[Vidéo] Comment vaincre les perceptions par rapport à la réalité dans les paris sportifs ?

Au cours de cette vidéo, vous allez découvrir pourquoi et comment vaincre les perceptions par rapport à la réalité dans les paris sportifs. J’évoque également une expérience que je suis entrain de réaliser sur des tipters  Britannique et Français.

Transcription texte de la vidéo

 Bonjour à tous, c’est Maxence Rigottier, du blog gagner de l’argent grâce aux paris sportifs.fr. Dans cette vidéo, je suis à Malte. Je vous laisse un petit peu admirer les beaux endroits de Malte…

Mais si je fais aujourd’hui cette vidéo, c’est tout simplement pour revenir sur un point que je suis en train de découvrir dans les paris sportifs : c’est la perception que l’on a lorsque l’on fait un pronostic. Alors là, vous vous dites peut-être : « Oui, c’est abstrait ce que tu dis là, Maxence ». Donc je vais essayer de vous l’expliquer le plus simplement possible pour que vous compreniez.

Alors depuis que j’ai tenté l’aventure de devenir parieur professionnel, j’ai observé pas mal de choses via Bet365, BetFair, etc. Je suis également des tipsters anglo-saxons, voire français, et je me suis aperçu en fait d’une chose, c’est que les parieurs anglo-saxons, français qui arrivent à dégager pas mal d’argent, jouent des cotes souvent proches de 3, supérieures à 3, à 2 ou 2,50 : ça passe assez souvent. Et souvent, quand ils jouent des cotes à 1,80, à 1,90 ou 1.70, et bien malheureusement, ça ne passe pas. Donc en fait, ils s’en sortent parce qu’ils jouent également des cotes à 3, à 2,50 ou 2,30, où l’on pourrait se dire : « Wow ! Chaud, que le pronostic passe ! » Mais la réalité, c’est que le pronostic est gagnant. Et inversement, quand c’est des cotes à 1,70 où l’on a une grosse perception de l’esprit en se disant : « là c’est bon, il va passer, le pronostic », et bien en réalité, dans les faits, le pronostic ne passe pas une fois sur deux. C’est vraiment une perception de l’esprit qui est assez impressionnante.

Et justement, je voulais revenir sur ce point, moi, en tant que parieur. Je pense qu’il n’y a pas un parieur, malheureusement, à ce jour, qui ait pensé à ceci : c’est vraiment la perception que l’on a des choses. Je vais vous prendre par exemple les cas de figure des pronostics sur mon blog. J’ai proposé un pronostic entre le PSG et Saint-Etienne : moi-même je me suis posé la question en proposant le pronostic (les deux équipes marquent, cote à 2,20) : est-ce que Saint-Etienne va marquer ? Réponse de mes lecteurs : ils me disaient les choses suivantes : Est-ce qu’Aubameyang sera sur la feuille de match ? Est-ce que Saint-Etienne va marquer ? Bref, moi-même, et quasiment personne, ne s’est posé la question : « le PSG ne pourrait-il pas marquer au cours ce match ? » Il n’y a quasiment personne qui s’est posé cette question. Sauf que dans la réalité, qu’est-ce qui se passe ? Saint-Etienne mène 1-0, mène 2-0, et à trois minutes de la fin, qui c’est qui est en train de te faire perdre ton pronostic ? C’est le Paris-Saint-Germain ! On se pose la question avant le début du match : « Est-ce que Saint-Etienne va marquer ? Est-ce qu’il y aura Aubameyang sur la feuille de match ? » La réalité, c’est qu’à deux minutes près et un but d’Hoarau, c’est le PSG qui te fait perdre ton pronostic. Et je me suis dit une nouvelle fois : « C’est invraisemblable, on a une perception des choses, et la réalité, c’est souvent l’inverse : c’est assez impressionnant ! »

J’ai aussi proposé des pronostics comme Manchester City qui gagnait à l’Ajax d’Amsterdam, ou encore « Nice-Nancy : les deux équipes marquent ». Ben je suis sûr que 95% des lecteurs, ils se disaient dans leur tête : Nice-Nancy, ce pronostic, il ne va pas passer ; que les deux équipes marquent, c’est dur, avec Nancy qui est très mauvais offensivement. Mais la réalité, c’est qu’à la mi-temps, le pronostic était gagnant. Egalement, quand City menait 1-0, je pense que si j’avais posé la question à mille parieurs : « Est-ce que City va perdre 3-1 ? », il y a 999 parieurs qui m’auraient dit non. La réalité, c’est que l’Ajax en a mis trois !

J’ai encore plein d’exemples. Par exemple, la France contre l’Espagne : la perception de tout le monde, même moi y compris, c’est que l’Espagne va gagner contre la France. La réalité, 1 but partout : 94E minute, Giroud met une tête. J’ai plein plein d’exemples ! Rien que pour ce week-end, ben tiens par exemple, Saint-Etienne qui gagne à Paris : si j’avais posé la question à cent parieurs, à mon avis il y a cinq personnes au grand maximum qui m’auraient dit que Saint-Etienne gagnerait au Paris-Saint-Germain ! Il y a eu aussi Rayo Vallecano qui gagne à Malaga, il y a eu Vitesse Arnhem qui gagne à l’Ajax, il y a eu une défaite de Schalke, une défaite de la Juve…

Bref, il se passe vraiment des choses incroyables ; ça, c’est la réalité. Sauf que dans la perception de notre esprit, on n’arrive pas à se dire : « c’est pas possible » ! On se dit tout le temps : « C’est bon, c’est impossible que telle équipe ne gagne pas, elle est au-dessus du lot, c’est impossible que telle ou telle équipe ne marque pas… » Mais la réalité, c’est que oui, tout est possible, tout change à chaque instant. On peut faire une analyse, on peut regarder les statistiques… Je reprends mon cas de figure de Saint-Etienne au PSG : si on fait une analyse, si on regarde les stats, on se dit que c’est impossible que Paris ne marque pas. Mais dans la réalité, à deux minutes près, le PSG a failli ne pas marquer. J’ai plein plein plein d’exemples comme ça : l’Allemagne qui mène 4-0 et la Suède qui, alors qu’il reste trente minutes, lui met 4-4… J’ai des exemples comme ça, mais des milliers !

Et pour revenir aux tipsters anglo-saxons ou français que je suis, je les suis dans trois disciplines : rugby, basket et tennis. Autant pour le foot, c’est un petit peu plus dur parce que c’est à trois positions si vous jouez un pari sur le vainqueur, mais concernant le rugby, le basket et le tennis, il y a beaucoup moins de difficultés. Je vais vous prendre quelques exemples du dernier week-end, pour vous montrer comment ces tipsters arrivent à dégager de l’argent, mais que peut-être en optimisant leurs bilans, en faisant de simples choses, en mettant en place la réalité par rapport à la perception, on peut avoir des meilleurs bilans qu’eux -tout en les copiant.

Donc voici les différents pronostics que j’ai eu récemment des tipsters que je suis : un tipster m’envoie un « Liverpool ne gagne pas contre Newcastle ». Donc je me dis, Liverpool qui ne gagne pas contre Newcastle ? Waouh ! C’est un petit peu difficile. Mais, dans la réalité, oui, c’est probable. En plus, la cote était en change double sur BetFair à 1,64. Donc honnêtement, c’était une cote à 2,60, c’était vraiment une excellence cote. La réalité, je regarde les statistiques : Liverpool gagne tout le temps ! (Rires) Contre Newcastle, c’était impressionnant. Mais la réalité, c’est que Liverpool n’a pas gagné le match : un but partout.

Autre pronostic que je reçois : QPR qui gagne contre Reading. QPR, c’est un immense regroupement, après neuf matches, zéro victoire. On se dit qu’ils vont bien gagner un jour, ils ne vont pas tout le temps ne pas gagner, ils sont à domicile… Ils reçoivent Reading, qui a quand même mené 4-0 contre Arsenal avant de perdre 7-5, quatre jours plus tôt. Vous menez 4-0 et vous êtes capables de perdre 7-5, c’est quand même invraisemblable, mais c’est la réalité une nouvelle fois. Eh bien, qu’est-ce qui se passe ? Ouverture du score de Reading –donc là, vous avez une cote à 1,85 avant le début du match, vous êtes vert. La réalité, c’est que QPR n’a encore pas gagné et il y a eu un but partout.

Un autre exemple encore pour le tennis : un tipster envoie Simon qui gagne contre Berdych, cote : 3,53. Vous vous dites : « Waouh, c’est un peu difficile, Berdych-Simon, mais pourquoi pas ? » Réalité : victoire 6-4, 6-4 pour Simon, cote de 3,53. Je reçois un autre prono de tennis, c’était sur du Challenger, une cote à 1,65 ou 1,60. C’était Ouanna contre Garcia-Lopez, il y avait vraiment de bonnes choses parce que Garcia-Lopez lâchait les matches en ce moment. En réalité, Garcia-Lopez a gagné le matche deux sets à un.

Donc en fait, j’ai disséqué les bilans des tipsters anglo-saxons et même français que je suis, que ce soit sur le basket, le tennis ou le rugby ; et là, je suis en train d’essayer une expérience, avec une mise de 1 euro. Voici mon expérience : Donc, quand ils me donnent la grosse cote entre les deux possibilités, je joue comme eux, je mise un euro et je joue comme eux. Par contre, s’ils me donnent la petite cote entre les deux cotes possibles : par exemple, je prends le cas de figure d’un match de basket : si l’on me dit « L’Elan Chalons qui gagne contre Cholet » (je dis n’importe quoi, hein !), cote 1,70 de Chalons par exemple, et que la cote de Cholet, c’est 2,35, et bien là je vais jouer Cholet, je vais miser un euro.

Donc j’ai déjà disséqué un petit peu leurs bilans, et je me suis aperçu que dans les cotes de 1,70, ces tipsters faisaient du un sur deux. Donc si on inverse leur pronostic, si on inverse leur perception –c’est une perception de notre esprit, c’est du pipeau, c’est du vent ! Et bien la réalité, c’est qu’on a un meilleur bilan qu’eux.

Donc c’est ça mon expérience, je suis en train de la débuter, elle est assez impressionnante pour un début. Je vais la faire au moins sur trois mois, pour avoir au moins 200-300 pronostics comme panel, et ensuite la poursuivre sur six mois-un an, pour vraiment me dire : ouais ben, c’est complètement fou, il y a des gens qui s’embêtent à faire des analyses ; moi-même, je m’embête à faire des analyses quand je propose des pronostics sur mon blog ; mais la réalité, c’est que TOUT EST POS-SIBLE ! Que la cote soit à 4, à 5, à 8, c’est possible !

Et en fait, c’est ça que je trouve beau, dans les tipsters anglo-saxons et français qui arrivent à dégager de l’argent, c’est qu’ils ont cette capacité à jouer des cotes à 3. Encore un dernier exemple en date : un tipster m’a proposé West Ham en chance double contre City. Donc moi j’allais donner City avec 1,75. Il faut se dire, « Waouh ! City, avec Tevez, Agüero, etc., ça va être dur quand même qu’ils ne battent pas West Ham. » Réalité : 0-0. Donc c’est la réalité encore du week-end.

Et j’ai des exemples encore en rugby : souvent il y a des handicaps à 15, 20 chez des tipsters que je reçois par email, auxquels je suis abonné. Et bien je m’aperçois que quand ils me sortent un handicap à 2,05 ou 2,10, souvent, ça passe. Et quand on m’envoie une cote à 1,80, qui entre guillemets est censée être plus sûre, et bien souvent, ça ne passe pas. Et en plus, l’astuce que je m’aperçois qui est sympa quand vous suivez des tipsters, c’est que si le tipster envoie une cote à 1,80, souvent il y a du monde qui suit. Donc cette cote à 1,80, elle descend souvent à 1,60. Et bien la cote s’inverse, donc au lieu de l’avoir à 2,30 ou 2,40, vous l’avez souvent à 2,70 ou 2,80.

Donc ça va être mon expérience. C’est vraiment quelque chose dont je m’aperçois depuis que je regarde beaucoup, beaucoup de matchs sur Bet365, BetFair, etc., depuis que j’analyse beaucoup de cotes, c’est que dans notre esprit, on a des perceptions. C’est pour cela en fait que quasiment tous les parieurs proposent des cotes entre 1,70 et 2,30, et que très très peu de parieurs proposent des cotes à 3, à 3,50 ou 4, parce qu’avec notre perception de l’esprit, des cotes à 4, waouh c’est chaud ce que tu proposes ! Alors que des cotes à 1,80, à 2 ou 2,20, ça nous rassure, entre guillemets. Parce que notre perception à l’intérieur, on se dit : « quand même, il y a de grandes, grandes chances que ça passe ». Mais la réalité, c’est qu’il y a énormément de cotes de 4, de 7, de 8 qui passent. Ça, c’est la réalité, et c’est pour ça en fait que les bookmakers, ils rigolent quand ils nous voient jouer à des cotes à 1,70 et je ne parle même pas des cotes à 1,30 ou 1,50, là ils se foutent de notre gueule ! C’est incroyable, mais vrai ! (Rires)

Une dernière chose : A Malte, j’ai rencontré un parieur, qui habite en plus à cent mètres de chez moi –donc si tu regardes la vidéo, tu vas te reconnaitre ! Ce parieur, j’ai été chez lui, il m’a fait voir un petit peu comment il jouait. Il m’a fait voir un peu ses screens sur Bet365, et il jouait sur des championnats exotiques, du foot féminin, etc. Et je voyais des cotes à 23 qui passaient, des cotes à 15, à 20… Et je lui dis : « Ben, comment tu fais ? » Et il me répond : « Je regarde un petit peu les statistiques, le feeling, mais en gros c’est plus… Je viens d’envoyer 5 euros sur une cote à 10, à 15, à 20, etc. parce que la perception, elle n’est pas très très élevée, mais la réalité, c’est que les cotes passent. » Souvent, des cotes à 15, 20, une fois sur six, il la passe. Sur le coup, je me disais : « Chaud, quand même, de jouer des cote à 20, 23. » Mais la réalité, c’est que des cotes à 10, à 15, à 20, ça passe. Ça passe pas à tous les coups, c’est évident. Mais des cotes à 10, à 15, à 20, ça passe largement plus souvent que l’on ne le pense.

Et ça, c’est vraiment depuis que je suis à Malte que je me suis rendu compte, c’est qu’à l’intérieur de notre cerveau (moi-même, quand je propose des pronostics), on a des pensées, on a des croyances, on a des perceptions, mais ces perceptions, C’EST DU VENT ! C’est du gros pipeau, je m’en rends compte de plus en plus. Les stats, l’analyse, c’est bien, ça dégage une tendance. Mais la réalité, elle est incroyable. Qui va dire une seule seconde que la Suède va faire 4-4 contre l’Allemagne ? Qui aurait imaginé une seule seconde que la France, en football, face 1-1 contre l’Espagne, alors que l’Espagne même 1-0 à la mi-temps, loupe un pénalty et a une attaque-défense incroyable ?

J’ai des exemples tous les week-ends comme ça, et j’en suis vraiment arrivé à une conclusion, c’est que notre perception dans la prise de décision de notre pronostic est beaucoup, beaucoup trop importante par rapport à la réalité. Jamais, quasiment jamais on se dit : « c’est pas possible ». Je me rappelle Barcelone contre le Celtic : si je pose la question à mille parieurs : « Est-ce que Barcelone va faire match nul ? » Il y a 995 parieurs qui vont me dire : « En Ligue des Champions, Barcelone va gagner ! ». La réalité, c’est que le Celtic a ouvert le score, puis 1-1, et Barcelone gagne à la 90e. Ça, c’est la réalité. Et la perception d’avant-match, elle était gigantesque de dire : « Pfft, Barcelone, c’est bon : avec Messi, Xavi, Iniesta, ça gagne ! » Et ben une nouvelle fois, c’est ça qui est impressionnant.

Je vous ferai partager mon expérience. Je suis donc quatre tipsters dans trois disciplines différentes : 1) basket, 2) tennis, 3) rugby. Et je vous ferai un petit peu part de l’expérience. Donc c’est la suivante : quand je reçois un pronostic et que c’est la plus grosse cote des deux, je joue exactement comme le tipster ; par contre, quand je reçois un pronostic et que c’est la faible cote, par exemple si je reçois une cote de 1,60 et que l’inverse est du 2,40, et bien je joue du 2.40. Et si c’est un handicap, ça va dépendre. Un coup, j’ai reçu un tipster sur le rugby, le handicap sur les .com, c’était du 2,05. Donc là, j’ai joué exactement comme le tipster. Par contre, si le handicap, c’était 1,70 (plus 5,5 points, par exemple), et que l’inverse (-5,5), c’est du 2,40, donc il m’a proposé du 1,80, j’ai du 2,15, ben je vais jouer le 2,15.

Je vous ferai part de cette expérience. A l’heure actuelle, je n’ai jamais vu aucun parieur qui a essayé de soulever cette problématique par rapport aux perceptions, parce qu’on est heureux de se dire que c’est pas de la chance d’avoir gagné. Mais la réalité, c’est que tout change à chaque instant. Les statistiques, l’analyse d’avant-match, ça donne une tendance, mais cette tendance, il faut pas y mettre trop de perception au sein de son esprit, parce que malheureusement, c’est comme ça que l’on perd de l’argent. Les bookmakers, je m’en rends compte, ils rigolent quand ils voient tous les parieurs qui jouent des cotes à moins de 2, ou même moins de 2,10, de 2,20. Parce que la réalité, c’est que l’impossible est possible. Chaque fois que l’on se dit : « C’est impossible, ça peut pas arriver », et bien la réalité, c’est que ça arrive beaucoup plus souvent que prévu.

Egalement, j’aimerais avoir votre avis. Dites-moi dans les commentaires, juste en-dessous de cette vidéo, qu’est-ce que vous pensez des perceptions dans les paris sportifs ? Est-ce que, vous aussi, vous avez déjà pensé à ceci : comment vaincre les perceptions ? Moi-même, j’ai des milliers de perceptions dans les prises de décision de ces pronostics, mais malheureusement, c’est du vent, c’est vraiment des croyances que l’on a. Et, est-ce que vous vous étiez déjà posé cette question : qu’est-ce que vous pensez de ces perceptions que l’on a dans les paris sportifs ? Est-ce que c’est du vent, pour vous, ou est-ce que ce n’en est pas ? Laissez-moi votre opinion, ça m’intéresse fortement parce que, depuis que je suis à Malte, j’ai soulevé ceci. Et d’ici quelques mois, je vous ferai part de mon expérience de suivre les tipsters anglo-saxons et français en prenant toujours la meilleure cote des deux cotes qu’ils me proposent. Donc des fois, je vais jouer exactement comme eux, des fois, je vais jouer à l’inverse d’eux, en prenant toujours la meilleure cote des deux résultats possibles, sur le tennis, rugby et basket, et je vous ferai part de mon bilan. Je vous dis à bientôt pour la suite de l’aventure !

La vidéo vous a plu ? Partagez-là sur facebook ou sur twitter.

Et vous ?

Que pensez-vous des perceptions par rapport à la réalité ? Suivez-vous des autres parieurs et analysez-vous leurs pronostics ?

Laissez-moi votre opinion dans les commentaires du blog juste en dessous. 😉

32 réponses
    • Maxence RIGOTTIER
      Maxence RIGOTTIER dit :

      Bonjour Paulo,

      Pas besoin de faire de longues analyses…car il se passera toujours des choses
      pas prévu dans ton pronostic. Tu pourras analyser des heures et des heures ton pronostic,
      il y aura des choses imprévues qui vont avoir lieu malheureusement.

      Voici l’idée de mon message. Désolé si je me suis mal exprimé. Je me penche de plus en plus vers les grosses cotes.
      A très vite.

      Répondre
      • themax
        themax dit :

        Salut Maxence,
        Pas tout à fait d’accord avec ton analyse qui n’est pas généralisable sur l’ensemble des sports. En foot, l’influence de l’arbitre est beaucoup trop importante sur le résultat final du match, c’est l’un des seuls sports où la meilleure équipe sur le terrain ne gagne pas forcément à l’arrivée, la faute a de nombreuses erreurs d’arbitrage. Sur des sports comme le hand, le rugby, le tennis et le basket, l’arbitre a très peu d’influence, le meilleur gagne généralement.
        C’est pour cela que le 1er conseil que je donne aux parieurs qui débutent c’est surtout de ne pas parier sur du…foot ! sport “vache à lait” des bookmakers…seul sport où les books pondent les cotes 3 à 4 semaines avant les journées de championnat alors qu’en rugby on a les cotes seulement 3-4 jours avant les matchs, devinez pourquoi…
        Ensuite, pour viser du bénéf il faut être meilleur que le book donc en gros ne jouer que les matchs où ta proba que çà passe et supérieur à celle des books. La proba doit être un mix de stats sportives et d’infos du match (motivation, compos, absence de joueurs clés etc…). Si ta proba est similaire ou inférieure à celle du book, cela ne sert à rien de jouer, tu ne feras aucun bénéf sur du long terme.
        Une dernière chose, c’est dans la défaite qu’on apprend le mieux dans les paris…cette mauvaise passe te servira pour l’avenir !
        ++++

        Répondre
  1. Pat
    Pat dit :

    Aaaaaaaaaaaaah mon p’tit Maxence,

    J’interviens car tu as l’air d’un bon gars. Tu te lances dans les paris sportifs sans vraiment avoir d’expérience. Là on voit que tu cherches ta méthode pour parier. Ton échec d’octobre fais que tu te remets en question et c’est très bien.

    Mais une fois encore tu n’es pas sur la bonne route. Tu parles de sports à deux issues avec le rugby, le basket et le tennis. Mais pour le foot, si tu joues en draw no bet ou en double chance, tu n’as également que deux issues possibles. Le type de sport n’est donc pas un soucis.

    Le secret Maxence, c’est qu’il faut avoir l’info qui fait la différence. Le mieux est de te concentrer sur un ou deux championnats (pour le foot par exemple) ou sur un sport s’il s’agit du tennis. Et il faut te mettre à la chasse de l’information qui fera la différence. Tu dois estimer toi même tes cotes.

    Si on a un match Federer – Nadal et que c’est du 50/50 pour toi, les cotes devraient donc être de 2,00 pour chacun des joueurs. Donc si un bookmaker sort Federer à 2.50 cela est intéressant à jouer. Par contre une cote à 2,00 ou inférieur à 2,00 ne sera pas intéressante. Il faut jouer des value bet. Et sur le long terme tu seras gagnant.

    C’est pour cela que parfois les tipsters jouent des grosses cotes. Car s’ils donnent 25% de chance à une équipe de gagner et que la cote est à 6,00 elle est intéressante. Peu importe qu’elle passe ou pas ce jour là. sur le long terme tu ne pourras être que gagnant.

    C’est un peu comme quand tu joues sur rouge et noir à la roulette. Tu as 50% de chance de gagner, donc le casino te donne 20€ pour une mise de 10€ si tu gagnes, soit une cote de 2,00 ( ce qui représente bien 50% de chance de gagner). sur le long terme tu ne pourras que récupérer ta mise car la cote de 2,00 représente exactement 50% de chance de gagner. Là où le casino gagne c’est qu’il y a la case 0. donc tu as une chance sur deux moins 1/37ème de chance de gagner (vu qu’il y a 18 noirs, 18 rouges et le 0). Donc ta cote est de 2,00 mais tu as en réalité un peu moins de 50% de chance de gagner. Cela serait intéressant si tu pouvait toucher une cote de 3,00 en jouant sur le rouge et le noir. On parlerait alors de value.

    Avec les paris sportifs, c’est pareil, il te faut trouver ces cotes de 3,00 qui en réalité ont 50% de chance de se réaliser. Pour cela, il faut suivre un championnat ou un sport de près pour être mieux informé que le book. Il faut suivre les matchs et te faire ton propre avis. Se baser sur des scores bruts est une erreur.

    L’avantages des championnats exotiques, c’est que les book ont plus de difficultés pour les estimer car ils ont moins d’infos. Si tu te spécialise là-dedans tu auras donc plus de chances de trouver des value, et ce même si la marge du book est plus importante dans ce genre de championnat.

    Enfin, je m’arrête là, mais j’espère t’avoir aiguillé un peu.

    Répondre
    • Maxence RIGOTTIER
      Maxence RIGOTTIER dit :

      Bonjour Pat,

      Je suis d’accord avec toi que dans les championnats exotiques, on peut passer des grosses cotes.
      Mais je dirai, dans tous les championnats et dans tous les sports. Des cotes à 10 passent fréquemment.

      C’est pourquoi je fais mon expérience, c’est pour avoir des cotes de 3 ou plus en moyenne.
      Rien qu’en faisant 1/2, j’aurai un excellent bilan.

      A très vite et merci pour tes précisions et ton commentaire pertinent. 😉

      Répondre
      • Maot de intobet
        Maot de intobet dit :

        D’accord avec Pat aussi. Tu as cette perception car tu as pris des exemples avec des équipes que tu connais bien.
        Première chose, il faudrait faire ton analyse sans regarder les cotes et essayer d’en dégager les pronostics qui paraissent intéressants. et ensuite regarder les cotes voir si tu tombes sur des values.
        Si on te donne des équipes dont tu n’as jamais entendu parler ou des joueurs de tennis inconnus tu devras vraiment te focaliser et surtout te fier à 100% sur ton analyse.
        Et ce sera plus facile de tenter une cote à 2,8 ou 3.
        regarde l’exemple de Janowicz, finaliste la semaine dernière au master de bercy, inconnu avant mais avec des résultats de dingue en indoor avec genre 20 victoires pour moins de 10 défaites, ben ce se tente au moins au 1er tour voire meme encore au 2ème car les cotes étaient belles, d’ailleurs j’en ai passé une à 2,95 😉

        En tout cas ta remise en question est une bonne chose, bon courage, bonne vidéo.

        Répondre
        • Maxence RIGOTTIER
          Maxence RIGOTTIER dit :

          Bonjour Maot,

          Je comprends votre théorie. Moi, je pars du principe qu’il faut jouer tout le temps la grosse cote des 2 cotes.
          Exemple d’hier : Tout le monde me dit (des tipters) qu’il faut jouer Del Potro qui gagne contre Ferrer cote à 1.80 ou 1.85 selon les books.

          J’ai pris Ferrer, cote à 2.33 sur Pinnacle. J’ai bien fait car j’ai pas tremblé et sympa pour une cote à 2.33.

          Par contre, quand on me propose Simon qui gagne contre Berdych, cote à 3.53. Je prends Simon. Pas tremblé aussi. 2 set 0 (6-4, 6-4). 🙂
          Au tennis, les cotes supérieures à 2.30, j’ai l’impression que ça passe s’en cesse, c’est fou. Tant mieux.

          Mon expérience d’ici 2 ou 3 mois donnera une première indication.
          Parfait si tu as aimé la vidéo.
          A très vite.

          Répondre
      • Pat
        Pat dit :

        Bien sûr qu’on peut passer des grosses cotes dans n’importe quelle championnat. Mais le but n’est pas de jouer des grosses cotes pour le plaisir de jouer des grosses cotes car ca couvre plusieurs paris, mais bien de jouer des cotes qui représentent des values bets.

        Tu n’es pas encore sur le bon chemin avec ce test de grosse cote jouées juste parce que ce sont de grosses cotes. Il faut étudier ce que tu paries en ne te basant pas sur des chiffres et des stats.

        Répondre
  2. david
    david dit :

    salut maxence
    je trouve t’on analyse tres pertinente et il et vrai que moi meme je me pose la question (je joue le favorie ces obliger qu’il gagne) mais une petite voix me dit et si c’etait les autre qui gagner ? donc je me met un gros doute et je fini par m’embrouiller l’espris et je me plante dans mon prono .
    mais pour moi et pour beaucoup de personne je pense le probleme et que nous somme attirer par l’argent que l’on veut absolument gagner et je pense que nous jouons tous les equipe que nous croyont vraiment qu’il vont nous rapporter l’argent que nous voulons tant car si l’on joue c ‘est bien pour gagner le maximum d’argent je connais personne qui s’amuse a parier par ce qui a rien d’autre a faire de ses journee mais plus serieusement je pense que le probleme vien de la ;on se dit” je doit gagner ” en ne reflechissant pas donc je vais essayer de suivre tes conseil mais en me disant “je vais gagner ” et non pas “je doit “.
    voila je t’est donner mon piont de vu qui j’espert pourra t’aider mais je te remercie pour t’on blog que je trouve tres intuitif.
    allez a la prochaine.

    Répondre
    • Maxence RIGOTTIER
      Maxence RIGOTTIER dit :

      Salut David,

      Merci pour tes compliments. 🙂 Je confirme, je ne connais aucune personne qui fait
      du paris sportifs pour perdre. Malheureusement, 97% des parieurs perdent de l’argent,
      c’est la réalité.

      La soirée de la Ligue des champions a encore été un bon exemple hier. Manchester City,
      Arsenal, Madrid et Milan n’ont pas gagné.

      Arsenal, je comprends, mais les 3 autres clubs, les cotes étaient ridicules avant le début
      du match.

      La perception, toujours la perception et les croyances…A méditer. 😉

      A très vite.

      Répondre
    • Maxence RIGOTTIER
      Maxence RIGOTTIER dit :

      Bonjour Gaultier,

      Je ne préfère pas les donner maintenant car c’est une expérience.
      Je donnerai les noms des tipters que à Noël. 😉

      Je n’ai pas envie de déstabiliser un tipter avec mon expérience.
      A très vite.

      Répondre
  3. Nicolas
    Nicolas dit :

    Merci Maxence pour cette vidéo. Je trouve que c’est la meilleure que tu aies réalisé!
    Je suis bien du même avis que toi, quand tu distingues notre perception et la réalité. C’est qui m’avait poussé l’an dernier à me tourner vers une méthode de paris en fonction des statistiques. J’avais fait quelques études statistiques qui rejoignent un peu ton expérience http://www.parieur-web.com/les-paris-en-fonction-des-statistiques-2eme-partie/
    J’ai ensuite abandonné car ça demandait un travail colossal et beaucoup de temps, je n’avais pas forcément les bons outils.
    Pourras-tu nous donner les tipsters que tu suis? Ca m’intéresse.

    En tout cas très bonne idée cette expérience.

    A bientôt

    Répondre
  4. dimitri
    dimitri dit :

    Un petit prono pource soir Cardiff 2.20 Middlesbrough 2.70 x 200 = 1188 euros qu’est-ce que vous en pensez les gens ???

    Et 200 euros sur Cardiff 2.20 = 440 euros pour le remboursement au cas ou

    Répondre
  5. eden
    eden dit :

    Tu paris le jour le jour ta aucune stratégie de jeu, tu fait le yoyo pour l’instant mais sur la durée les book vnt te bouffé ta pas un crédit illimité tout est basé sur les mathématique..

    Répondre
  6. Jonathan
    Jonathan dit :

    Bonjour Maxence,

    Je t’en avais parlé lors de notre rencontre sur Marseille.
    Je prends des cotes hautes (ARJEL) car j’avais remarqué que parier sur le favoris (sport US) n’était pas fiable sur le long terme. Du notamment à la fatigue des joueurs et que le NUL est moins fréquent que sur le foot.

    Ca fait 1 an que j’ai testé cette méthode et je compte continuer ainsi. Cependant j’augmente mes mises si je tombe sur une série perdantes. Sorte de montante.
    Et c’est justement avec cette gestion de mise ou je suis gagnant.

    Car justement, je n’ai pas de 50/50. Je gagne une fois sur 3/4 en moyenne sur des cotes à 3.3 en moyenne (ARJEL)

    Jonathan

    Répondre
    • Maxence RIGOTTIER
      Maxence RIGOTTIER dit :

      Bonjour Jonathan,

      Cela fait plaisir d’avoir de tes nouvelles. Oui, je me souviens. Par contre, tu joues tous les matchs
      sans exceptions ?

      Pour ma part, l’expérience à lieu sur les matchs de tipters. Je pense pas que si je jouais tous les matchs
      possible et inimaginable et prenant la cote meilleure cote des 2, je sois rentable, à voir, peut-être que oui.

      Par rapport à mon expérience : je suis à 15 pronostics des tipters :

      9 gagnés et 6 perdus :

      – Pronostics identique = 5 sur 7 (sur 7 pronostics ou les tipters m’ont envoyé la grosse cote des 2, ils ont eu raison 5 fois sur 7).
      – Pronostics inversé = 4/4 (sur 8 pronostics ou les tipters m’ont envoyé la petite cote des 2, ils ont eu raison 4 fois et tord 4 fois). Pas rentable pour eux mais rentable pour moi.
      🙂

      Voici pour le moment. Je ferai un bilan après 100 pronostics déjà. Cela dégagera une petite tendance.

      Répondre
  7. Alessandro Manccini
    Alessandro Manccini dit :

    Ton analyse maxence est tout simplement une analyse generaliste qui s applique dans tous les domaines .
    Comment peux tu expliquer qu une personne ayant une vie tres saine meurt d un cancer ou qu un incompetent soit promu a un poste clè dans son entrprise ……et oui la vie est faite de surprise que l on ne peut presager …..alors pourquoi se poser autant de question sur cette regle relative aux paris.les matchs surtout de foot car il y a le nul sont souvent impronosticables.cette regle s applique dans tous les paris regarde le pmu lorsqu un outsider rentre premier mais cela n effleure jamais l esprit alors pourquoi autant de reflexion sur les paris sportifs .
    Tu mets l accent egalement sur les agences qui rigolent en voyant les parieurs jouer des cotes basses .les cotes sont faites en fonction des statistiques et du devrais savoir qu un vrai parieur ne doit pas se laisser influencer par les cotes .si a l inverse tu decides de jouer sur des grosses cotes pour penser a ton eventuel gain c est que tu n as pas compris la regle des paris qui est :jouer selon son instinct des equipes qui ont un reel enjeu .

    Répondre
    • Maxence RIGOTTIER
      Maxence RIGOTTIER dit :

      Bonjour Alessandro,

      Je suis 100% d’accord avec toi. Tout change à chaque instant. C’est bien, tu en as conscience
      mais très peu de personnes y pensent. Si c’était le cas, il y aurait personne qui “tilterait” ou personne
      ferait des explosions de compte en paris sportifs.

      Le tilte ou l’explosion de compte est une pur réalité que tout est possible (si la personne tilte, elle se dit,
      je ne peux pas avoir un 6ème ou 7ème pronostic perdant d’affilé…).

      Malheureusement, tout le Monde n’en a pas conscience que tout change à chaque instant…et ce quelque soit
      le domaine de la vie. J’approuve à 100%. 😉

      Dernier exemple en date des perceptions vs réalité : Victoire de Celtic hier contre Barcelone, ils m’ont régaler les écossais. Cote
      de plus de 15. Sur 1000 parieurs, s’il y en à 5 qui donne la victoire du Celtic, c’est un exploit.

      Belle réalité quand tu vois le tableau d’affichage du Celtic 2-1.

      Répondre
    • Batman
      Batman dit :

      Pas d’accord sur “la” règle des paris qui est de jouer à l’instinct quand enjeu.
      Il y a d’autres façons de parier :
      – Analyse poussée type Dorado
      – Tipsters
      – Mathématiques
      – Détection de “spots” : telle équipe gagne presque toujours quand elle est favorite, et perd quand elle ne l’est pas. Ou telle équipe est tellement irrégulière que la jouer quand elle est outsider est hyper-rentable.

      Et même faire abstraction des côtes, ce n’est pas une règle stricte.
      J’ai parfois trouvé des spots de type quand Bwin met telle équipe à moins de 1,30 elle gagne sans souffrir. Utiliser la précision du book contre lui…

      Répondre
      • Maxence RIGOTTIER
        Maxence RIGOTTIER dit :

        Bonjour Batman,

        Merci pour ton commentaire et ton analyse pertinente. Je te rejoins, il y a
        beaucoup de façon de parier. En analyse poussée (je rajouterai Daffy Duck). En même temps, heureusement car s’il y avait juste
        une seule façon, le choix serait très restreint.

        A bientôt.

        Répondre
  8. Philippe
    Philippe dit :

    Bonjour Maxence,

    Déjà bravo pour avoir expliqué on ne peut plus clairement cette idée non conformiste. Pour moi ton expérience en vaut vraiment la chandelle car il ne faut pas oublier une règle dans les paris sportif c’est que 97% des parieurs SONT PERDANTS.

    J’engage tous les parieurs perdants sur le long ou moyen terme de faire une analyse de leur bilan en inversant leurs pronostics quant la cote choisi est simplement inférieur à 2.00 . Je suis quasiment certain que leur bankrool serait au pire à l’équilibre et non en négatif. Faîtes le amis parieur, dans 97% des cas vous serez agréablemnt surpris et dans la foulée vous reconsidéreriez à cou sur votre paerception de la réalité.

    Ce que nous dit Maxence peut sembler difficile à croire mais appuyer vous sur un bilan chiffré et constater par vous même preuve à l’appui.

    A bientôt pour le bilan de cet expérience.

    Philippe.

    Répondre
    • Maxence RIGOTTIER
      Maxence RIGOTTIER dit :

      Bonjour Philippe,

      Je suis 100% d’accord avec tes propos. Je ferai un premier retour d’expérience à ce sujet
      d’ici 2 mois. On pourra voir les premières tendances.

      A bientôt.

      Répondre
    • Maxence RIGOTTIER
      Maxence RIGOTTIER dit :

      Bonjour Xavier,

      Merci pour tes encouragements et tes compliments. Ils font plaisir
      à lire. 😉

      A très vite pour le premier verdict de l’expérience.

      Répondre
    • Maxence RIGOTTIER
      Maxence RIGOTTIER dit :

      Bonjour Marie,

      Oui, l’être humain, on est comme cela. On aime se poser 10 000 questions avant un pronostic.
      Que ce soit dans les paris sportifs ou dans la vie en générale, on se pose trop de questions. 🙁

      Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *