Interview audio d’un parieur professionnel : Les réponses aux questions des lecteurs

Au dessus de ce message, vous n’avez qu’à cliquer sur le bouton « play » du lecteur Audio pour écouter l’interview, il se peut que le lecteur mette quelques secondes avant d’apparaître.

Vous pouvez l’écouter directement sur le blog en cliquant sur le bouton « play » ou le télécharger en cliquant sur « télécharger » ou en faisant un clic droit ici puis « enregistrer le lien sous…. ».

mail.google.com2 mail.google.com

Vous pouvez retrouver Arnaud Rael sur sa page facebook, son compte twitter ou sur son site, betting-investment

Pour retrouver l’article “posez toutes vos questions à un parieur professionnelcliquez ici

Transcription texte de l’interview :

Maxence Rigottier : Bonjour. C’est Maxence Rigottier du blog gagner de l’argent grâce aux paris sportifs. Dernièrement, je vous ai proposé de poser toutes vos questions à Arnaud Rael qui est l’un des rares parieurs sportifs professionnels français. Et aujourd’hui, j’ai l’honneur d’accueillir Arnaud pour pouvoir répondre à toutes vos questions.

Arnaud Rael : Bonjour à tous.

Maxence Rigottier : Salut Arnaud. Merci une nouvelle fois de nous aider à pouvoir répondre à tous nos interrogations. Pour cette interview, je vais prendre chacune de vos questions, et Arnaud y répondra individuellement. Je vais commencer tout d’abord par la question de Jonathan. C’est la suivante: « Salut! Lors des moments difficiles, après plusieurs pronostics défaillants, j’ai tendance à m’énerver et à vouloir tout arrêter en me disant que c’est impossible de gagner. Comment fais-tu pour gérer ces périodes, si cela t’arrive? »

Arnaud Rael : Jonathan, le plus important, c’est de garder la tête froide, que ce soit dans les moments difficiles ou les bons moments. Il faut garder un historique de tous ses paris, les analyser sur du long terme et il faut bien comprendre que le pari sportif, c’est un investissement à long terme. On a des moments difficiles et de bons moments. Il faut garder la tête froide sur ces deux périodes qui peuvent être compliquées à gérer. Même les bons moments sont difficiles à gérer parce qu’on a tendance à se sentir un petit peu pousser des ailes. Mais, il faut toujours consulter son historique et garder la tête froide par rapport à accepter ses bons résultats. On a une moyenne d’évolution à peu près fixe. On peut s’établir une moyenne d’évolution mensuelle qui te permet de te dire, voilà, sur l’année, je vais avoir tant de pourcentage d’évolution. Il y aura des mois qui seront négatifs et des mois positifs. Mais je pense qu’il faut te servir de l’historique de tes paris sportifs pour garder la tête froide au maximum et t’en servir pour, mentalement, garder la tête sur les épaules.

Maxence Rigottier : D’accord. Donc, en gros, au maximum, toujours regarder son bilan.

Arnaud Rael : Exactement. Avoir un bilan. Il faut toujours régulièrement faire des historiques de tes paris sportifs. Parce qu’ils te permettent d’établir, à peu près, des moyennes sur l’année ou des moyennes mensuelles. Et en fonction de ces moyennes, tu sais que tu auras de mois négatifs, tu auras des mois très positifs, mais ce qui importe c’est la moyenne. Il faut garder la foi en fonction de tes résultats, et il faut persévérer même s’il y a des mois qui peuvent être négatifs.

Maxence Rigottier : D’accord. Toujours, même avec les moments difficiles, toujours se dire, je regarde mon bilan, je positive et je continue.

Arnaud Rael : Exactement. J’ai eu des mois négatifs. Je sais que sur mon historique, par exemple, sur trois ans, j’ai eu trois mois avec des mois complètement catastrophiques. Maintenant sur les trois ans, sur la moyenne, on peut s’apercevoir qu’il y a un taux d’évolution qui est très intéressant. Donc, ces mois là, on est obligé de passer par là. Mais il faut se servir de son historique, il faut garder la tête froide et se dire, voilà, ce n’est qu’un mauvais moment à passer et qu’il y aura des meilleurs moments, il aura des moments plus difficiles. Je pense que c’est l’historique de chacun qui peut permettre de garder la tête sur les épaules, et de ne pas craquer mentalement.

Maxence Rigottier : D’accord. Maintenant, je vais prendre la question de Mika : « Quelles sont vos méthodes de pari ? Quel est, selon vous, le capital à avoir pour pouvoir vivre du pari sportif ? »

Arnaud Rael : Le capital à avoir, pour vivre du pari sportif, cela dépend du résultat de chacun. Je pense que cela dépend de votre moyenne d’évolution mensuelle et de vos besoins pour vivre. Je pense que, si on fait une simulation pour une évolution moyenne mensuelle de 30% d’évolution en capital. Si vous avez besoin de vivre avec 1500€ par exemple, cela voudrait dire que, vous avez besoin d’un capital, d’une bankroll de 5.000€. Ça va dépendre également de vos besoins en termes financiers pour vivre. Donc, c’est une question qui est un peu vague. Je pense qu’elle s’adapte un petit peu à tout le monde. Concernant les techniques de paris, j’ai des techniques de pari en live particulièrement, que je diffuserai gratuitement sur un ebook prochainement sur mon site. Donc, je vous communiquerai ces techniques très prochainement.

Maxence Rigottier : D’accord.

Arnaud Rael : Concernant d’autres types de paris, ce que je recherche prioritairement, c’est des value bets sur des paris spéciaux. Vous avez pu vous apercevoir que, je parie particulièrement, le plus souvent sur des paris spéciaux. C’est ce qui m’intéresse. Des recherches de value bets sur des paris spéciaux. Et j’ai quelques techniques de pari en live qui peuvent permettre de générer des gains de façon très intéressante, le plus rapidement possible. Je vais vous proposer un ebook prochainement et ce sera dedans.

Maxence Rigottier : D’accord. Juste pour récapituler. Par exemple, le capital pour pouvoir en vivre, si on fait 30% par mois, 5.000€ de bankroll suffit. Si on fait 15% par mois, et que vous voulez vivre avec 1500€ par mois, il faut une bankroll de 10.000€.

Arnaud Rael : Exactement.

Maxence Rigottier : D’accord. Concernant les méthodes de paris, c’est juste que tu privilégies les paris en simple aussi, paris live, paris en simple?

Arnaud Rael : Il faut savoir que je ne fais jamais de paris combinés. C’est une de mes règles. Les paris en simple, oui. Sur des paris à live, je vais rarement parier sur une victoire d’une équipe. Je vais avoir plutôt tendance à parier sur des over en live. Sur des “plus de X buts”, des approches par rapport aux paris spéciaux. Les paris en live oui, mais plus sur des paris de types “over X buts” que sur des paris simples en victoires.

Maxence Rigottier : D’accord. C’est beaucoup plus intéressant. La rentabilité est bien plus importante sur ce type de paris.

Arnaud Rael : Je pense qu’on part avec les statistiques de son côté. Je pense qu’on a plus de certitudes. Peut-être pas de certitudes mais on a, au moins, plus de pourcentage de chances de gagner son pari que de parier sur une victoire qui va forcément engendrer un pourcentage de chances. Nous avons trouvé 33% si on a le match nul, la victoire à domicile, la victoire à l’extérieur. On part déjà avec les statistiques, des statistiques délicates, c’est-à-dire 33 %. Maintenant, il y a des victoires qu’on peut très bien sentir sur des paris simples que l’on peut opérer. Mais je priorise particulièrement les paris sur le nombre de buts que sur des victoires. Puisque tu as 3 possibilités sur une victoire et que forcément au niveau statistique, tu pars un petit peu derrière. Tu as une chance sur 3 de remporter ton pari. Maintenant, voilà, c’est mon idée, c’est mon approche du pari sportif. Je le vois sous cette forme. J’essaie de me donner un maximum de pourcentage au niveau des stats, avant le pari, pour que je puisse gagner le plus souvent.

Maxence Rigottier : Parce qu’avec le over/under par exemple, on a juste une chance sur deux, mathématiquement.

Arnaud Rael : Voilà. Si on est en live, et qu’on parie sur un but en plus dans la rencontre, on a une chance sur deux. Soit il y a un but, soit il y en a pas. Si on parie sur la victoire, on va se dire, il y a la victoire à domicile, le match nul ou la victoire à l’extérieur. On a une chance sur trois de remporter son pari.

Maxence Rigottier : D’accord.

Arnaud Rael : Et je pense qu’on n’a pas forcément des cotes qui sont plus intéressantes sur des victoires que sur un “plus de X buts”.

Maxence Rigottier : D’accord. OK.

Arnaud Rael : Même idée sur les paris spéciaux. C’est un peu mon approche. C’est pour cela que je priorise les paris spéciaux. Parce que, mathématiquement, à la base, on a une chance sur deux de réussir son pari. Soit ça passe, soit ça ne passe pas. Tandis qu’avec les victoires simples, on a 1 chance sur 3 de reporter son pari. C’est pour cela que je ne suis pas très fan de ces victoires en pari simple.

Maxence Rigottier : OK. D’accord. Maintenant, je vais passer à la question de N.W. : « Bonjour Arnaud et Maxence. Je profite de cette occasion qui m’est donnée pour poser plusieurs questions à Arnaud grâce en partie à qui je me suis lancé dans les paris sportifs avec l’espoir, un jour, peut-être d’en vivre. J’imagine bien qu’il ne sera pas forcément possible de les poser toutes. Alors Maxence, je te laisse le choix de lui poser celles que tu juge les plus pertinentes. Et pour cela je te fais faire entièrement confiance. » On va faire mieux! Je vais les poser toutes à Arnaud. D’abord, quelle est ta bankroll au jour d’aujourd’hui?

Arnaud Rael : J’ai une bankroll assez importante. Je pense que c’est une question qui ne va pas forcément apporter une valeur ajoutée à cette interview ou aux différents lecteurs. J’ai une bankroll qui est plutôt importante. Mais, ce n’est pas véritablement la question qui va faire la différence. Je pense que, c’est les résultats, l’historique de chacun, qui va vous permettre de vous fixer des objectifs, d’établir une rentabilité mensuelle à chacun, de savoir à partir de quel type de capital on peut vivre du pari sportif ou gagner de l’argent mensuellement. Mais je pense que c’est l’historique de chacun qui va vous donner ces éléments. Moi, j’ai une bankroll qui est assez importante. Je pense que ce n’est pas nécessaire avant de parler du montant.

Maxence Rigottier : D’accord. Juste pour rappeler. Toute à l’heure, on en a parlé par exemple. Si vous arrivez à faire 15% par mois, avec une bankroll de 10.000€, cela vous fait 1500€. C’est tout à fait une somme assez conséquente pour pouvoir en vivre librement.

Arnaud Rael : Complètement.

Maxence Rigottier : Quel est ton retour sur investissement actuellement? C’est une question confidentielle mais comme tu l’as dit, c’est juste une question de pourcentage. Et donc, plus votre pourcentage est élevé, moins votre bankroll doit être important pour arriver à en vivre.

Arnaud Rael : Mon retour sur investissement, il est très très mauvais parce que j’ai une approche du pari sportif qui est très très différente de la majorité des parieurs. C’est-à-dire que, je privilégie le montant des cotes. C’est-à-dire que mon taux de réussite va être faible, mais grâce au niveau de mes cotes, le fait de réaliser un taux de réussite très moyen, grâce à la valeur de mes cotes, me permet d’avoir des gains d’une façon assez régulière. Donc à ce niveau là, avoir un ROI qui est plutôt faible, c’est mon cas. On va avoir un taux de réussite qui est faible. Mais la valeur des cotes fait que je peux générer des gains d’une façon certaine, grâce à la valeur des cotes. Voilà mon approche du pari sportif. C’est vraiment la chose la plus importante. C’est les cotes sur lesquelles tu vas parier. C’est ce qui va être le plus déterminant. Pour moi, je me trompe peut-être, mais le retour sur investissement n’est pas l’élément le plus important. Même si le discours de beaucoup de parieurs professionnels est différent. Ils portent beaucoup d’importance à ce retour sur investissement. Moi, je porte plus d’importance sur le niveau de mes cotes sur lesquels je vais parier.

Maxence Rigottier : D’accord. Parce que, si tu arrives à faire 40% de taux de réussite mais que ta cote moyenne est de 3 ou 3,5, c’est sûr que ça suffit largement.

Arnaud Rael : Exactement. Sur ce type d’exemple là, j’aurai un retour sur investissement qui sera catastrophique. Par contre, j’aurai un taux d’évolution qui sera assez important. Et c’est vraiment ce qui me semble le plus important, ce qui est le plus important à mes yeux. J’ai toujours tourné mes résultats par rapport à un taux d’évolution. Puisque, c’est quelque chose que les parieurs néophytes comprennent beaucoup plus facilement. J’ai toujours eu beaucoup de parieurs débutants, qui me suivaient, et qui me posaient des questions. Pour la simplicité de leur compréhension, je pense que cette variable est bien plus facile à comprendre pour tout le monde. Que ce soit les experts ou les parieurs débutants, le taux d’évolution, c’est une variable que tout le monde comprend très rapidement. On est parti avec X€, on fini avec X€ et cette différence, c’est le taux d’évolution. Je pense que cette variable, tout le monde la comprend très facilement. Pour moi, ça reste l’élément le plus important dans les paris sportifs.

Maxence Rigottier : D’accord. Ensuite, quelle hauteur de bankroll estimes-tu nécessaire pour tirer des bénéfices intéressants dans un objectif de professionnalisation. Ça on y a déjà répondu précédemment. Quels types de paris privilégies-tu avec l’expérience que tu as emmagasinée. Bien évidemment, quels sont les paris à éviter?

Arnaud Rael : Les types de paris que je privilégie, on en a parlé rapidement, je vais les reprendre. Principalement les paris spéciaux, donc les buteurs et les cartons. Après, je vais avoir tendance à parier sur les over en live, les “plus de X buts” en direct sur les paris en live. C’est les paris principaux qui m’intéressent dans le pari sportif. Parce qu’on a des cotes qui sont intéressantes. On en parlait précédemment. Cela peut permettre d’avoir des types de cotes qui sont bien supérieures au type de cotes de favoris en général. C’est véritablement mon approche. Je pense que les paris spéciaux, ce sont des paris qui sont intéressants dans le sens où on part avec les statistiques de notre côté. On en parlait tout à l’heure. On a une chance sur deux de réussir son pari. Et on a des cotes qui sont intéressante. Bon, cela permet, par exemple d’avoir un taux de réussite assez faible tout en générant des gains. Voilà ce que je priorise dans les paris sportifs.

Maxence Rigottier : D’accord. Sur quels types de compétitions les appliques-tu et pourquoi?

Arnaud Rael : Je focalise mes analyses principalement sur les grands championnats européens. Pourquoi? Parce qu’on a beaucoup plus d’informations concernant les championnats européens. La presse nous donne beaucoup plus d’infos. On a continuellement des informations concernant les équipes des grands championnats, ce qui n’est pas forcément le cas des petits championnats. On a également plus de liquidités pour placer des paris, par exemple sur Betfair. On a beaucoup plus de monde sur les grands championnats européens. Donc, on a des liquidités qui sont plus importantes. Et généralement, on a des cotes aussi qui sont plus intéressantes. Parce qu’on a plus de monde qui est intéressé, donc les bookmakers vont avoir tendance à proposer des cotes plus intéressantes. Le plus important, c’est qu’on a beaucoup plus d’informations concernant les grands championnats européens que sur le reste. Donc, pour moi, ma priorité c’est les grands championnats européens.

Maxence Rigottier : Quand tu dis grands championnats européens, tu veux dire Angleterre, Espagne, Italie, Allemagne, France?

Arnaud Rael : Exactement.

Maxence Rigottier : OK. Ensuite, quels sont tes critères de choix lors d’une sélection de paris? Et à quelle fréquence tu effectue tes paris?

Arnaud Rael : Il n’y a pas de fréquences fixes. C’est vraiment une question qui m’a été posée à de nombreuses reprises. Il ne faut toujours pas se positionner sur des fréquences fixes. Je pense qu’il faut plutôt prioriser les fiabilités les plus importantes que l’on ressent et se focaliser sur ses fiabilités. C’est-à-dire, qu’on peut être amené à placer, par exemple, 5 paris sur une journée et ne pas parier pendant deux semaines. C’est des choses qui peuvent arriver. Cela va dépendre du ressenti, des fiabilités les plus importantes qu’on ressort par rapport à nos analyses.

Maxence Rigottier : D’accord. Les critères, comment tu choisis tes pronostics?

Arnaud Rael : Cela va dépendre du type de paris sur lesquels on va se positionner. Les paris de type buteur vont avoir des éléments à prendre en compte différents, par exemple d’un carton. Maintenant, on va avoir des éléments que l’on reprend régulièrement, par exemple, la motivation des équipes, la motivation d’un joueur en particulier, la météo, la qualité du terrain. Ces éléments vont être des items qu’on va reprendre dans les différents types de paris. Mais, l’approche est différente en fonction du type de pari. Il devrait avoir des items qui sont différents. On va avoir un ratio par exemple pour les buteurs, le nombre de matches joués, le nombre de buts marqués, ou par exemple les cartons. Ça va dépendre du type de pari sur lequel je vais me positionner.

Maxence Rigottier : D’accord. Quelles sont les informations te permettant d’établir tes paris? Où cherches-tu les informations?

Arnaud Rael : Ça va être la presse. J’ai quelques contacts avec des parieurs dans différents pays, des spécialistes de chaque championnat. J’ai des outils de recherche pour estimer mes value bets également, des outils techniques qui me permettent de rechercher les ratios par rapport à des nombres de buts, connaitre la motivation, essayer de ressortir un maximum d’informations concernant la motivation en fonction de la compétition. Voir l’historique des différentes équipes. Il y a pas mal de choses à pendre en compte. Et le fait de se positionner sur les grands championnats européens, on n’a pas beaucoup d’informations via la presse. Il faut se donner toutes ses chances possibles, le maximum de chances, d’avoir un maximum d’informations. C’est pour cela que je me focalise sur ce type de championnats.

Maxence Rigottier : D’accord. Si tu avais à citer 2 sources d’information pour toi indispensables que tu utilise chaque fois dans tes paris, ce serait lesquelles?

Arnaud Rael : J’ai un outil qui va être très important. Par exemple, si on parle de la Champion’s League, le site de l’UEFA est un élément incontournable déjà. Parce que l’on a les compositions d’équipes de chaque match officiel une heure avant chaque rencontre. On a des statistiques qui sont tenues à jour, des statistiques fiables recensées par l’UEFA, concernant les rencontres de Ligue des Champions. On a également les arbitres des différentes rencontres. Par exemple, pour la Champion’s League, cela va être UEFA.com qui va le site sur lequel je m’appuie le plus. Ensuite, pour citer, il va y avoir tous les sites de presse au niveau international. Pour la France, je vais avoir beaucoup tendance à lire l’Equipe ou France Football. Pour l’Espagne, je vais avoir beaucoup tendance à lire Marca ou AS. Ensuite, pour le Portugal, que je suis quand même, et qui est un championnat où il y a pas mal d’info, on n’en a pas parlé toute à l’heure mais on a Bola qui est un site très intéressant. En fonction de chaque pays, on a des presses qui sont spécialisées dans les domaines. Il faut essayer d’éplucher le maximum d’informations, regrouper par rapport à toute cette presse des différents pays qui vous donnerons le maximum d’informations clés pour pouvoir parier d’une façon pertinente.

Maxence Rigottier : Tout cela, c’est sur Internet? Ou tu es également abonné à ces journaux?

Arnaud Rael : Je suis également abonné sur pas mal de journaux sur Internet. Puisque je ne suis pas en France, j’ai besoin d’avoir un maximum de journaux. On a des outils comme Kiosque.fr ou autres qui vous permettent de prendre des abonnements au niveau international, de pouvoir consulter la presse française à distance. J’ai des abonnements sur des sites comme l’Equipe, Le Loto Foot Magazine, ce genre de chose.

Maxence Rigottier : Je rebondi du coup parfaitement sur cette question : « Combien d’heures de travail par semaine te prend les paris sportifs, toute la presse que tu as évoquée toute à l’heure, la sélection des paris sportifs, combien environ? Tu t’es déjà posé cette question ? Combien par semaine cela te prend, ta vie de parieur professionnel? »

Arnaud Rael : C’est quelque chose de compliqué à dire. Cela va dépendre de l’évènementiel que l’on a sur une semaine. Si c’est une semaine où il y a de la Ligue des Champions et de l’Europa League, je vais répondre à ta question, ce sera un minimum de 10h par jour.

Maxence Rigottier : Et si c’est une période, par exemple, de trêve internationale.

Arnaud Rael : Si c’est une période de trêve internationale, on peut s’apercevoir sur les statistiques de niveau international qui sont valables pour moi. C’est très rare que je touche aux paris internationaux en dehors des grosses compétitions comme les Coupes du monde ou l’Euro. Les matchs de qualification, c’est des évènementiels auxquels je ne touche que très rarement. Dans ces cas, je peux éventuellement passer 3 à 4 jours sans véritablement faire de suivi sur l’actualité, et récupérer les informations au retour des championnats. Je vais me tenir informé des résultats, de la forme de certains joueurs que je suis, mais je ne vais pas passer beaucoup de temps en analyse. J’ai pas mal d’alertes et de retours de mes différents conseillers par championnat. J’ai des alertes concernant des joueurs en particulier ou des équipes qui vont m’être envoyées dans ma boite email. Je vais les consulter, mais je vais passer beaucoup moins de temps. Je vais commencer à analyser le prochain weekend du championnat aux alentours du jeudi, et passer une très grosse journée sur le vendredi, samedi, dimanche. Donc là, ce serait plutôt 40h au lieu de 70h en une semaine.

Maxence Rigottier : D’accord. C’est assez variable s’il y a de la Coupe d’Europe ou s’il n’y en a pas.

Arnaud Rael : Exactement, en fonction de l’évènementiel, c’est très très variable. J’ai passé les 10 derniers jours, cela a été plutôt relativement calme, puisque c’était des matchs de qualification. Par contre, au retour de la Ligue des Champions, la grosse activité reprend.

Maxence Rigottier : D’accord. Quelles sont pour toi les qualités d’un parieur gagnant? Donne-nous en trois, trois qualités indispensables quand on est un parieur professionnel.

Arnaud Rael : Le plus important, c’est de réaliser un suivi de son historique. [MR: D’accord] C’est pour moi le plus important. C’est d’avoir de l’expérience dans le pari sportif.

Maxence Rigottier : Donc 1. historique ; 2. expérience.

Arnaud Rael : Pourquoi je dis expérience. Parce qu’on s’aperçoit que, les connaissances intrinsèques sportives ne pas forcément suffire à avoir de bons résultats dans le pari sportif. On pour s’apercevoir d’anciens footballeurs professionnels qui n’ont pas forcément des bons résultats dans le pari sportif alors qu’ils connaissent très bien leur sport. On ne va pas leur retirer cela. Mais cela ne suffit pas. Mais je pense que l’expérience en elle-même ne remplace pas la connaissance du sport en lui-même. C’est-à-dire, savoir sur quelle type de cote approcher, sur quel type de pari approcher également, c’est ce que j’appelle l’expérience. C’est savoir approcher les rencontres avec les types de paris qui sont intéressants et les types de cotes qui sont intéressants. La 3ème qui est très importante c’est la gestion du capital, savoir gérer son capital. C’est vraiment pour moi les valeurs clés d’un parieur professionnel.

Maxence Rigottier : Ne jamais exploser son compte lorsque l’on est serré ou lorsque l’on a des émotions négatives.

Arnaud Rael : Tout cela, c’est l’historique de vos résultats qui va vous permettre de bien adapter votre gestion du capital. C’est pour cela qu’il est très important de régulièrement faire des suivis, de voir ses résultats. Et de se dire, en fonction de ses résultats, quel vont être les montants, les mises maximum que je vais opérer pour ne jamais être dans le rouge.

Maxence Rigottier : Pour toujours arriver à faire face aux moments difficiles?

Arnaud Rael : Exactement.

Maxence Rigottier : Les pires défauts à bannir dans le domaine du pari sportif ce sera pareil. Si tu peux nous en donner trois?

Arnaud Rael : Faire des combinés. [MR: Oui, ça c’est le premier] Ne jamais parier sur des cotes de favoris, des petites cotes de favoris. [MR: D’accord] Ne pas avoir de gestion du capital. Ne pas avoir de suivi d’historique.

Maxence Rigottier : OK. Tu m’en as donné quatre.

Arnaud Rael : On l’a dit toute à l’heure mais je pense que c’est vraiment les valeurs importantes qu’il faut bien retenir.

Maxence Rigottier : Et je reviens sur les côtes favoris. Pour toi, en dessous de quelle cote on ne doit pas miser?

Arnaud Rael : Pour moi, sur une cote de favori, parier en dessous d’une cote de 1,5 c’est vraiment ridicule, je pense. Même sur des cotes de 1,5 personnellement, je ne vais quasiment jamais y toucher. Sur un pari 1X2, je pense que vraiment, comme pour les buteurs, pour moi 1,70 ou 1,75 c’est vraiment la limite de pari valable. Je ne dis pas que j’ai forcément raison. Mais par rapport à mon historique et à mes résultats, on s’aperçoit que c’est compliqué d’avoir un taux de réussite très important aux paris sportifs. Donc si on n’a pas un taux de réussite exceptionnel, en prenant ce type de cote, sur du long terme, ca va être compliqué de faire de l’argent. Par contre, si on prend les cotes qui sont très importantes, et qu’on a un taux de réussite moyen, sur du long terme, on va être bénéficiaire. C’est encore l’approche importante de la valeur des cotes qui en ressort, sur ce domaine. Je pense que c’est l’élément le plus important.

Maxence Rigottier : D’accord. Pour résumer: 1. les paris en combiné ; 2. Jouer sur des petites cotes ; 3. Ne pas avoir de gestion du capital ; 4. Ne pas avoir de suivi des paris sportifs. Et ça, c’est catastrophique dans le domaine des paris sportifs.

Arnaud Rael : Oui. Si on parie continuellement et qu’on ne prend jamais le temps d’analyser les résultats qu’on a eu, on ne peut pas progresser. Le pari sportif, c’est un domaine sur lequel on progresse continuellement. Et ce sont les analyses de ces historiques, qui vont vous permettre de progresser.

Maxence Rigottier : D’accord. Sa dernière question : « Quels sont tes objectifs de l’année en cours et des années à venir? Je suppose de toujours vivre de ta passion! »

Arnaud Rael : Complètement, je vais me fixer un objectif minimum de 10% d’évolution mensuelle en moyenne sur l’année. Comme vous avez dû le comprendre, j’ai un capital qui est plutôt important. Donc, si j’ai une évolution mensuelle moyenne de 10 % ce sera parfait.

Maxence Rigottier : D’accord. C’est sûr que si vous avez la chance d’arriver à faire 10 % et que vous avez un capital, une bankroll de 50.000€, il est possible de très bien gagner votre vie. Mais, c’est très très difficile, il faut être très fort et toujours être constant. C’est cela, l’immense difficulté des paris sportifs.

Arnaud Rael : Avant de se lancer, sur des montants très importants. Ta simulation ferait environ 5000€ par mois, [MR: Exactement] ce n’est pas négligeable. Je pense que l’étape prioritaire avec de se lancer sur de gros montants, c’est d’avoir un historique assez important sur au moins 2 ou 3 ans, ce qui va vous permettre de vous donner beaucoup plus de certitudes avant de lancer une grosse bankroll.

Maxence Rigottier : D’accord. Le conseil: engranger d’abord de l’expérience. Comme moi, j’essaie au maximum d’engranger, d’apprendre de mes erreurs, pour arriver à obtenir des résultats corrects dans l’avenir.

Arnaud Rael : Complètement.

Ensuite, on a une question de Tof. « Dans le reportage, on voit que tu surfe sur le site Betfair alors que de la France on ne peut pas. Comment fais-tu? »

Maxence Rigottier : Comme l’a dit Arnaud, tu n’es pas résident français, tu es résident à Malte.

Arnaud Rael : Mais il a raison sur un point. C’est que, j’étais en France quand le reportage de France2 a été fait. La première chose, c’est que Betfair n’avait pas coupé les accès des IP lors de l’ouverture du marché. Cela été fait ensuite, quelques mois après. Au départ, lors de l’ouverture du marché en France, Betfair était encore accessible pendant quelques mois depuis la France. On avait encore accès à nos comptes depuis la France pendant quelque mois. Ils ont ensuite bloqué les IP. C’était une demande du gouvernement qui a été faite. Par contre, on peut encore accéder à Betfair depuis la France sans se connecter. C’est-à-dire, qu’on peut visualiser encore les côtes aujourd’hui. Il y a un message qui vous dit que vous êtes en France et que vous n’avez pas le droit de parier sur ce site. Mais vous avez encore la possibilité de vous connecter sur Betfair à l’heure actuelle, simplement pour pouvoir consulter des cotes ou ce genre de choses. C’est quelque chose qui est encore accessible à ce jour.

Maxence Rigottier : Ceci dit, si malheureusement comme moi, vous ne pouvez pas y jouer, n’allez pas trop voir Betfair parce que ca va plus vous donner …

Arnaud Rael : Si Maxence, au contraire. Justement. Betfair, c’est l’un des paramètres à prendre en compte, l’un des paramètres très importants. Le niveau des cotes sur Betfair reflète très bien le niveau du marché sur des rencontres. Je pense qu’en regardant les cotes de Betfair, on va pouvoir éventuellement, trouver des value bets sur des sites indépendants. C’est-à-dire que, si on a une cote qui est plus importante sur un site indépendant que sur le site Betfair par exemple. Betfair, c’est un peu la bible de tous les bookmakers. C’est-à-dire qu’ils vont positionner leurs cotes en fonction des cotes qui sont positionnées sur Betfair. Donc, pour vous, regarder le niveau des cotes sur Betfair, cela peut vous donner des éléments qui vont vous permettre de mieux approcher la rencontre. C’est-à-dire que, si vous voyez, une cote qui est très très faible chez les bookmakers et qui est très importante sur Betfair, ce n’est pas bon signe d’aller parier sur la petite cote chez le bookmaker. Par contre, si on a une cote qui évolue beaucoup sur Betfair qui est en train de diminuer, et qu’éventuellement, chez un bookmaker vous pouvez attraper plus haute, cela peut être intéressant. C’est bien de regarder le niveau des cotes sur Betfair avant d’aller parier sur une rencontre.

Maxence Rigottier : D’accord. Merci pour ton conseil. C’est une chose que je ne faisais absolument pas jusqu’à maintenant. Dès mes prochains paris, j’irai sur Betfair pour voir comment ça se passe.

Arnaud Rael : Par contre, sur Betfair, les valeurs de cotes sont vraiment pertinentes quelques heures avant le rencontre.

Maxence Rigottier : A cause des paris au dernier moment ?

Arnaud Rael : C’est les mouvements des côtes sur les dernières heures qui vont vous permettre de voir s’il y a beaucoup de monde qui se positionne sur tel ou tel type de pari. Et en fonction de cela, quand vous voyez le volume qui sont générés, vous pouvez vous dire, il a beaucoup de monde qui est sur tel type de paris, c’est qu’il doit y avoir des informations qui ont été publiées par rapport à cela et qu’il y a beaucoup de monde qui y croit. Ce sont des éléments qui peuvent donner, un peu plus de certitudes par rapport au pari que vous voulez faire.

Maxence Rigottier : D’accord. Concernant tes revenus, est-ce que tu les déclare au fisc? Comment cela se passe?

Arnaud Rael : Non. Je ne déclare pas mes revenus au fisc puisque je suis résidant maltais. Je n’ais rien à déclaré au fisc français. Je suis résident maltais et Malte ne me demande pas d’impositions sur ces revenus.

Maxence Rigottier : Donc c’est parfait pour pouvoir en vivre et surtout ne pas être embêté.

Arnaud Rael : Ne pas être taxé.

Maxence Rigottier :  Ne pas être taxé. Exactement. Non seulement tu bénéfice de meilleurs cotes, mais ensuite, aucun problème concernant des revenus.

Arnaud Rael : Exactement.

Maxence Rigottier : Ensuite, on a la question de Jordan. On y a déjà répondu, mais on va juste répéter une dernière fois.

Arnaud Rael : Excuse-moi Maxence, il y avait une dernière question de Tof qui me demandait…

Maxence Rigottier : Sur des groupements de joueurs.

Arnaud Rael : Je ne fais pas ce qu’on appelle véritablement groupements des joueurs. Par contre, je propose aujourd’hui à des investisseurs de me confier un capital que je peux gérer via Betfair. C’est le nouveau projet que j’ai lancé bettinginvestment Mais ce que je propose ce service, c’est simplement de la gestion de capital pour des investisseurs qui le souhaitent.

Maxence Rigottier : Donc, tu as 100% la mainmise sur le capital de tes investisseurs. Ensuite, ils te font confiance, et tu leur donne juste ton suivi statistique, pour qu’ils voient ton bilan et leur suivi de leur argent, et les résultats?

Arnaud Rael : Exactement.

Maxence Rigottier : Ensuite, la question de Jordan. On y a déjà répondu un peu toute à l’heure: « Sur un match avec un gros favori, par exemple Barça/Gijon. Regardes-tu quand même les cotes des différents paris disponibles ou tu trouve que cela ne vaut vraiment pas la peine? »

Arnaud Rael : Oui, bien sûr. Je vais regarder ce type de rencontre. Il peut y avoir des côtes qui sont intéressantes. Particulièrement sur les paris spéciaux. Je ne vais jamais toucher à une cote de favori du type Barcelone qui bat Veron, cela n’a aucun sens. Par contre on peut avoir des types de paris spéciaux qui peuvent être intéressants. On peut trouver des values. On estime que par exemple on estime que l’équipe favorite est en très grande forme. On peut parier sur le nombre de but qu’elle va marquer au minimum. Cela peut-être des cotes qui peuvent être intéressantes. La multitude des types de paris proposés peut vous permettre de trouver des paris intéressants même sur des matches de type favori contre le dernier de la classe.

Maxence Rigottier : Ce tu regarde, par exemple pour Barcelone/Gijon, Barça va-t-il marquer plus ou moins 3,5 buts? Regarder s’il y a une value bet. Combien de buts Lionel Messi va-t-il marquer au cours de ce match? Regarder si c’est une bonne cote. Ce genre de paris?

Arnaud Rael : Je vais aller regarder le joueur qui va marquer Messi? Quelle est la cote de son carton? Combien de cartons il prend en moyenne par rapport au nombre de matches qu’il a joué? Ensuite, je vais établir si j’ai une value bet ou pas.

Maxence Rigottier : D’accord. Ensuite, c’est la question de Nicolas: « Bonjour Arnaud et Maxence. Quel sont les bookmakers sur lesquels tu paries. Il y a juste Betfair je suppose? »

Arnaud Rael : Je ne parie quasiment plus que sur Betfair. Parce que c’est les meilleures cotes et qu’on a le maximum de liquidités, et qu’on n’est pas boqué sur le nombre de mises.

Maxence Rigottier : Si tu veux jouer par exemple 1.000€ sur un pronostic, il n’y a aucun souci sur Betfair.

Arnaud Rael : Quand on génère des gains réguliers chez les bookmakers basics, on a tendance à être bloqué sur le montant de ses mises, tandis que ce n’est pas le cas sur Betfair.

Maxence Rigottier : D’accord. Quel est ton ROI? Cette question a déjà été posée. Utilises-tu les méthodes statistiques pour tes paris ou bien est-ce que tu décortique chaque aspect d’un match avant chaque pari?

Arnaud Rael : Les statistiques, c’est des éléments que les bookmakers ont également. Ils ont même plus que nous, des stats. Donc les stats, je pense que cela ne suffit vraiment pas à se positionner sur des paris. C’est pour cela que, par exemple, si on se positionne. On peut avoir éventuellement des statistiques sur des championnats qui ne sont pas les gros championnats européens. On va avoir des stats. Mais on manque d’information par rapport aux éléments important qui vont être la motivation, les joueurs manquants, ou ce type de choses. Je pense que ce n’est pas la bonne approche du pari sportif. Je pense que les bookmakers ont bien plus de statistiques que vous. Donc, si on se positionne que sur les statistiques pour parier, cela va être compliqué de battre les bookmakers. Par contre, en décortiquant bien les rencontres en ce qui concerne les matchs précédents, les matchs suivants, l’historique, la motivation des joueurs, toutes ces choses là, les absences dans les différents effectifs, ce sont ces choses-là qui vont être prioritaires à mes yeux à prendre en compte, pour bien positionner un pari. Les statistiques, on peut leur faire dire ce qu’on veut. Dans tous les domaines, il faut être très vigilant par rapport aux statistiques. Ce sont des choses qui font prendre avec des pincettes.

Maxence Rigottier : Exactement. Et en plus, comme tu l’as dit parfaitement, les bookmakers ne mettent la cote à 100 % qu’avec les statistiques.

Arnaud Rael : Exactement. Et eux, ils ont beaucoup plus de statistiques que nous. Donc, ce qui fera vraiment la différence, c’est l’analyse de la rencontre.

Maxence Rigottier : Ensuite, on a Dim avec une petite phrase marrante. Tout est résumé entre la 60ème et 62ème seconde du reportage. En gros, on voit que tu joues sur Betfair. Ma question c’est: « Comment faire lorsqu’on est résident français, avec la législation en vigueur et l’arrivé de l’Arjel, pour arriver à dégager de l’argent ? Comment peut-on y arriver avec des cotes inférieures par rapport à Betfair? Toujours en gardant la même ligne d’horizon que toi, c’est-à-dire essayer de trouver des values bet. »

Arnaud Rael : Le problème, c’est qu’il faut être vraiment très très fort. C’est-à-dire qu’il faut avoir un taux de réussite bien meilleur sur un site en .com que sur un site comme Betfair. Parce que les cotes sont plus basses et il faut que tu ais un meilleur taux de réussite, donc que tu sois très très bon.

Maxence Rigottier : En gros, c’est une difficulté, un obstacle supplémentaire à surmonter.

Arnaud Rael : Complètement.

Maxence Rigottier : Donc, il faut vraiment être très très bon.

Arnaud Rael : Il faut que la moyenne des cotes que tu joues, le taux de réussite tu réussis à générer, il faut que ce taux de réussite avec la moyenne des cotes sur lesquels tu paries, il faut que ce ratio soit positif. Et plus la cote est basse, plus le taux de réussite doit être important, et donc plus c’est difficile d’avoir de bons résultats.

Maxence Rigottier : D’accord. Je vais finir juste par une petite question bonus de ma part. Qu’est ce que tu dirais à une personne qui souhaite se lancer et vivre des paris sportifs? Quel conseil tu lui donnerais?

Arnaud Rael : On en a pas mal parlé tout au long de cette interview. Je pense que, le meilleur conseil, c’est de s’entraîner, de se donner un maximum d’expérience, d’avoir un historique de paris, un suivi sur au moins 2 ou 3 ans, pourvoir avoir une visibilité de ses qualités et de ses résultats avant de se lancer sur un capital important. Après les approches basiques, on en a parlé. Il faut éviter de faire des combinés ; c’est toujours la plus petite cote de votre combiné qui va ne pas passer, c’est systématique. Il faut éviter de parier sur les petites cotes. Il faut apprendre à gérer son capital. Ce sont les éléments qui sont les plus importants à mes yeux pour bien réussir au pari sportif.

Maxence Rigottier : OK. Merci de tes précieux conseils. Merci, également d’avoir répondu à toutes nos questions et à toutes nos interrogations. Je te remercie une nouvelle fois.

Arnaud Rael : De rien, Maxence.

Maxence Rigottier : Je vous invite à retrouver Arnaud sur sa page facebook (Noart paris sportifs), sur son compte twitter ou également sur son site betting-investment

Arnaud Rael : On vous mettra les liens sur la page de l’interview.

Maxence Rigottier : Exactement. Il n’y a pas de soucis. En tout cas, Arnaud, merci et à bientôt.

Arnaud Rael : Merci Maxence. Bonne continuation. A bientôt.

Maxence Rigottier : J’espère que cette interview vous a plu. Si c’est le cas, partagez-la sur facebook ou sur twitter.

Egalement, laissez-moi votre impression dans les commentaires pour me dire ce que vous avez pensé de cette interview. 😉

23 réponses
      • Jordan
        Jordan dit :

        Bah t’es le seul a proposer des interview de better assez expérimenté, même quand tu seras au Japon laisse pas tomber ton blog hein 😛

        Sinon oui il a bien répondu à ma question merci 😉

        Répondre
        • Maxence RIGOTTIER
          Maxence RIGOTTIER dit :

          Salut Jordan,

          Je ne sais pas comment tu connais ma vie privée mais oui, je confirme mon voyage au Japon. 😉
          Ne t’inquiète pas, ce n’est que le début de l’aventure avec ce blog. 😉
          Tiens toi prêt, je viens de réaliser une nouvelle interview que je publierai sur mon blog la
          semaine prochaine
          . 🙂
          Tu me diras ce que tu en penses. 😉

          Répondre
          • Jordan
            Jordan dit :

            Bah tu l’as dit je ne sais plus où pour le Japon. Mais pressé pour l’interview, la communauté du paris parait plus vivante 😉

          • Maxence RIGOTTIER
            Maxence RIGOTTIER dit :

            Ah ok et juste un peu de patience pour la publication du prochain interview. Je suis content que les différents interviews que je publie te plaise. 🙂
            A très vite et au plaisir.Merci de ta participation sur mon blog. 😉

      • Carlo
        Carlo dit :

        Bon je ne vais pas attaquer la personne qui se prétend parieur pro sans preuve quelconque hormis des bilans qu’il sort après coup… (pourtant il pourrait faire appel à un service de proofing pour donner des garanties à ses probables investisseurs) je vais me contenter de souligner les quelques erreurs lues dans cet échange :

        – sur plusieurs de tes questions, il confond ROI et taux de réussite.
        – son explication sur les 33% d’un match de foot est totalement fausse, je te laisse parcourir des forums de parieurs sportifs pour comprendre.
        – ses remarques sur betfair, une partie est fausse. Il est très difficile de pouvoir jouer plus de 500 euros sur un buteur, les liquidités proposées étant très faibles sur ce type de marché, les marchés évoluent aussi en fonction des couvertures des bookmakers (oui, les bookmakers couvrent leurs risques sur cette plateforme) etc.

        Ce type essaie juste de profiter de sa petite notoriété pour promouvoir le site parissportifs.com (qui est truffé de publicités très rémunératrices, les bookmakers versant un fixe chaque mois pour être présent dans le classement ou en versant une commission fixe appelée CPA pour chaque inscription de joueurs).

        Enfin bref, pas mal de choses erronées que j’essaierais de développer si j’ai le temps. En attendant, vous pouvez vous faire une idée sur les propos de cet interview en visitant des forums de joueurs aguerris.

        Répondre
        • Maxence RIGOTTIER
          Maxence RIGOTTIER dit :

          Hello Carlo,

          Je vais revenir sur tes interrogations:

          Concernant ses bilans, je m’étais fait la même remarque que toi et je lui ai posée
          la question. S’il ne dévoile pas ses pronostics à l’avance, c’est parce qu’il gère l’argent d’investisseurs qui lui font confiance,
          et s’il délivre tous ses pronostics à l’avance, les investisseurs n’auraient pas besoin de lui confier leur argent car il aurait juste
          besoin de le copier bêtement. De ce fait, il ne peux pas délivrer ces pronostics longtemps à l’avance. 🙁

          Par rapport à Betfair, je ne suis pas un spécialiste de Betfair car je joue que sur des books agréés par l’ARJEL. Je sais pas trop combien il y a de liquidité
          sur les types de paris “buteurs”. Néanmoins, il joue sur des buteurs comme Messi, Van Persie, Ibrahimovic…Il ne joue pas sur un joueur basic comme Gignac, Erding…
          Du coup, à mon avis, il n’ y a donc pas de problème de liquidité sur ce type de pari.

          Concernant le forum de paris sportifs. il n’est plus consultant sur ce forum depuis un bon petit moment, au moment 6 mois. 😉 Je ne sais plus la date exact.

          Par contre, tu as l’air de t’y connaitre en paris sportifs donc je t’invite à intervenir plus souvent sur ce blog pour partager tes compétences. Par ailleurs, tu parles de joueur aguerris, pourrais-tu nous en dire plus? Ou sont-ils? C’est toujours enrichissant d’apprendre de la part de joueur professionnel. 😉

          J’attends avec impatience ta réponse. 😉
          Au plaisir.

          Répondre
  1. nicolas
    nicolas dit :

    Merci Maxence. Encore du bon travail que tu as fait! Je suis content d’avoir eu l’avis d’Arnaud sur les paris en fonction des statistiques. JE persiste pourtant à penser qu’il y a quelque chose à gratter derrière les statistiques. Je vais continuer mes recherches et publier les résultats de mes études sur mon blog. Même si les résultats de ces études s’avèrent négatifs, il est aussi intéressant de savoir ce qui ne marche pas. Ca participe à engrenger de l’expérience comme vous l’avez dit et c’est profitable pour tout le monde.
    A très bientôt

    Répondre
    • Maxence RIGOTTIER
      Maxence RIGOTTIER dit :

      Bonjour Nicolas,

      Merci pour tes encouragements. 🙂
      Tiens nous bien au courant si tu as des résultats probants sur les statistiques car
      ça sera bénéfique pour chacun d’entre nous
      . 😉
      A très vite.

      Répondre
  2. Yann
    Yann dit :

    Salut Maxence,

    Je suis assez d’accord avec Carlo.

    “Puisque tu as 3 possibilités sur une victoire et que forcément au niveau statistique, tu pars un petit peu derrière. Tu as une chance sur 3 de remporter ton pari…
    Si on est en live, et qu’on parie sur un but en plus dans la rencontre, on a une chance sur deux. Soit il y a un but, soit il y en a pas. Si on parie sur la victoire, on va se dire, il y a la victoire à domicile, le match nul ou la victoire à l’extérieur. On a une chance sur trois de remporter son pari.”

    Hallucinant d’entendre cela d’un parieur “pro” !?

    Répondre
    • Maxence RIGOTTIER
      Maxence RIGOTTIER dit :

      Salut Yann,

      Je sais que tu connais beaucoup de choses dans les paris sportifs.
      Merci d’avance de nous faire bénéficier de ton savoir sur un terme
      précis ou une notion des paris sportifs si Arnaud ou Moi-même, on s’est
      mal exprimé. 😉
      L’erreur est humaine donc les commentaires servent justement à rectifier
      les mauvaises interprétations des uns et des autres
      . 😉
      Au plaisir.

      Répondre
  3. Noart
    Noart dit :

    Bonjour à tous,

    Merci Maxence pour tes précisions, je pense que plusieurs de mes propos ont mal été interprétés mais cela fait partie du jeu et il faut dire que n’ai pas forcément été très bon non plus niveau compréhension.

    Concernant mes stats, j’ai affiché mes pronos sur le net pendant plusieurs années avec de très bons résultats avant l’ouverture du marché français.

    Tu as raison pour les liquidités qui sont parfois faibles sur les cartons en dehors de la premier league et la ligue des champions.

    Sportivement,
    Arnaud.

    Répondre
    • Maxence RIGOTTIER
      Maxence RIGOTTIER dit :

      Bonjour Arnaud,

      Merci pour tes précisions. Moi, je sais que tu es quelqu’un de très
      honnête et de sérieux. Personne n’est irréprochable mais continue
      de faire tout ce que tu fais car on a besoin de personnes comme toi qui
      agisse et qui “fasse bouger les choses” en aidant les gens à
      progresser dans les paris sportifs
      . 😉

      Au plaisir et à très vite.

      Répondre
    • Yann
      Yann dit :

      Personnellement, je ne critique pas ce que fait Arnaud.. je n’ai vu aucun de ces résultats, je ne connais pas ces techniques, donc je ne peux pas donner mon avis.

      C’est juste en lisant le début de l’article, j’ai vu des arguments qui ne sont pas exactes (c’est mathématique). Mais peut-être est-ce simplement mal formulé.

      Sinon pour la longueur d’avance sur les interlocuteurs du blog : ça il faut le voir aussi sur le long terme ! 😉

      Répondre
  4. Yann
    Yann dit :

    Salut Maxence et Noart,

    Oui il y a quelques éléments “confus” dans cet interview 🙂

    « Puisque tu as 3 possibilités sur une victoire et que forcément au niveau statistique, tu pars un petit peu derrière. Tu as une chance sur 3 de remporter ton pari… »

    Sur ceci, je ne suis pas du tout d’accord par exemple. C’est pas parcequ’on a plusieurs sélections possibles qu’on perd forcément en probabilité de réussite.

    Toute marge exclue et en admettant que 2 évênements sont bien cotés (à 1,50 par ex), on aura EXACTEMENT la même chance de réussite que ce soit sur un marché à 2 sélection (over/under) ou sur un à 3 sélections (match odds) soit 66,6% de proba pour les 2. Même avec 10 canassons, on aura autant de chance mathématiquement en misant sur un cheval coté à 1,50 (si il est bien coté biensur).

    “Parce qu’avec le over/under par exemple, on a juste une chance sur deux, mathématiquement… Voilà. Si on est en live, et qu’on parie sur un but en plus dans la rencontre, on a une chance sur deux.”

    On a une chance sur 2 uniquement entre la 70e et 75e selon les matchs, lorsque la cote de l’over 0,5 supérieur est égale à 2,00. 😉

    Sinon j’ai pas eu le courage de mettre le nez dans les datas betfair pour voir un peu les volumes matched sur le marché des scorers par exemple… mais selon moi, ça doit pas être énorme. Donc sur le long terme cela sera une entrave, si ton capital global devient assez important… surtout si tu lèves des fonds externes… et que tu refiles tes “tuyaux” à tes clients.

    Voilà c’est mon avis.

    Répondre
  5. Yann
    Yann dit :

    Concernant les datas betfair, Maxence je t’ai envoyé un fichier d’exemple sous excel.
    C’est impossible d’envoyer toutes les données brutes d’une semaine (tous les sports inclus), car ça fait plus de 200mo le fichier. J’ai donc sélectionné le barca sur une journée le 18 janvier (j’avais fait plusieurs exports des 1ères semaines de cette année).

    J’ai utilisé un peu ces données à mes débuts pour analyser certaines choses, mais par rapport à mon type de trading ça ne me sert plus.

    Peut-être par contre que pour un “gambler”, c’est + intéressant pour tenir des stats.

    On peut voir notamment que sur les “to score” (que de l’offplay apparemment), c’est quand même assez limité en volume… même sur un joueur comme Villa.

    Si d’autres sont intéressés pour voir un peu ce qu’on y trouve, tu peux le leur communiquer.

    Répondre
    • Maxence RIGOTTIER
      Maxence RIGOTTIER dit :

      Hello Yann,

      Merci de m’avoir envoyé ce fichier excel. Je l’ai bien reçu. Peux-tu me préciser ce que signifie le volume match dans ton fichier excel?
      est-ce qu’il s’agit des montants en euros avant ou pendant le match?

      Ou veux-tu en venir par rapport aux datas Betfair ?c’est par rapport à Arnaud?
      Merci d’avance de tes réponses.

      Répondre
      • Yann
        Yann dit :

        Le volume matched est le montant qui a été échangé (en livres) à telle cote, telle minute/heure sur tous les marchés in-play (IP) ou off-play.

        C’est pas forcement par rapport à Arnaud… mais plus de manière générale pour se faire une idée de ce qui est échangé. Par exemple, sur le to score de Villa il y a eu £5200 seulement, dont le maxi 1200£ sur la cote de 1,79. Il y a d’autres marchés ou vous verrez qu’il y a encore beaucoup moins d’argent, donc certaines stratégies peuvent être impactées pour des banques même modestes.

        Enfin, sinon c’est plus pour vous faire une idée de toutes les infos qu’on y trouve (tu peux enlever les filtres pour voir tous les marchés d’un match).

        Après je ne peux pas vous dire ce qui va vous intéresser. Moi par exemple, j’ai fait des requêtes sur access pour récupérer une évolution approximative des overs/unders sur les matchs in-play.

        Il est possible de remonter plusieurs années en arrière et récupérer chaque semaine.
        Ainsi, il est possible de se faire des stats sur du long terme sur des données qu’on ne trouve pas ailleurs sur ces marchés spécifiques.

        Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *