Pourquoi TOUJOURS prendre en compte le ROI pour SAVOIR si 1 TIPSTER est BON ou NON ?

Dans cette vidéo, j’explique pourquoi il faut toujours prendre en compte le ROI pour établir la performance d’un tipster et NON le taux de réussite. Attention également à l’augmentation de capital qui peut être biaisé par rapport à votre capital si c’est un gros capital ou encore par la gestion plus ou moins agressive du tipster. 

Transcription texte de la vidéo :

Bonjour et bienvenue dans cette nouvelle vidéo du blog http://www.gagner-de-largent-grace-aux-paris-sportifs.fr/.

Dans cette nouvelle vidéo, je voulais tout simplement vous parler du taux de réussite dans les paris sportifs et de l’augmentation de capital.

Souvent, sur des pages Facebook ou encore sur des sites internet, on voit énormément de sites qui vantent leurs mérites par rapport au taux de réussite ou par rapport à l’augmentation de capital dans les paris sportifs. Je vais vous expliquer dans cette vidéo pourquoi c’est bidon.

Qu’est-ce que le taux de réussite ?

Dans un 1er temps je vais évoquer le taux de réussite. Qu’est-ce que c’est ? C’est le pourcentage de succès de paris. Par exemple, si vous faites 10 paris, que vous en passez 8, vous avez un taux de réussite de 80% dans les paris sportifs.

Pourquoi c’est bidon le taux de réussite ? C’est parce que ce n’est qu’un facteur servant à évaluer la pertinence et la rentabilité d’un tipster. Si vous jouez des cotes à 1,20, heureusement que vous avez au moins 80% de taux de réussite parce que le simple fait de jouer des cotes de 1,20 en moyenne, vous allez avoir ni gain ni perte, vous allez juste être à l’équilibre. Vous pouvez avoir au moins 80% de réussite, c’est absolument ce qu’il faut que vous ayez parce que sinon vous allez perdre de l’argent.

Il y a beaucoup de pages Facebook ou de sites qui se vantent de cette chose-là, c’est-à-dire « j’ai plus de 80% de taux de réussite ». C’est logique qu’il ait plus de 80% de taux de réussite, et heureusement parce qu’il va jouer des cotes à 1,15-1,20… C’est vraiment bidon, c’est pour ça que c’est vraiment un facteur à ne pas prendre en compte. Je vais évoquer ensuite le facteur qu’il faut prendre en compte, mais je vous mets en garde parce que si vous êtes débutant et qu’un jour vous rejoignez mon club privé paris sportifs et que vous voyez des pages Facebook à plus de 80% de taux de réussite, ne me dites pas que vous avez trouvé le tipster en or parce que l’immense majorité des pages qui ont des gros taux de réussite jouent des cotes de merde, jouent des cotes bidon. C’est logique. J’ai envie de dire heureusement que vous avez des gros taux de réussite parce que sinon vous seriez archi pas rentables.

Qu’est-ce que l’augmentation de capital ?

Ensuite, le 2nd facteur où il faut que vous fassiez vraiment attention, c’est l’augmentation de capital. Qu’est-ce que c’est ? Par exemple vous destinez 1.000€ soit à vos propres pronostics, soit à un suivi de tipster… il y a beaucoup de parieurs qui sont capables de vous faire 50-60% d’augmentation de capital minimum, avec des petits capitaux.

Pourquoi ? Parce qu’ils vont jouer 5% par pari. Jusque-là je dis ok, pas de souci, mais est-ce que ces mêmes gens-là seraient capables de vous faire miser 5% sur une bankroll à 100.000… ? La majorité non. Ils vont flipper, ils vont vraiment avoir peur parce qu’ils chiassent dans le sang. Ils seraient incapables de vous donner une capture d’écran parce qu’ils auraient peur par rapport au montant de la mise.

Donc avec des petites bankrolls ils sont capables de vous faire 60% d’augmentation de capital, mais s’ils avaient une grosse bankroll, plusieurs dizaines de milliers d’euro comme moi, ou alors s’ils avaient 100.000 €, je ne pense pas qu’ils vous diraient de jouer 5%, ou du moins ils vous diraient peut-être de jouer 5% mais eux-mêmes ne le feraient pas parce qu’ils flipperaient, ils auraient trop peur par rapport au montant de la mise.

Ce que je veux vous dire par là, par rapport aux augmentations de capital, c’est qu’un parieur peut vous dire « j’ai fait 60% d’augmentation de capital » et un autre parieur peut vous dire « j’ai fait 12% d’augmentation de capital », et au final ils peuvent avoir exactement avoir les mêmes niveaux de performance parce que si l’un a mis 5% sur 12 paris d’affilée gagnants, une cote à 2 en moyenne et l’autre a mis seulement 1%, dans un cas il y a 60% d’augmentation de capital, dans l’autre cas il y a 12% d’augmentation de capital, mais au final le niveau est exactement pareil.

C’est juste que dans un 1er cas il y a quelqu’un qui a une gestion de capital prudente parce qu’il a peut-être une plus grosse bankroll ou parce qu’il a vraiment compris que son outil de travail c’était son capital, donc il vaut mieux être prudent en cas de difficulté dans les paris. Il y a un autre cas où c’est une gestion très très agressive où on va mettre des coups de 5%. Mais imaginez que si vous aviez 100.000 € de bankroll, ça m’étonnerait fortement que vous mettiez 5%, c’est-à-dire 5.000 €. Faites attention également aux augmentations de capital.

Je vous ai dit au début de cette vidéo :

  1. Faites attention aux taux de réussite. C’est bidon.
  2. Faites attention aux augmentations de capitaux parce que c’est parfois trompeur.

Qu’est-ce qu’on fait pour savoir la pertinence d’un tipster ?

Qu’est-ce qu’on fait pour savoir la performance de sa rentabilité ?

Il y a une seule et unique chose, c’est le ROI ou le yield. C’est la même chose.

Qu’est-ce que le ROI ?

C’est le retour sur investissement. C’est-à-dire qu’admettons vous misiez 100 €, vous récupérez 115 € en moyenne, c’est-à-dire 15 € de bénéfices. Le parieur, le tipster a 15% de ROI.

Pour vous donner un ordre d’idée si vous n’avez jamais vu mes autres vidéos, l’idéal c’est d’avoir toujours des tipsters supérieurs à 10% de ROI, de yield, et si possible 15-20… Mais toujours minimum 10% parce que si le parieur doit être mauvais un jour vous avez une marge de sécurité, alors que si c’est moins de 10% de yield la sécurité est faible.

L’autre point important, c’est pas 10% de yield sur 2 ou 3 pronostics. Essayez grosso modo sur 300 pronostics. Je sais que c’est difficile, mais l’idéal c’est d’avoir au moins 10% de yield sur au moins 300 pronostics dans le sens où le parieur va montrer s’il va être capable de tenir le choc psychologique, c’est-à-dire les avalanches de pronostics gagnants ou perdants, est-ce que ce n’est pas de la chance, est-ce que également il est capable d’être régulier…

A chaque fois que vous voyez une page Facebook, à chaque fois que vous voyez un site internet, vous vous dites « waouh, ça a l’air monstrueux, ça a l’air énorme ». C’est peut-être le cas, mais pour que ce ne soit pas biaisé dans votre esprit. Ne lui demandez pas quel est son taux de réussite, quel est son augmentation de capital, demandez-lui quel est son ROI. Vraiment, on voit à niveau de performance égal un parieur c’est un ROI, c’est-à-dire le niveau de retour sur investissement.

Ensuite, les autres facteurs qui sont gestion plus ou moins agressive ou non de capital c’est propre au tipster, mais au final il ne faut pas me dire « ce parieur-là m’a fait gagner 10.000, lui m’a fait gagner 6.000 par exemple » après je demande les mises… Je lui dis qu’en gros, quand on prend le ROI, celui qui lui a fait gagner 6.000 a un meilleur ROI que celui qui lui a fait gagner 10.000. La seule différence c’est qu’il a eu une gestion de capital beaucoup plus prudente par rapport à quelqu’un qui aurait une gestion de capital qui est beaucoup plus agressive.

Dites-vous toujours la chose suivante : Ceux qui sont capables de faire des coups de 100% ou plus d’augmentation de capital, souvent ils le font en démarrant avec une toute petite bankroll. C’est évident, c’est la majorité des gens. Mais ne vous faites pas griser par rapport à ça si un jour vous avez une grosse bankroll en vous disant que c’est monstrueux parce qu’il y a de grandes chances que vous n’ayez pas « les couilles », si admettons vous avez 100.000 € de bankroll,

de poser des coups de 5.000 parce que vous allez avoir les chocottes pour miser. Logiquement l’idéal c’est de toujours préserver son outil de travail qui est son capital, et ensuite plus votre bankroll est élevée, moins le nombre d’unités et moins l’augmentation est importante pour arriver à générer des beaux gains parce que c’est logique. Si vous avez 100.000 €, vous faites 30%, ça fait 30.000 €, c’est beaucoup plus impressionnant et facile à faire que d’augmenter un capital de 20.000 à 40.000 par exemple.

Merci d’avoir suivi cette vidéo. N’hésitez pas à toujours demander le ROI et le yield d’un parieur pour connaitre sa performance et non son taux de réussite et non son augmentation de capital. Si vous avez aimé cette vidéo, cliquez sur « j’aime » pour la partager à tous vos amis parieurs, et si vous ne l’avez pas aimé, cliquez sur « j’aime pas ». Merci et à bientôt pour de nouvelles vidéos dans les paris sportifs.

La vidéo vous a plu ?

Partagez-la sur facebook, twitter ou à tous vos amis parieurs ! 🙂

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *