Transcription – Comment vaincre les perceptions par rapport à la réalité dans les paris sportifs ? 

 

Comment vaincre les perceptions par rapport à la réalité dans les paris sportifs ?

 

Aujourd’hui, je vais vous donner un retour d’expérience et on va revenir sur différentes notions qui sont très importantes pour gagner sa vie dans les paris sportifs.

 

Juste avant que je vous explique tout ça en détail dans cette vidéo, je vous invite à cliquer sur le bouton « s’abonner » juste en dessous et rejoindre plusieurs milliers de parieurs gagnants abonnés à la chaîne YouTube.

 

Vous le savez, généralement, j’avais déjà fait une vidéo sur le sujet, quel est le pourcentage de chance dans les paris sportifs pour gagner ?

Il y a beaucoup de personnes qui vont vous dire qu’il n’y a pas de chance, c’est évidemment à 100 % que tout savoir-faire, de la compétence, de la connaissance et de l’expertise. Et d’autres parieurs, plus comme moi, ont conscience qu’il y a une partie de la chance. Evidemment, il ne faut pas confondre chance et variance, mais il y a forcément une partie de chance vis-à-vis d’un pronostic précis, parce qu’à un moment donné il y a trop d’événements qu’on ne peut pas maîtriser.

 

Je vais vous donner quelques exemples précis et je vous invite aussi à visionner par rapport à Live score ou Flash résultats tous les week-ends les différents résultats. Je vous donne un exemple précis par rapport au football, parce que c’est un sport que j’affectionne particulièrement et qu’on peut voir des choses impossibles devenir possibles. C’est assez impressionnant par rapport à ça.

 

Ça vous est certainement déjà arrivé de perdre à la 90ème minute, de se dire ce n’est pas possible, comment j’ai pu perdre ce pronostic alors qu’avant le début du match, si vous demandez à 1000 parieurs si telle équipe va perdre, il y a 999 parieurs qui vont vous dire non, c’est strictement impossible, cette équipe ne va pas perdre.

 

Je vais vous donner quelques exemples concrets. Par exemple, c’était dans le championnat d’Italie. Vous savez, j’ai un service lay 0-0 sur Betfair, donc je vends mes pronostics lay 0-0, et de manière générale, je prends les différentes ligues où il y a eu plusieurs 0-0 qui sont tombés, je joue une fin de série.

 

En fonction de la ligue, vous avez entre 5 et 12 % de 0-0. Par exemple, l’Allemagne, vous avez 5 % de 0-0. Si c’est la ligue 1 française, série A italienne, primera division espagnole, premier league anglaise, c’est souvent entre 8 et 12 %. Je prends un exemple. S’il y a eu 5 0-0 qui sont tombés en 20 matchs, ça veut dire qu’on est déjà à 25 % de 0-0. Forcément, à un moment donné, il y a une partie des matchs où il n’y aura plus du tout de 0-0, pour rééquilibrer sur le long terme. Sauf que de temps en temps, ça enlève les statistiques, le biais par rapport à ça. Je vais vous donner quelques exemples.

 

Par exemple, en Italie, les 40 premiers matchs, il n’y a eu jamais de 0-0. On pourrait se dire, c’est vrai que les personnes qui sont bien mathématiciens et qui sont bien carrés par rapport aux stats vont vous dire : chaque événement est interdépendant les uns des autres, c’est-à-dire que ce n’est pas parce qu’il y a eu 40 matchs sans 0-0 que le 41ème match, il y a plus de probabilités qu’il y ait 0-0. La réalité, si ça fait 40 matchs qu’il n’y a pas eu de 0-0, si, il y a une probabilité plus importante qu’il y ait 0-0, que différents 0-0 tombent. N’hésitez pas à regarder sur Flash résultats par rapport à ça.

 

Où est-ce que je veux en venir ?

Généralement, il peut y avoir des scénarios où on se dit : ce n’est pas possible !

Je prends l’exemple Barcelone/Alaves, victoire d’Alaves à Barcelone au New Camp, cote à 34. Si on pose la question à 1000 parieurs avant le début du match, on se dit : à votre avis, est-ce que Barcelone va perdre à domicile face à Alaves, en ayant Messi, Naymar ou d’autres joueurs ? Il y a 999 parieurs qui vont vous dire : jamais de la vie Barcelone ne va perdre contre Alaves. Au pire, un match nul, mais jamais de la vie, ils vont perdre contre Alaves.

Réalité : Alaves gagne 2 buts à 1.

 

Ensuite, si vous prenez un peu les grands championnats majeurs européens de football, vous pouvez regarder tous les week-ends, vous avez énormément d’outsiders qui s’imposent ou font match nul.

 

J’ai un membre dans mon club privé Paris Sportifs qui assez expert par rapport à ça. En fait, il joue les outsiders généralement avec des asian handicaps +1, +0,75, +1,5, parce qu’au lieu de jouer une cote à 6, il va prendre une cote à 2,40, mais avec un asian handicap +1. Typiquement, pour le match Barcelone/Alaves, il n’aurait pas joué Alaves la victoire à 34, mais il aurait pris Alaves +2 ou Alaves +3, comme ça, si Barcelone gagne 2-0 en ayant Alaves +3, il rembourse quand même le pronostic. C’est pour vous donner un ordre d’idée. Il joue sur les grosses values, en assurant avec un pari asian handicap.

 

Ce que je veux dire par là, c’est que oui, il y a une part de chance dans les paris sportifs. La seule chance qui se réduit à 100 %, ce sont les paris long terme parce que c’est énormément d’événements distincts, donc on est moins soumis à ce facteur variance, à une erreur d’arbitrage, d’un joueur dans un sport individuel, de la non-motivation d’une équipe pour un sport collectif, etc.

 

N’oubliez pas, dites-vous toujours : OK, ne soyez pas systématiquement à jouer des équipes favorites. Les débutants, c’est un peu leur gros problème, ils vont parier sur le favori en disant, c’est bon Arsenal à domicile, contre West Bromwich, je vais jouer la victoire d’Arsenal. Si c’était le cas, ça serait trop facile. La seule stratégie qui est utile, c’est sur les équipes comme Barcelone, PSG, Real Madrid, Bayern Munich où vous avez un ROI entre 5 et 10 %, la Juventus de Turin, surtout entre 5 et 10 %, parce que ce sont des équipes très solides.

 

Mais des équipes comme Arsenal, Manchester United, Dortmund, le Napoli, le Milan AC, etc. là, c’est la descente aux enfers si vous réalisez tout ça.

 

Donc n’oubliez pas, dites-vous toujours : OK, quand je fais les points positifs et les points négatifs d’un pronostic, il y a toujours une petite part que même si vous demandez à des forums, même si vous regardez sur des sites web, même si vous passez des heures et des heures à analyser un match, vous aurez toujours cette partie perception de l’être humain.

 

Je vais conclure cette vidéo par rapport à ça. Vous avez un livre qui s’appelle le Signe noir, où il explique que l’être humain a une tendance à surestimer ce qui est sûr d’arriver et à sous-estimer ceux qui n’y arrivent pas.

 

Exemple concret, dans les paris sportifs, comment ça se traduit ? Le parieur a tendance à surestimer la victoire d’un Barcelone, d’un PSG, d’un Dortmund, d’un Bayern Munich, d’un Juventus de Turin, d’un Manchester City et de sous-estimer la victoire ou le match nul d’un outsider. Je prends un exemple. Si vous avez 10 matchs du PSG, PSG contre Saint-Etienne, vous allez peut-être avoir 9 fois sur 10, la majorité des parieurs qui vont dire : victoire du PSG. Peut-être pas PSG /Saint Etienne, c’est un peu trop équilibré, mais PSG /Dijon, vous allez avoir 98 % des gens qui vont dire victoire du PSG, alors que la réalité, si vous faites 100 matchs, il y aura moins de 98 victoires du PSG ; il y aura peut-être 95 victoires du PSG, 3 matchs nuls et 2 victoires du Dijon.

 

Mais l’être humain surestime les événements qui arrivent, qui ont l’habitude d’arriver, mais qui arrivent un petit peu moins souvent qu’ils n’ont l’air, et sous-estime les événements qui n’arrivent pas souvent. Vous avez souvent entendu, mais tu es fou, ça ne va jamais arriver, et au final, ça arrive beaucoup plus souvent, d’où par exemple un match entre Barcelone et Aleves, victoire d’Alaves cote à 34, parce que les parieurs sous-estiment la victoire d’Alaves. Certes, ça va peut-être arriver deux fois dans l’année, mais si vous faites passer deux cotes à 34, vous êtes largement plus rentable que de gagner 32 cotes à 1,05 sur une victoire de Barcelone au New Camp.

 

Merci d’avoir suivi cette vidéo. N’oubliez pas toujours d’avoir en tête et de casser ce biais des perceptions. Moi, quand j’engage un pronostic, je me dis à chaque fois que tout est possible. Je reviens sur le rationnel en me disant, OK là ça fait déjà différents 0-0 qui sont tombés donc il y a quand même de grandes chances que ça tourne, mais ce n’est pas sûr à 100 %.

 

C’est pour ça que systématiquement, et j’insiste bien, dans tout ce que je réalise dans les paris sportifs, paris long terme, je vais préférer de jouer la qualification d’une équipe que le vainqueur d’un groupe ; je vais privilégier le top 3 au vainqueur du championnat. Si je fais de lay 0-0 sur Betfair, je vais privilégier le lay 0-0 à 6 plutôt que de jouer le lay 0-0 classique. Si je fais des pronostics classiques, je vais préférer faire un asian handicap, un pari chance double, un pari remboursé, un pari draw no bet pour enlever cette perception, pour moins avoir cette surexcitation par rapport à oui ça va arriver et en revanche, non ça ne va pas arriver par rapport à l’équipe outsider.

 

Merci une nouvelle fois. Si vous pensez qu’il n’y a pas du tout de chance dans les paris sportifs, je vous invite à partager votre expérience dans les commentaires juste en dessous. Si vous aussi, comme moi, vous savez qu’il y a une partie de chance, rien à voir avec la variance, mais de temps en temps il y a quand même une partie de chance qu’on ne peut pas maîtriser, je vous invite à laisser votre feedback.

 

Juste avant de vous laisser, je vous invite à partager la vidéo et mettre un petit pouce juste en dessous. Ça me permettra d’avoir votre feedback, merci une nouvelle fois.

 

Pour vous remercier d’avoir visionné cette vidéo, je vais vous offrir ma vidéo bonus, 4 stratégies pour gagner de l’argent dans les paris sportifs. Gagner de l’argent avec vos propres pronostics, un suivi de tipsters, des trades sur Betfair, des paris long terme.

 

Cliquez sur le lien à l’intérieur de la vidéo YouTube, indiquez votre prénom et votre adresse email et je vous dis à tout de suite de l’autre côté pour la vidéo bonus. Bye bye !