N’écoutez PAS l’excuse de la variance utilisée par les tipsters BIDONS !

Pourquoi vous ne devriez pas écouter l’excuse de la variance utilisée par les tipsters BIDONS ! :

Bonjour et bienvenue dans cette nouvelle vidéo du blog gagner-de-largent-grace-aux-paris-sportifs.fr. Ici Maxence Rigottier.

Je vais vous parler de la variance. Si vous faites un suivi de tipster ou vos propres pronostics sur le rugby, le basket, le tennis, vous avez de temps en temps ce que l’on appelle la variance c’est-à-dire que dans certains paris vous avez vraiment de la chance, ça passe in extremis, et dans d’autres, pas de bol, vous perdez à la dernière minute, par rapport à une erreur d’arbitrage ou autre chose.

Qu’est-ce que la variance ? C’est simplement des éléments impondérables que l’on va avoir dans le pronostic. Quand vous faites un pari sur le rugby et qu’à la 80ème de jeu il y a égalité et que l’arbitre refuse absolument de siffler des pénalités ou alors la personne qui tire les pénalités en loupe cinq dans le match pendant que l’autre en face les mets tous à 100%, du coup vous n’avez pas de bol. C’est ce que l’on appelle la variance : c’est quand on a la chance ou inversement la malchance de jouer un pronostic sur le foot et qu’à la 94ème minute de jeu, vous encaissez parce qu’il y a eu une égalisation ou il y a eu un but qui donne la victoire. Vous êtes content dans ce cas.

Quand vous faites 100, 200, 300, 400 pronostics, il y a certains paris où clairement il faut l’avouer on n’a pas de bol et d’autres on a vraiment un bol incroyable alors que jamais on croyait le gagner.

La variance est inévitable chez tous les parieurs. Dès que vous faites pas mal de paris, il y a des événements où vous avez de la chance et d’autres vous en avez moins.

Mais un point dans lequel il ne faut pas se laisser avoir, c’est de tomber dans l’attitude des faibles ou des mauvais parieurs, c’est-à-dire si quelqu’un fait douze paris perdants d’affilée, ce n’est pas la variance. S’il joue douze matchs cote de 2 où vous avez une chance sur deux de gagner et que les douze sont perdants, ce n’est pas variance, c’est juste que le parieur est mauvais. Et inversement si vous faites douze paris cote de 2 et que les douze sont gagnants, ce n’est pas la variance mais c’est que le parieur est bon.

C’est important de ne pas utiliser la variance comme une excuse. C’est pourtant ce que font beaucoup de parieurs en se disant qu’ils sont dans la variance alors que le mec n’est tout simplement pas bon.

Ça arrive de temps en temps, de gagner ou de perdre in extremis mais ça ne tombe pas sur tous les matchs non plus. C’est cela qu’il faut savoir. Il y a tant de pourcents de matchs où vous allez avoir de la chance ou de la malchance et d’autres fois, ça va se passer comme prévu par rapport  à votre analyse. Ou inversement, vous allez être à côté de la plaque mais ce n’est pas de la chance ou de la malchance.

La chance ou la malchance a seulement lieu dans les cas où vous gagnez alors que vous étiez censé perdre et inversement, vous auriez dû gagner et vous perdez : par exemple, vous jouez la victoire d’une équipe qui mène 4-0 à la mi-temps et à la fin du match, il y a 4-4, clairement vous avez pas de bol. Et inversement, vous jouez une équipe qui doit gagner, elle perd 3-0 à la mi-temps et finalement elle gagne 4-3, là vous avez clairement du bol.

Bien comprendre que la variance c’est la chance ou la malchance. Bien comprendre aussi le fait qu’il ne faut pas utiliser la variance comme une excuse de faibles où les parieurs qui vont faire plein de paris perdants disent que c’est dû à la variance alors qu’en fait c’est juste qu’ils sont mauvais.

Dernier point : comment limiter la variance ?

C’est en faisant entre 150 et 300 pronostics par saison et par sport. Par exemple, on va dire que si je fais 1000 paris, j’ai plus de chance de lisser la variance que si j’en fais 100. C’est la théorie, c’est vrai et ça se tient, c’est logique. Mais dans la réalité, si vous faites 1000 paris, il y a de grandes chances que vous ayez des résultats très limites parce qu’il n’y a pas 50 000 opportunités par saison dans chaque sport.

Il y a en gros entre 150 et 300 pronostics par saison et par sport si vous voulez jouer serrer, tout le temps prendre les opportunités. Si vous jouez 300 paris, ça va être sur ces 300 paris que vous allez pouvoir limiter la variance parce qu’il ne faut pas oublier que dans les paris sportifs c’est la qualité qu’il faut privilégier et non la quantité.

Un parieur qui fait beaucoup de paris va souvent avoir un ROI inférieur à celui qui en fait 200. Vous allez me dire que si la personne a un ROI de 10% sur 1000, ça va me faire plus gagner d’argent que quelqu’un qui a un ROI de 15% sur 200 paris. C’est vrai mais ce n’est pas évident de pouvoir enchaîner beaucoup de paris pour limiter cette variance.

N’oubliez pas qu’il est mieux augmenter légèrement vos mises sur 300 paris que de rester sur des mises identiques et jouer énormément de paris, parce qu’à un moment donné, vous allez jouer beaucoup de paris qui n’ont pas lieu.

Le message que je voulais vous transmettre aujourd’hui dans cette vidéo c’est :

1) la variance c’est la chance ou la malchance que vous avez sur vos paris

2) ne pas utiliser la variance comme une excuse de parieurs mauvais

3) toujours privilégier la qualité à la quantité, et rester entre 150 et 300 paris par saison et par sport pour limiter cette variance. Quoi qu’il arrive, vous le savez, il y a des matchs où vous allez gagner à la 93ème, ou perdre à la dernière minute.

Pensez au football, ça fait peut-être 5, 10, 15 ans que vous suivez le football à la télé, vous avez beau le savoir, il y a des matchs où vous vous dites que vous gagnez in extremis à la 93ème minute, et inversement il y a des matchs qui sont perdus à la dernière seconde, et ça sera encore le cas dans 5 ou 10 ans, donc il faut bien en avoir conscience et le limiter en ayant toujours cette approche qualitative par rapport à la quantité.

Merci d’avoir suivi cette vidéo et je vous dis à bientôt pour de nouvelles vidéos dans les paris sportifs. A bientôt.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *