Comment GAGNER de l’ARGENT avec des PRONOSTICS RUGBY ?

Transcription – Comment GAGNER de l’ARGENT avec des PRONOSTICS RUGBY ?

 

Comment gagner de l’argent avec des pronostics rugby

C’est ce qu’on va voir ensemble dans cette nouvelle vidéo.

Je suis actuellement avec Maxence, qui a le même prénom que moi et qui a aussi un groupe privé Facebook sur les pronostics rugby. Il a géré par le passé, avec d’autres personnes aussi, le site Pronostics Rugby. Juste avant qu’on voit tout ça en détails dans cette vidéo, je vous invite à cliquer sur le bouton « s’abonner » juste en-dessous et rejoindre plusieurs milliers de parieurs gagnants abonnés à la chaîne Youtube.

Maxence R : Salut Maxence ! Est-ce que tu peux rapidement te présenter pour nous expliquer pourquoi tu avais créé un site avec d’autres personnes il y a quelques mois ; et pourquoi tu as réalisé un groupe Facebook via tes différents abonnés pour gagner de l’argent sur le rugby ? Tu as un ROI de plus de 10%. Je te laisse rapidement nous expliquer comment tu t’es lancé dans le rugby, dans les paris sportifs jusqu’à aujourd’hui.

Maxence : Salut Maxence ! Je te remercie de me recevoir et de me donner cette opportunité-là. Pour me présenter rapidement, j’ai 22 ans, je suis passionné de rugby depuis maintenant 5-6 ans. Je suis allé voir un match de rugby à La Rochelle et je me passionne plus particulièrement pour un championnat bien précis qui est la PROD D2, qui représente un marché de niche dans le rugby. Pronostics Rugby est un projet qui est apparu en décembre 2012, où avec le dénommé Guy Rugby, qui était vraiment connu dans le milieu des paris sportifs déjà avec Prono Conseil Club, on a décidé de créer une page Facebook destinée aux conseils au niveau des paris sportifs sur le rugby. Il faut savoir qu’à cette époque-là, en 2012, il y avait très peu de pages Facebook. On était jeunes, on était ambitieux et on a vu qu’il y avait une opportunité sur Facebook pour les pronostics sportifs. On a commencé en donnant des pronostics gratuits, pour permettre à la page d’augmenter sa notoriété. On a proposé des analyses gratuites le week-end, sur l’ensemble des matchs, l’ensemble des compétitions de rugby : les championnats français mais également championnats étrangers, les matchs internationaux etc. Ça a vite pris, on a eu de plus de en plus de personnes qui s’intéressaient à notre projet. Après une saison gratuite réussie, on a décidé de lancer un service payant qui était pour nous la juste continuité de notre projet.

Lors de la saison 2013-2014 on a donc créé ce service payant, à hauteur de 80 € l’abonnement saison, qui va d’août à juillet de l’année d’après, donc quasiment sur 11 mois. On a continué de se développer en faisant appel à un informaticien pour créer un site internet www.pronosticsrugby.fr, qui est aujourd’hui délaissé, j’expliquerai pourquoi. Après, on a eu une communauté de 100 personnes environ chaque année depuis 2013-2014, qui nous suit. C’est pour la plupart des personnes fidèles, qui sont là depuis le début du projet. Ensuite, un autre tipster rugby nous a rejoint, Hidir, puisqu’on avait quand même pas mal de charge de travail à deux, donc ça nous a permis d’être soulagé là-dessus et d’avoir une offre rugby un peu plus complète. On est arrivé à 2-3 pronostics rugby en moyenne par semaine donc on a un volume de bets assez conséquent. Sur les deux premières années, on arrivait à 13 % de ROI en moyenne sur chaque année. Actuellement, on est à 12,66 % de ROI avec un pari en attente, un champion PRO D2 qui est plutôt bien parti.

Ca fait maintenant 3 ans qu’on est sur la toile. On avait un site internet, qu’on a délaissé puisque Guy a décidé de se lancer dans un autre projet cette année. N’étant plus que deux étudiants, c’était plus difficile pour nous de continuer sur le site internet, il y avait beaucoup de gestion etc. Mais on est toujours dans cette volonté-là de professionnaliser, on est toujours dans la même logique.

Maxence R : Première question que vous-vous posez certainement, sur quel bookmaker parier sur le rugby si on parie sur les bookmakers arjel comme Betclic, Winamax, Bewin, Unibet, Parionsweb ; et sur quel bookmaker parier si on est sur les bookmaker.com ? Quelles sont un petit peu les tendances ?

Maxence : Je veux surtout pouvoir renseigner les auditeurs sur les books arjel puisqu’avec Pronostics Rugby, on s’interdit de poser du hors arjel pour justement capter un maximum de personnes, dans un souci de jouabilité des pronostics posés. Avec les books arjel, l’objectif ce n’est pas d’en avoir le maximum puisqu’on est amené à poser sur les différents sites qui existent aujourd’hui. Celui qui revient le plus fréquemment va être La Française des Jeux, avec Parions Sport en Ligne et le bureau de tabac traditionnel pour poser les pronostics. Donc là, on va avoir quasiment 80% des offres qui vont être disponibles sur ce bookmaker-là. Ensuite pour compléter, on conseille d’avoir aussi Unibet, qui offre pas mal de pronostics alternatifs : les over/under, les over points sur l’équipe, le handicap mi-temps etc. ; c’est pas mal.

Ensuite, on va avoir d’autres sites arjel, mais qu’on va essayer plutôt d’éviter. Je pense à Bewin et Winamax, qui limitent très vite les gagnants sur les pronostics (pas que sur le rugby). Les membres vont être très vite limités sur ces sites, à hauteur de 10-20 €, et après ils ne vont pas pouvoir suivre les pronostics que l’on met.

Maxence R : En gros, pour récapituler :

  • Pour les bookmakers arjel, principalement Parions Web ou Parions Sport : à travers les bureaux de tabac,
  • Et pour les bookmakers.com, ce que je vous recommande, vous avez principalement les différents bookmakers comme Bet365 où vous avez pas mal de types de pronostics, ou encore Pinacle Sport.

Maxence : Après sur Pinacle, l’inconvénient va être qu’on ne va pas retrouver la PRO D2. Donc celui qui sera uniquement sur Pinacle et qui s’abonne à notre projet ne pourra pas la suivre, ce qui représente presque 50 % de nos pronostics en volume de paris. C’est essentiel d’être peut-être sur arjel ou d’avoir Bet365.

Maxence R : Merci pour ces différentes infos. Maintenant vous vous demandez « Comment sélectionnes-tu tes pronostics sur le rugby, comment tu procèdes ». Et ensuite est-ce qu’il faut plutôt jouer une victoire en sèche, plutôt des over/under ; est-ce qu’il faut jouer plutôt des paris Asian Handicap. Par exemple Castres – 7 contre le Stade Français. Quels sont les types de paris que tu réalises vis-à-vis du rugby et comment sélectionnes-tu ces différents pronostics chaque week-end.

Maxence : Les types de paris, on va souvent préconiser la même chose. Ça va être des combinés de 2 matchs maximum, on s’interdit de jouer 3 matchs ou plus, je crois qu’on ne l’a jamais fait en 3 ans d’existence. Souvent l’objectif, c’est d’arriver à une cote entre 1,80 et 2 ; donc on va essayer de toucher des matchs qui vont avoir des cotes à 1,40 et qu’on va combiner avec ces deux matchs de cote à 1,40.

Maxence R : Donc tu fais maximum pari en simple ou pari combiné de 2 matchs, mais jamais 3 matchs, 4 matchs ou plus.

Maxence : On va jouer énormément de paris simples. Ça va être 80 % de notre volume de bets, avec des handicaps simples à 1,80 qu’on va retrouver sur Parions Sport. Ça va être beaucoup plus ce genre de pari-là.

Maxence R : Comment vous les sélectionnez du coup ?

Maxence : C’est un travail qui se fait le lundi. Aujourd’hui, on ne peut s’attarder au rugby le vendredi pour le samedi, ça va commencer le lundi. On a un fonctionnement un peu atypique où avant que les matchs ne soient sortis sur les books arjel, on va estimer les différentes cotes sur l’ensemble des matchs, sur toutes les compétitions sur lesquels on parie. L’objectif c’est que quand les cotes vont sortir sur le marché, on va pouvoir comparer par rapport à sur ce quoi on avait tablé. Je dis ça d’une manière assez humble, l’objectif c’est de déceler finalement les potentiels values, à nos yeux bien sûr. Après, les matchs où on va avoir un écart par rapport aux bookmakers, sur le handicap, sur la cote sèche, on va les mettre de côté, ils vont être vraiment nos matchs visés. On va avoir un regard sur les forums de supporters qui sont pour la plupart actifs. On va avoir un regard sur les conditions météo le week-end, sur le calendrier à venir pour ces équipes-là. On va aussi avoir un regard au niveau de la presse locale comme Sud-Ouest ou la presse nationale avec Le Midi Olympique, souvent décrié par les spécialistes rugby mais qui reste quand même une source d’informations. Et on va être surtout attentifs à la sortie des compositions d’équipe. Donc à travers les forums de supporters qui sont vraiment de super sources d’infos, on va essayer d’avoir les mises en place pour avoir une idée des compositions probables, pour éventuellement anticiper la sortie des compositions officielles où généralement, en rugby, c’est le facteur X qui va provoquer une hausse de handicaps ou une baisse de cotes sèches.

L’objectif va être vraiment d’anticiper par rapport aux bookmakers, surtout qu’on est sur un groupe fermé. On n’est pas les seuls à faire ça, on a pas mal de concurrents donc l’objectif c’est aussi de dégainer avant les autres.

Maxence R : Donc typiquement, là on voit le match d’Agen over 40,5 points ; toi sur tes petits papiers, tu as peut-être mis over 42-43-44 et du coup, tu estimes que c’est un value bet et c’est pour ça que tu proposes le pronostic.

Maxence : C’est exactement ça. Et on a l’avantage d’être deux, du coup on va faire une moyenne par rapport aux cotes qu’on a mises. Ça fait une moyenne puisqu’on peut se tromper individuellement, mais vu qu’on est deux, ça renforce un peu notre idée de fonctionnement.

Maxence R : Excellent ! Donc vous pariez de manière générale, que ce soit des over/under, des paris Asian Handicap ou une victoire en sec ?

Maxence : Voilà, c’est essentiellement ça.

Maxence R : Alors, une question que vous-vous posez certainement ; moi par exemple pour le football j’utilise Flash Résultats, Soccer Stats, FourFourTwo, j’utilise pas mal de sites pour analyser. Quels sont les différents sites ou outils que tu utilises vis-à-vis du rugby ? Tu as parlé tout à l’heure du Midi Olympique, il doit y avoir aussi peut-être Rugbyrama. Quels sont les différents types de sites ou d’outils que tu mets en place pour tes pronostics rugby.

Maxence : Bien sûr, il va y avoir les sites que je qualifierais de masse comme Rugbyrama, l’Equipe, Euro Sport aussi. Mais on va vraiment attacher une plus grande importance à la presse locale, souvent ça nécessite un abonnement payant mais on le prend. Je pense à Sud-Ouest etc. où vraiment, on va avoir des informations peut-être plus précises. Le Midi Olympique on l’utilise, mais avec parcimonie parce qu’il se trompe quand même assez souvent. Et ce n’est pas forcément objectif mais la source d’informations plutôt méconnue qu’on utilise beaucoup, c’est les forums de supporters parce qu’on a là de véritables passionnés, souvent des retraités qui vont à la mise en place, qui vont aux entraînements. Ce sont des personnes qui connaissent leur équipe mieux que n’importe quel journaliste, qui vont les voir tous les week-ends, qui font les déplacements. Donc c’est une source d’informations qu’on ne néglige pas et qu’on a appris à maîtriser, c’est-à-dire que maintenant, on a certains pseudos sur ces forums-là. On a d’avantage tendance à les faire confiance que d’autres. C’est vraiment intéressant d’avoir parfois les compositions avant la sortie des compositions officielles etc.

Maxence R : Parce que ce qui est bien avec le rugby, contrairement à d’autres sports collectifs comme le basket ou le football, il y a aussi le côté turnover donc il y a de gros écarts de points. C’est assez courant, des équipes qui peuvent gagner 20-30-40 points alors qu’au foot c’est quand même plus rare d’avoir des 5/0, 6/0.

Vous vous posez peut-être également les questions suivantes, comment, vis-à-vis de tes différents pronostics, places-tu en termes de capital ? Est-ce que c’est 2%, des mises fixes, des mises variables, des mises par unité ? Si on a 1 000 € de capital, de manière générale, quelle est un petit peu la variance des mises ?

Maxence : On part sur une bankroll virtuelle de 500 €. Pour nous, c’est l’investissement minimum pour nous suivre. C’est-à-dire que celui qui a une bankroll inférieure à 500 €, ça va être plus difficile d’avoir une rentabilité étant donné qu’on a abonnement saison à 80 € ; qui représenterait quasiment 20 % de la bankroll. Notre objectif, c’est d’avoir au moins une bankroll supérieure à 500 €. Avec une bankroll de 500 €, on arrive aujourd’hui à un capital de 2 104 € pour un ROI de 12,66 %. On a un système assez agressif dans le sens où on va avoir un système par unité. Ça va de 1 unité à 6 unités qui sont à confiance maximale. A chaque début de saison, on précise bien qu’un pronostic est officiel et ne sera comptabilisé dans le bilan qu’à partir d’une confiance minimale à 3 unités. Les 1 et 2 unités ne seront pas comptabilisées dans le bilan, ce sont juste de simples avis ou de grosses cotes à tenter.

Maxence R : Donc si on voit 3/6, 4/ 6, 5/6 ou 6/ 6 ; à 1 ou 2, il ne faut pas parier.

Maxence : C’est ça. On n’a jamais fait encore 6, c’est la confiance vraiment maximale. 3 unités vont représenter 5% de bankroll, donc c’est la mise fixe, la mise la plus courante. Ça représente 70 % de nos pronostics. Ensuite, on va monter à 10 % pour la confiance 4 unités et à 20 % pour la confiance 5 unités. Les 5 unités restent très rares, il y en a eu 4 cette saison, 3 sont passées et 1 a échoué. On revendique un système agressif mais pour nous, sur une bankroll de 500 €, ça nous permet de dégager pas mal de profits que si l’on restait à 2-3-4-5 % de mise où là, elle aurait du mal à décoller.

Maxence R : Comment gères-tu le tilt ? Et par rapport à cette mise assez agressive, est-ce que vous avez une faible variance ? (Pour rappel la variance sont les avalanches de pronostics gagnants et perdants). Quelles sont vos différentes séries ? Vous voyez en même temps tout le détail des différents pronostics, ça vous donne un petit aperçu des différents paris que vous allez recevoir ?

En gros, comment gères-tu le tilt, est-ce que tu as déjà tilté et quelle est la variance des différents paris ? Donc le maximum en séries gagnantes et en séries perdantes.

Maxence : Cette année, on a connu un début de saison plutôt difficile. On avait du mal à décoller, on est restés quasiment à un bilan nul pendant 2-3 mois. C’est sûr que là on voit aussi les adhérents qui ont payé donc qui ont des attentes et qui se frustrent un peu.

C’est vrai que l’avantage d’être deux, c’est que quand il y en a un dans une mauvaise passe, il y a toujours l’autre qui est forcément un peu plus confiant et qui est là pour assurer un peu le volume de dettes pendant un certain temps. Cette année on a eu de la chance, c’est qu’on a jamais été dans une mauvaise passe tous les deux en même temps. Il y avait toujours l’un pour rattraper l’autre. Après avec l’expérience, ça fait 3 ans qu’on fait ça, on a appris à prendre du recul après une série de mauvais pronostics. Prendre le temps de reposer un pronostic officiel, essayer de reprendre la confiance en posant des confiances inférieures à 3 unités, donc qui ne seront pas comptabilisés dans le bilan. On essaie de retrouver la confiance et après il n’y a pas de raison que ça ne marche pas.

Maxence R : Absolument. De toute façon, l’approche qui est très intelligente et qui est aussi l’avantage du rugby, c’est que vous avez des matchs le vendredi, le samedi et le dimanche. Le reste de la semaine sauf cas très rare, vous n’avez pas de matchs le lundi, mardi, mercredi et jeudi ; donc si vous avez envie de tilter comme ça peut être le cas au basket, au football ou au tennis, il n’y a pas de match. Vous allez sur Flash Résultats, vous allez vous apercevoir que la grille est vide. Donc même si vous avez envie de parier sur le rugby, il n’y a pas du tout de match. C’est un avantage assez sympa.

Vous vous dites peut-être également « Merci Maxence, j’ai envie de rejoindre ton groupe privé sur les pronostics rugby ». Ils y a des personnes qui disent que « Le rugby c’est des marchés de niche, il y a 100 personnes dans ton groupe. » Comment on fait pour ne pas trop avoir de chute de cote ? Comment on fait aussi pour rejoindre ton service ? Combien de temps à l’avance tu envoies les pronostics ? Comment ça se passe, est-ce que c’est par email, est-ce qu’il y a un rappel par SMS ? Explique-nous en détails l’intégralité de ton service.

Maxence : On a deux types d’abonnement. L’abonnement saison qui est à 80 €, ça revient à moins de 10 € par mois. On fait quand même partie des services payants qui sont dans la moyenne voire peu chers par rapport à certains. Notre but c’est d’être accessibles à un maximum de personnes. On considère qu’au-delà d’une bankroll de 500 €, vous pouvez nous rejoindre.

La deuxième offre c’est celle qu’on a créé récemment. C’est une offre fin de saison qui va prendre fin la semaine prochaine. Pour 25 €, vous avez l’occasion de découvrir notre service, d’appréhender un peu notre fonctionnement sur les deux mois et demi qui restent. Donc il n’y aura pas forcément un volume de bets hyper conséquent, mais je pense qu’il y aura encore une vingtaine de pronostics. Pour 25 €, le but c’est vraiment d’avoir une première idée de notre fonctionnement etc. pour ensuite, pourquoi pas, prendre un abonnement saison l’année prochaine.

Au niveau des alertes pour les nouveaux pronostics, l’objectif c’est que vous soyez le plus réactif possible puisque comme l’a dit Maxence, on est une centaine sur le groupe donc il ne faut pas vraiment tarder avant de prendre le pronostic. On a mis en place un service SMS, en plus d’un service mail ; vous pouvez très bien être averti des deux manières et l’objectif sera d’être le plus réactif possible.

Sur le rugby, il y a des marchés de niche comme la PRO D2, c’est un championnat que l’on joue beaucoup. On a 90% des pronostics posés en PRO D2 qui ont subi une modification dans les heures suivant l’envoi du pronostic ; c’est une limite, je suis totalement transparent par rapport à ça. On a essayé beaucoup de choses, rien n’y fait, c’est un marché de niche, on est une centaine sur le groupe donc le handicap va avoir tendance à évoluer. Là, sur 10 paris, peut-être que vous n’aurez pas les 10 mais peut-être 8 ou 9. Il ne faut pas s’alarmer là-dessus.

Maxence R : Par exemple si tu annonces un over 40 points donc plus de 40 points dans le match, et que le over monte à 42 points. Est-ce que tu expliques que oui, c’est encore prenable à + 42 points ; est-ce que tu mets un petit seuil jusqu’à où il faut s’arrêter si le cut a augmenté ?

Maxence : Dans l’analyse, à chaque fois on essaie de faire une préconisation de seuil. Ça dépend de la confiance mais souvent ça n’ira pas à plus de 2 points ; puisque ce soit un over ou un handicap, ça n’ira pas à plus de 2 points que le cut qui a été posé. Parce qu’après, si on commence à mettre 4 points d’écart, on va avoir des gens qui vont perdre ou qui vont gagner ; ce n’est pas forcément le mieux. Ça, ça va être surtout sur la PRO D2, qui représente 40 % du volume des bets. Si on prend les 60 autres %, ça va être plus Hidir ; donc il va poser du top 14, championnats étrangers, matchs internationaux. Ça reste quand même des gros marchés, et là on va avoir beaucoup moins d’évolution au niveau des pronostics posés. Sur l’ensemble de la saison, vous allez pouvoir jouer 80 à 90 % des pronostics posés. Après ça dépend de votre temps passé derrière l’écran ou derrière votre téléphone, si vous êtes réactif, vous pouvez jouer jusqu’à 95 % des paris proposés.

Maxence R : Combien de temps à l’avance tu envoies le pronostic ? Tu envoies 2 heures avant, 5 heures avant, la veille ? Comment ça se passe ?

Maxence : En moyenne, c’est une douzaine d’heures avant. La sortie des compositions d’équipe, c’est le plus fréquent, ça correspond à une douzaines d’heures avant le match. Après, au niveau des cuts, souvent elles sortent assez tardivement en fonction des conditions météo etc. Donc on se dit qu’on a le droit de poster jusqu’à 2 heures avant le match. On ne posera pas après parce que même si on a un service SMS, un service mail, on n’est pas adeptes du pari de dernière minute où 50 % du groupe pourra le jouer.

Maxence R : De toute façon, si vous recevez le pronostic par SMS, de manière générale c’est quand même assez rapide de le placer. Et puis comme vous le savez, il suffit d’aller sur Flash Résultats. Vous regardez la grille des matchs, c’est le vendredi, samedi, dimanche donc ça permet aussi de se dire « Est-ce que je vais recevoir un pronostic le mardi, le mercredi, le lundi matin ? » ; non, parce qu’il n’y a pas de match. Donc ça, c’est appréciable pour le rugby.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à les mettre dans les commentaires juste en-dessous.

Pour finir sur une dernière question, quelles sont les pires erreurs que tu aies faites par le passé ? Maintenant tu en rigoles et tu te demandes comment tu as pu faire ces erreurs, alors qu’aujourd’hui ça te paraît évident. Quelles sont les deux ou trois pires erreurs que tu aies faites dans les paris sportifs ?

Maxence : Ça m’est déjà arrivé de tilter, je pense comme les personnes qui parient aujourd’hui de manière régulière. Voilà, tilter après une grosse somme perdue. Sur les premières grosses sommes que j’ai perdues, j’ai joué dans les heures qui suivaient. Donc ça, j’ai appris à me canaliser avec surement l’expérience, la maturité que j’ai pu acquérir. C’est vrai que le tilt était je pense, ma plus grosse erreur.

Après, on peut parler aussi de tout ce qui va avec gestion de bankroll. Il y a deux-trois ans, quand j’étais quand même plus jeune, j’allais au bureau de tabac ; je n’avais pas forcément une gestion de mes mises, une gestion de bankroll vraiment stricte qu’il faut pourtant avoir pour prétendre à faire partie des 5 % qui gagnent aujourd’hui de l’argent grâce aux paris sportifs Donc voilà, la deuxième grosse erreur, ça va être la gestion de bankroll où je n’étais pas assez précis, je ne tenais pas de tableaux etc. Il faut être vraiment rigoureux là-dessus.

Maxence R : Oui, c’est important. Ayez toujours ça en tête. Souvent les erreurs les plus fréquentes ce sont les tilts. C’est faire de gros combinés en espérant avoir le jackpot mais au final vous allez perdre énormément d’argent.

Merci une nouvelle fois. Si vous avez des questions ou même un feedback, vous êtes peut-être déjà membre du service ; n’hésitez pas à le dire dans les commentaires juste en-dessous. Si vous voulez vous inscrire, soit pour le rugby ou l’offre de fin de saison ; il y a le « i » comme info en haut à droite de la vidéo ou encore, tout est dans la description juste en dessous.

Si vous avez apprécié aussi cette petite interview/étude de cas, n’hésitez pas à cliquer sur le bouton « like » juste en-dessous. Je vous remercie par avance, et je vous dis donc au plaisir et à très vite pour de prochaines vidéos sur la chaîne Youtube ! A bientôt soit dans Pronostics Rugby, sur ma chaîne Youtube ou dans l’un de mes services !