifs, je ne le connais quasiment plus.

Et c’est aussi grâce à ton club parce que le fait d’échanger et d’établir des pronostics pour les autres membres, ça permet vraiment de prendre du recul parce qu’on ne parie pas forcément que pour nous, mais aussi pour les autres et on n’a pas envie de leur donner des paris de merde.

Maxence : c’est ça qui est bien, c’est que quand on partage ses pronostics et ses analyses, on est vachement plus concentré, on met plus d’application et de recherche parce qu’on n’a pas envie de donner de la merde aux autres, donc c’est extrêmement important et c’est aussi ça qui nous permet de franchir un cap. Pensez, si vous jouez au tennis ou si vous nagez, quand vous êtes dans une compétition, vous ne voulez pas voir l’air con, donc vous vous entraînez et vous donnez le meilleur de vous-même, alors que si vous étiez tout seul dans votre coin, évidemment que vous ne pourriez pas aller au bout de vos efforts parce que vous vous diriez à quoi ça sert, de toute façon, il n’y a personne qui est au courant, personne ne le voit. C’est ça qui est bien quand on est un minimum exposé, ça vous permet vraiment de donner le meilleur de vous-même et c’est le meilleur moyen pour progresser et parier comme un pro.

Vincent : il faut toujours prendre de la réflexion avant d’envoyer un pari.

Maxence : absolument, 100 % d’accord.

Juste pour finir sur une dernière question : quel message laisserais-tu aux personnes qui hésitent à rejoindre le club privé Paris Sportifs ?

Vincent : je leur dirais de venir parce que c’est un investissement qui est rapidement rentabilisé. Il y a de très bons parieurs dans le club, comme Anthony de matchnulrembourse.fr et il y a aussi Chris et son collègue du site lebonpronostic.com. Il y en a encore beaucoup d’autres que je ne connais pas encore. Rien que pour cela, je leur conseille de venir. Je ne sais plus combien coûte l’adhésion à ton club privé, mais suivant le capital, en même pas un mois, ça peut être remboursé. Tout dépend des capitaux des membres, mais c’est remboursé avant la fin de l’année, ça, c’est clair et net, c’est obligatoire.

Maxence : merci pour ton retour d’expérience. Si vous avez aimé cet enregistrement, l’interview étude de cas, cliquez sur le bouton « j’aime » juste en dessous. Également, vous retrouverez Vincent à l’intérieur du club privé Paris Sportifs ou sur ton site destin-paris.fr. N’hésitez pas à aller sur son site, ça lui permettra d’avoir du feed-back et surtout vous, ça vous permettra d’avoir des pronostics sur le football. Cliquez sur le bouton « like » de Facebook et partagez l’interview si vous l’avez aimée.

Juste avant de vous quitter, je vous invite à cliquer sur le lien à l’intérieur de la vidéo YouTube, ça va vous rediriger vers la page où il suffit juste d’indiquer votre prénom et votre adresse email. Vous allez vous inscrire sur la liste d’attente du club privé Paris Sportifs.

En rejoignant mon club privé Paris Sportifs, vous allez avoir accès à tous les outils comme parier comme un pro, donc Pinnacle, Betfair, Sbobet, Bet365, même si vous êtes résident français ou dans un pays où c’est non accessible. Vous aurez également accès à différents tipsters. Vous aurez des pronostics gratuitement à l’intérieur du club privé. Vous aurez à 100 % accès à tous mes paris pendant une année complète. Vous aurez accès aussi à une communauté. Il y a plus de 300 membres à l’intérieur du club privé Paris Sportifs. Vous aurez aussi accès à une séance de coaching commun par mois où on fait un tour de table, un petit débrief par rapport aux paris sportifs.

Il y a encore plein d’autres surprises, plein d’autres choses. Honnêtement, si vous êtes intéressé, cliquez sur le lien à l’intérieur de la vidéo YouTube. Indiquez votre prénom et votre adresse email, comme ça, ça vous permettra de savoir quand je vais rouvrir les inscriptions au club privé Paris Sportifs.

Si vous visionnez cette vidéo sur YouTube, je vous invite à cliquer en haut à droite sur le « i » comme info. Juste en haut à droite de la vidéo YouTube, il y a un « i » comme info, ça vous permettra aussi de vous inscrire sur la liste d’attente. Pour ma part, je vous dis à très vite à l’intérieur du club privé Paris Sportifs, sur le blog ou ailleurs, ou peut-être à Malte. À bientôt.